Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 5 468
  • Last 30 days: 42 061
  • Online now: 0

Je suis marraine d’un journal !

Dans la vie des fois, il y a des circonstances, des situations (le hasard ou le destin ? that is the question…) qui font qu’il nous arrive des choses incroyables, des rencontres extraordinaires, touchantes ! L’histoire que je vais vous raconter ci-après fait partie de ces évènements-là, de ces petites anecdotes qui marquent et qui remplissent de joie une existence, qui font que l’on se sent bien, utile et intéressante !

En novembre 2010, le 18 exactement, alors que j’étais sur mon ordinateur en train de lire mes nouveaux emails dans ma boîte de réception, j’ai reçu celui de Pascal Hard, un directeur d’école de CM2 à Nassandres, un petit village de 1300 habitants situé dans le nord de la France plus précisément dans le département de l’Eure en Haute-Normandie. Dans ce mail, cet homme de 52 ans m’expliquait qu’avec ses élèves de 10 ans, ils avaient décidé de créer un petit journal sur et pour le Téléthon et qu’en recherchant sur internet des sites sur la myopathie, il était tombé sur le mien. Comme il le trouvait très bien fait, riche en témoignages et en vécus, après m’avoir félicitée pour mon courage et mon positivisme, il me demandait 3 choses :

1. Mon autorisation afin que ses élèves puissent utiliser mes textes et mes photos pour illustrer leur futur journal.

2. Mon accord pour échanger des emails, pour partager des moments d’amitié avec ses élèves.

3. Mon approbation pour devenir la marraine de leur journal de décembre.

Waouh ! Quelle belle surprise… ! Quel honneur et quelle considération pour me demander un truc pareil !!! J’ai trouvé cela très gentil, très gratifiant, c’était une super bonne idée. Comme j’étais flattée, j’ai bien évidement tout de suite répondu oui !

Le lendemain, très heureux d’avoir reçu mon accord, il m’envoyait un nouvel email me disant que certains de ses élèves avaient déjà découvert mon site en faisant eux-mêmes des recherches sur le net, qu’ils étaient tous en pleine effervescence en train de recueillir des témoignages, d’écrire leurs réactions, leurs émotions, de raconter leurs expériences avec la maladie, la différence… bref qu’ils s’impliquaient tellement dans la réalisation de leur journal qu’ils avaient eu du mal à s’arrêter pour aller à leur leçon de sport !!!

Waouh ! Quel enthousiasme… c’était génial et cela me faisait chaud au cœur d’apprendre que des enfants de 10 ans étaient touchés, intéressés, voir même captivés par la myopathie, l’handicap et les maladies ! Eh oui, de savoir qu’ils se posaient des questions, qu’ils réfléchissaient, qu’ils échangeaient des idées, leurs pensées… c’était un comportement plus que positif parce qu’il signifiait que la maladie ne les rebutait pas, qu’elle ne leur faisait pas peur. C’était important, car avec un tel état d’esprit, une telle attitude, cela leur prévaudrait plus tard lorsqu’ils rentreraient dans le monde des adultes, dans le monde des différences qu’elles soient physiques, raciales, culturelles ou religieuses. Lorsqu’elles sont inculquées dès l’enfance, je suis sûre que ce genre d’initiative porte ses fruits. Pour ces élèves-là, par exemple, cela va leur permettre de dédramatiser la peur ou la gêne qu’ils auraient pu avoir vis-à-vis de nous autres, personnes à mobilité réduite, ensuite d’être mieux armés pourcomprendre, aider, soutenir et pourquoi pas aimer et vivre avecquelqu’un en situation de handicap.

De toute façon, quoi qu’il en soit, je trouvais que c’était déjà un beau progrès, une sacrée belle victoire sur l’indifférence et le mépris, une belle anticipation et prévention contre l’égoïsme, l’individualisme et le nombrilisme, ces 3 fléaux qui ont tendance à régir notre société d’aujourd’hui !

Pour avoir pensé, voulu et su emmener ses élèves dans le difficile univers de la maladie, pour avoir réussi à les y intéresser, j’aimerais dire un grand BRAVO et un grand MERCI à Pascal Hard, le directeur de l’école de Nassandres, car ce qu’il a fait là, c’est absolument remarquable et merveilleux !!!

