Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Traffic at a Glance

Pages vues 1.845

Days in Range 30

Average Daily Pageviews 62

Résultat de recherches 1.116

IPs uniques 1.136

30 dernières minutes 0

Aujourd'hui 0

Hier 63

Les chiens et les chats handicapés !

Avant, il y a bien des années, lorsqu’on naissait handicapé ou qu’on le devenait suite à une maladie ou à un accident, on ne donnait pas cher de nos vies. En effet, les handicapés de l’époque mourraient tôt faute de soins et de médicaments adéquats et n’avaient aucune qualité de vie. Heureusement pour nous, les membres de nos gouvernements, les médecins, les chercheurs et le personnel soignant ont décidé un jour de nous aider, de nous sortir de l’ombre, de changer les mentalités et de commencer à nous respecter, à nous soigner grâce à des opérations, des médicaments, des vaccins, des respirateurs, des aspirateurs de glaires, des chaises roulantes électriques et manuelles, des assistantes sociales, des infirmières à domicile et des soins appropriés. C’est génial ! Le résultat est que désormais notre espérance de vie s’est beaucoup rallongée, nos traitements se sont énormément améliorés, notre prise en charge et notre qualité de vie se sont considérablement renforcées. Depuis nous connaissons l’espoir, le bonheur, la joie et les plaisirs. Désormais, ils font partie intégrante de notre vie et de notre vocabulaire. C’est formidable !!! 

Maintenant on nous voit dans les rues, les magasins, les hôtels, les restaurants, les cinémas, les festivals, les salles de spectacles, les musées, les piscines, les plages, les avions, les trains et les bateaux. Oui, désormais, nous ne sommes plus mis de côté, ignorés et bannis de la société. A présent, on nous côtoie, on nous parle, on nous téléphone, on nous invite et on nous demande notre avis. Bref, on s’occupe de nous, on nous respecte et on nous soutient que ce soit sur le plan physique, moral ou financier. C’est fantastique !!! On a beaucoup de chance, car malheureusement, ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde et dans tous les pays. Eh oui, tout dépend de là où l’on vit, de là où l’on habite, de là où l’on travaille et de notre famille, si elle est ouverte aux autres ou renfermée, si elle est compréhensive ou intransigeante, si elle est tolérante ou sévère et surtout elle est fière de ses enfants handicapés ou si elle en a honte !!! Ma maman et mon frère ont toujours été fiers de moi, ils m’ont toujours encensée et respectée, ils m’ont toujours emmenée partout avec eux. Ils n’ont jamais eu honte de moi, ne m’ont jamais ignorée, mise de côté ou abandonnée. Cela change tout et voilà pourquoi je suis si bien dans mon corps et bien dans ma tête !

Avant, il y a bien des années, lorsqu’un animal naissait handicapé ou qu’il le devenait suite à une maladie ou à un accident, on ne donnait pas cher de sa peau. En effet, dans la plupart des cas, il était automatiquement euthanasié. Il n’avait aucune chance que quelqu’un veuille le prendre, le garder et s’en occuper, que quelqu’un soit d’accord de payer les frais d’un vétérinaire pour les soins et les traitements que cela aurait occasionné. Avant, l’euthanasie était monnaie courante, on ne réfléchissait pas, on ne cherchait pas de midi à quatorze heures, on l’utilisait pour un oui ou pour un non. Ça m’a toujours choquée, ça m’a toujours peinée et indignée de voir comment la société et certains vétérinaires traitaient des maîtres et des éleveurs, comment ils ne faisaient pas cas de leurs sentiments et de l’amour qu’ils portaient à leurs animaux, qu’ils soient sauvages ou domestiqués, qu’ils soient à eux ou pas !!!

Je me rappelle que je détestais regarder à la télévision les courses hippiques avec les haies, car lorsqu’un cheval tombait et se cassait une patte, il était automatiquement et immédiatement tué sur place. Quelle horreur ! Quel scandale ! Quelle honte ! Personne ne prenait jamais la peine de soigner ces pauvres bêtes et de les rétablir (ce qui était tout-à-fait possible), car une fois guéries, elles n’auraient plus pu courir aussi vite et plus pu sauter aussi haut qu’avant. Résultat : elles n’auraient plus pu rapporter autant d’argent qu’avant à leurs propriétaires, pour eux ça n’en valait pas la peine, ils les auraient soignées à perte et ça à l’époque, ça ne se faisait surtout pas, c’était juste impensable !!! L’argent primait toujours sur les sentiments !