Par la suite que ce soit de la part des élèves (Bryan, Valentin, Zoé, Victor, Enola, Kélian, Coralie, Benjamin, Laura, Julie, jeanne, Jordan, Guilhem, Noémie, Ophélie, Marion, Laurent, Rémi, Nicolas, Lou-Anne et Akim) ou de Pascal, j’ai reçu plein d’emails pour m’informer de ce qu’ils faisaient, plein de gentilles attentions sous forme de vœux, de salutations et de petits coucous bienveillants ! C’était toujours sympa, fraternel et amical ! Ils m’ont même envoyé une photo pour que je puisse mettre des visages sur leurs prénoms et appris que Pascal, c’était leur Papa Ours et qu’eux, ils étaient les Oursons. Une jolie formule, une belle connivence entre eux !

journal

Le 29 novembre après que j’aie répondu à la quinzaine de questions des Oursons (ils me les avaient envoyé 4 jours auparavant, elles allaient de quelle est ma fleur préférée à qui s’occupe de moi, de quel est mon rêve à est-ce que j’ai des amis handicapés, de quel a été mon plus beau voyage à comment est-ce que je fais pour sortir…), j’ai reçu un nouvel email de Papa Ours m’informant que leur journal était fini, prêt à être imprimé et à être vendu ! Eh oui, car le but de leur journal, l’objectif de tout leur travail de recherches et d’analyses était de vendre leur journal à 2 euros pièce et d’offrir ensuite la récolte de leur vente au Téléthon, le grand marathon de la solidarité, du don de soi pour soutenir, aider et servir à la recherche des maladies génétiques rares !!! Waouh ! Quel noble projet, quelle belle résolution… je trouvais leur idée épatante, imaginative et émérite !

Dans son mail Pascal avait rajouté dans une pièce jointe les 8 pages de leur journal Le P’tit Nassandrais. Excités et fiers, ils n’avaient pas résisté, ils avaient voulu me le faire connaître tout de suite.

Lorsque je l’ai lu et imprimé, j’ai été très, mais alors très, très agréablement surprise en bien en découvrant un journal intéressant, original et émouvant ! Eh oui, sa lecture et son contenu étaient clairs, directs, sans fioriture. Il allait droit au cœur, droit au but. Et puis, de pouvoir découvrir ma propre histoire racontée ainsi, c’était touchant…

Ce fut donc heureuse et ravie de leur avoir fait confiance que je leur ai envoyé un email pour les féliciter et leur dire toutes les bonnes choses que je pensais d’eux. Eh oui, car pour des enfants de 10 ans, arrivé à un tel résultat, à une telle maturité… ce n’était pas évident, pas gagné d’avance ! Lorsque je montrais leur journal aux voisins et amis qui venaient me visiter, ils étaient tous unanimes, ils le trouvaient tous très chouette, attrayant et convaincant. C’était super et j’étais très contente !

Le 1er jour du Téléthon, le vendredi 4 décembre au matin, quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’un fleuriste est venu frapper à ma porte et m’a apporté une immense plante colorée !!! En fait, c’était les élèves de Nassandres et leur directeur Pascal qui me remerciaient d’avoir accepté d’être la marraine de leur journal et qui me souhaitaient un très joyeux Téléthon ! Leur geste était vraiment super gentil, super généreux. J’étais toute retournée, remplie d’émotions !

J’ai fait mettre leur magnifique plante sur la petite table de mon salon bien en évidence pour que tout le monde la voie et l’admire et j’ai tout de suite envoyé un email de remerciement à Pascal et ses élèves.

Par la suite à chaque fois que je racontais à ceux qui venaient me trouver le pourquoi et le comment de cette plante, de quelle façon notre rencontre sur le net a eu lieu, tout le monde a trouvé cette histoire extraordinaire… une belle amitié franco-suisse !

Une fois le Téléthon terminé, les élèves, de même que Pascal ont tous continué à m’écrire, à prendre de mes nouvelles. J’ai trouvé cela très sympa ! En ce qui concerne la vente de leur journal (dans la rue et dans un super marché), elle s’est très bien passée, ils ont eu beaucoup de succès. En 1 heure, ils ont réussi à récolter 150 euros, en 1 heure 30… 250 euros !!! À la fin du Téléthon, ils avaient 825 euros dans leur caisse, du jamais vu à Nassandres ! Ils ont eu très froid, car les températures étaient glaciales, mais par contre chaud au cœur, car ils savaient que ce qu’ils faisaient était bien, utile et important.