Aujourd’hui, heureusement, tout a changé, tout est différent. On prend le temps de soigner et de réfléchir. On ose payer des traitements de physiothérapie dans l’eau, de massage, d’ostéopathes et de magnétiseurs. On opère, on plâtre, on ampute et on fait même appel à des comportementalistes pour corriger et améliorer les comportements, les peurs, les agressivités et les dépressions de certains de nos animaux. C’est fantastique !

Oui, aujourd’hui, on n’a plus peur et plus honte de montrer son amour et son attachement à son animal. Cela ne nous dérange plus d’essayer des nouveaux traitements, de payer des fortunes pour améliorer la santé de nos fidèles compagnons. Je trouve que c’est magnifique, merveilleux !!! Les consciences se réveillent et ça fait du bien ! En effet, aujourd’hui, quand on aime son animal, on ne compte plus ses dépenses. On fait tout pour lui donner sa chance de vivre, de se battre, de se rétablir afin qu’il reste le plus longtemps possible à nos côtés. J’aime cette philosophie positive et pleine d’amour, de tendresse et d’abnégation. J’aime cette idée de lutter, d’essayer, de tout tenter, plutôt que de baisser les bras, de renoncer et d’euthanasier à tout va. On pratique bien cette manière de faire pour nous autres, êtres humains, alors pourquoi ne pas l’adopter sur nos animaux préférés, sur nos compagnons de route tant aimés comme nos chiens, nos chats et nos chevaux ?!?

Aujourd’hui, ce qui est formidable, c’est qu’on ne s’offusque plus de voir des maisons de retraite pour les chevaux, les ânes et les poneys. On ne se choque plus de voir des refuges pour chiens et chats âgés qui leur permettent de finir leur vie tranquillement dans la dignité, le respect et l’amour. On ne s’indigne plus de voir des chats et des chiens à 3 pattes, amputés, avec leurs prothèses ou leur chariot à roulettes. On ne trouve plus ridicule d’opérer ses rats d’appartement lorsqu’ils ont des tumeurs. Moi, par exemple, j’ai une amie qui a donné 2 de ses rats domestiques à un vétérinaire pour qu’il les opère de leur tumeur cancéreuse. Cela leur a permis de vivre quelques mois de plus, de rester à côté de mon amie un peu plus longtemps que prévu. Je trouve que cela est rassurant et très réconfortant de savoir que les sentiments, la tendresse et l’affection l’ont emporté sur la raison !

Aujourd’hui, l’amour pour son animal préféré n’a pas de prix, pas de limites. Les mentalités ont changé. Nos idéologies et nos convictions se sont transformées, bonifiées et sont devenues plus humaines, plus charitables. Je trouve que cela est un plus, un avantage, que cela nous donne du baume au cœur. Les attitudes de bienveillance et de charité sont toujours bonnes à prendre. Elles devraient être plus nombreuses, car elles font réellement du bien à notre être intérieur.

Lorsque je suis allée visiter le musée de la Croix Rouge à Genève il y a 4 ans, j’avais été choquée d’apprendre qu’avant lorsqu’il y avait des guerres, les gens ne récupéraient pas les soldats blessés dans les champs de bataille. On les laissait crever sur place dans des souffrances atroces et dans la solitude la plus complète. En ce qui concerne les chevaux, c’était pareil. Personne n’allait récupérer ni même vérifier s’il y avait encore des chevaux vivants, mais blessés, coincés sous un char ou dans la boue pour le ramener dans son camp, soigner ses blessures et lui donner à boire et à manger. C’est incroyable, impensable, inimaginable !!! Et pourtant cela a bel et bien existé… !!! Quelle honte !!!

Si cette absurdité a pu s’arrêter, c’est grâce à l’intervention, l’obstination et le long combat d’un homme, M. Henri Dunant, un jeune homme d’affaires genevois, qui, ne supportant pas cet état de fait, a tout fait pour que cela change, pour que les hauts dirigeants de l’époque acceptent que des trêves soient instaurées durant les guerres afin de pouvoir récupérer et sauver les soldats blessés et les chevaux. M. Henri Dunant a permis que la récupération des soldats blessés en guerre et des chevaux soit reconnue comme un droit fondamental.

C’est suite à la bataille de Solférino en Italie le 24 juin 1859 entre Napoléon Bonaparte et les Prussiens que tout a commencé. M. Dunant, alors en voyage d’affaire dans la région, voyant que des milliers de victimes, soldats et chevaux, étaient abandonnés à leur triste sort sans que personne ne leur prête assistance (il y avait encore environ 38 000 blessés et morts sur le champ de bataille) que, révolté et choqué, il a décidé de remédier à cela en improvisant spontanément des postes de secours pour tous les soldats blessés et les malades dans les villages environnants et dans la ville de Castiglione au bord du lac de Garde. Là, il a mis en place un hôpital dans la plus grande église de la ville. 500 soldats sur les quelque 8 000 à 10 000 blessés y ont été soignés. Aidé par plusieurs volontaires parmi la population civile locale qui ont répondu à son appel (c’était surtout des femmes), il a soigné les soldats blessés sans distinction de nationalité. « Tutti fratelli » (« Nous sommes tous frères »), tel était le mot d’ordre lancé à l’époque par les femmes de Castiglione. M. Dunant était alors âgé de 31 ans. La bataille de Solférino fut la plus sanglante et la plus meurtrière de l’époque.

3 ans plus tard, en 1862, M. Dunant, encore très éprouvé par ce qu’il venait de vivre et désirant changer la mentalité de l’époque du non-assistance aux soldats et aux chevaux blessés, a écrit un livre dans lequel il racontait son expérience traumatisante. Grâce à la parution de ce livre qu’il a intitulé « Un Souvenir de Solférino », il a pu demander l’adoption d’une convention internationale garantissant la protection des victimes de guerres et a pu proposer la création de « sociétés de secours » nationales qui seraient chargées de former des volontaires pour soutenir le service sanitaire de l’armée en cas de guerre.

1 an plus tard, le 17 février 1863, 5 personnes, parmi lesquelles Henry Dunant et le général Guillaume Henri Dufour, ont créé à Genève le « Comité international de secours aux blessés » qui est devenu par la suite le « Comité international de la Croix-Rouge (le CICR) ». Depuis sa création, la Croix-Rouge a œuvré dans des centaines de guerres à travers le monde. Elle est présente dans quasi tous les pays et a permis de sauver et de soigner des milliers de soldats blessés. M. Dunant fait partie des plus grands hommes de ce monde au même titre que Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela et Mère Theresa. Il a reçu le prix Nobel de la paix en 1901. Il est mort le 30 octobre 1910 à l’âge de 82 ans.

En ce qui concerne les chevaux et les autres animaux, les mentalités ont bien changé aussi et c’est tant mieux. Aujourd’hui, ils sont considérés comme des êtres vivants, sensibles, fragiles qui ont des émotions, des ressentis et des sentiments. Ils peuvent éprouver de la joie, de l’amour, de la quiétude et du bien-être, mais aussi de la peur, de la tristesse, de la colère et de la haine. Ils peuvent souffrir de la solitude, de l’abandon, des douleurs physiques et morales, des violences de leurs maîtres, tout comme nous. Un animal n’est ni un jouet, ni un souffre-douleur, ni un trophée de chasse !!! Aujourd’hui, enfin, ils ont des droits que l’on doit respecter et saluer. C’était le moment ! Celui qui désormais fait du mal à un animal, le bat, le torture, l’affame, le laisse au soleil dans une voiture, l’abandonne au bord d’une route ou dans une forêt, bref, le fait souffrir d’une quelconque façon que ce soit sera jugé, condamné à une amende et fera même de la prison ferme. Je trouve que c’est très bien, très juste, que la justice fait enfin son travail. Les tortionnaires et les sadiques ne pourront plus faire ce qu’ils veulent avec les animaux. L’impunité, c’est terminé, c’est révolu. Ouf !!! Là, désormais, ils devront répondre de leurs actes malveillants et en payer les conséquences. Que justice soit faite !!!

Aujourd’hui il y a de plus en plus de vétérinaires qui acceptent, grâce à la pression et la volonté de certains maîtres, de ne plus euthanasier automatiquement leurs chiens et leurs chats lorsqu’ils sont gravement malades physiquement. Au contraire, maintenant, ils acceptent de les opérer, de les soigner en les appareillant et en leur donnant une seconde chance. Je trouve que cette attitude, que cette nouvelle façon de voir les choses est exemplaire ! J’adhère complètement ! On nous sauve bien nous les humains, on nous ampute, on nous met des prothèses, on nous apprend à remarcher malgré un pied, une jambe ou 2 jambes en moins, à nous déplacer avec des cannes et des prothèses, pourquoi ne pas le faire avec nos amies les bêtes ?!? Elles le méritent tout autant que nous ! Il est temps de leur donner leur chance, de reconnaitre leurs droits et de les respecter.

Bien sûr de voir des chiens et des chats boiter, sauter sur une patte ou ramper, ça nous rend malheureux, tristes et mal à l’aise, mais est-ce une raison suffisante pour tout de suite les euthanasier et leur enlever la vie ?!? Pourquoi ne pas leur laisser une chance de réadaptation et de réintégration ?!? Un chien ou un chat handicapé, qu’est-ce que ça fait finalement ? Qu’est-ce que ça dérange du moment que son maître est d’accord de s’occuper de lui ? De le prendre en charge ? L’amour, le vrai, ne se base plus sur le physique et la beauté. Non, il se fonde sur la personnalité, le tempérament, la qualité et la spécificité de son animal. Un chien moche, malade et handicapé mérite tout autant de vivre et d’être aimé qu’un chien beau, sain et valide. L’amour ne passe pas par les yeux, mais à travers le cœur. Heureusement !!!

Aujourd’hui, voilà ce qu’on arrive à faire par amour, mansuétude et bienveillance. Les photos ci-dessous parlent d’elles-mêmes. Les images sont plus fortes que les mots. Il faut laisser parler son cœur !

Photos de chiens en chariot roulant

suite à des paralysies de l’arrière-train, des amputations et des accidents !

Photos de chiens avec des prothèses !

Photos de chats en chariot roulant

suite également à des paralysies de l’arrière-train, des amputations et des accidents !

L’union fait la force !

Des hommes en fauteuil roulant avec leur chien en chariot roulant !

Bon à savoir : Beaucoup de chiens se sont retrouvés handicapés, paralysés et appareillés suite à un tremblement de terre !

Magnifique : Les autres chiens, valides, ne font pas de différence !

Le chien handicapé est tout de suite accepté et s’est fait plein de copains !

Le sauvetage et la survie d’un petit cheval grâce à une prothèse !

Ces photos témoignages représentent une sacrée belle note d’espoir pour tous les amoureux des animaux !

Bravo à tous ceux qui œuvrent et se battent pour améliorer leur vie et leur quotidien !

Les animaux ont une capacité d’adaptation fantastique. Ils sont capables de s’accommoder à toutes les situations !

Une fois nés, nous, humains, on ne nous tue pas sous prétexte qu’on est handicapé, alors pourquoi le faire avec nos compagnons à 4 pattes ?!? Ces photos magnifiques, touchantes, émouvantes et tellement attendrissantes nous prouvent bien une fois de plus qu’avec de l’amour, de la patience, de la volonté et du courage, on peut tout faire ! On le voit bien : ces chiens et ces chats sont heureux, plein de vie, joueurs, malins et débrouillards. Pour eux, du moment qu’ils peuvent encore vivre avec leur maître tant aimé, ils sont prêts à tout accepter. Avec leurs yeux remplis d’amour, de dévotion et de vénération pour leur maître, je les trouve incroyables, extraordinaires ! Je n’ai jamais vu des êtres aussi fidèles et aussi loyaux avec quelqu’un ! Leur amour pour nous est total, absolu et complètement désintéressé. On pourrait en prendre de la graine, les suivre en exemple.

Je tire mon chapeau, félicite et remercie toutes les personnes qui ont préféré sauver leur animal en leur donnant une seconde chance plutôt que de les avoir euthanasiés pour un oui ou pour un non. C’est un bel exemple d’amour aussi, de soutien envers son animal, d’affection et d’intelligence du cœur ! Bravo !

Pour terminer ce texte, voici une magnifique vidéo avec des chiens en balade en pleine nature avec leur chariot roulant ! C’est juste extraordinaire et très émouvant de les voir jouer, courir et batifoler, heureux et remplis de joie !

https://wamiz.com/chiens/actu/en-fauteuil-roulant-ces-chiens-sont-heureux-et-a-se-voit-video-du-jour-5171.html

Février 2018               Marie=Claude Baillif

 

 

 

Share