La femme, ainsi que le fils de Pascal ont eux aussi participé à l’aventure en allant vendre le journal dans la ville voisine et leur mamie a tricoté un pull pour le vendre à la bourse aux vêtements. En plus du journal, dans leur classe, les élèves avaient réalisé des panneaux qui racontaient leur formidable épopée, ainsi que notre belle rencontre… un vrai tabac parait-il !

Le 7 décembre, j’ai reçu un email de la part de chacun des élèves. Là, ils me racontaient comment ils avaient vécu leur Téléthon, le plaisir qu’ils avaient eu à y participer, leur fierté d’avoir pu récolter autant d’argent (950 euros en tout !) et la joie de m’avoir pour marraine. C’était trop chou !

Le 8 décembre, ce fut au tour de Patricia (la cantinière de leur école) de m’envoyer un message. Dans celui-ci, cette femme de 38 ans, mariée avec 3 enfants, m’expliquait que cela faisait des années qu’elle participait au Téléthon, mais que l’année 2010 avait été de loin la plus importante et la plus marquante de sa vie. En effet, grâce au fait d’avoir pu lire mes récits, d’avoir pu connaître une myopathe à travers les élèves et le directeur de son lieu de travail, cela lui avait donné plus de peps, plus de force, plus d’énergie pour se battre et aider le Téléthon ! D’avoir pris la peine de m’écrire ce mot était vraiment très gentil. Son mail était encourageant et stimulant, il me confortait dans mon idée, à savoir que j’avais bien fait de créer un site sur internet, car pour bien des gens, ma joie de vivre et mon enthousiasme était communicatif et pouvait aider. C’était super, j’étais ravie !

Le 9 décembre, c’est Pascal qui me contactait pour me dire lui aussi le bonheur qu’il avait eu d’avoir participé à ce Téléthon, qu’avec leur presque 1 000 euros de recette, c’était vraiment une très, très belle somme et que l’aventure continuait puisque son inspecteur lui avait demandé l’autorisation de mettre leur journal en ligne sur un site académique ! Waouh… quel succès ! J’étais franchement heureuse pour eux !

Entre Noël et Nouvel-An, Pascal qui était en vacances (ses élèves aussi) ne m’a pas oubliée. Bien au contraire, il m’a envoyé plusieurs messages pour me donner ses bons vœux pour les fêtes de fin d’année et me parler de ses activités. C’était très sympa !

Le 17 janvier, fier et heureux, il me racontait dans un nouvel email que lui et sa classe avait reçu un diplôme de félicitations de la part de la Municipalité de Nassandres pour leur participation au Téléthon. Eh oui, grâce à la formidable vente de leur journal (950 euros), ils ont fortement contribué au record global de la ville avec leurs 4 400 euros de récoltés !

Le 1er février, ce fut au tour d’Yvelise (Lilly pour les intimes) de me contacter. Cette intervenante en informatique qui travaillait avec les élèves de Pascal m’informait dans son email très amical qu’elle avait beaucoup aimé découvrir mon site sur internet et lire mes textes. Elle me proposait de me faire des petits coucous d’amitié de temps en temps. J’ai trouvé son message aussi bien sympathique !

Les jours, les semaines ont passé… mais pas notre correspondance, pas notre amitié virtuelle. Eh oui, aujourd’hui encore, je reçois toujours des nouvelles de Pascal et de ses élèves, leurs emails sont toujours aussi amicaux et adorables !

Quand je repense à tout ça, à toute cette histoire née le 18 novembre 2010, je trouve que c’est vraiment une belle aventure humaine, une belle fraternité entre des enfants valides et moi-même une adulte handicapée !

Comme les belles rencontres méritent d’être signalées, voilà pourquoi j’ai mis celle-ci en lumière aujourd’hui…

Maintenant si Le P’tit Nassandrais, le journal créé par la classe de CM2 de Nassandres sur et pour le Téléthon vous intéresse, vous pouvez lire son contenu ci-dessous.

Le P’tit Nassandrais

Alors vous l’avez trouvé comment ce journal ? Génial, non !?!

En tout cas, j’aimerais profiter de ce texte pour dire un grand MERCI à Bryan, Valentin, Zoé, Victor, Enola, Kélian, Coralie, Benjamin, Laura, Julie, Jeanne, Jordan, Guilhem, Noémie, Ophélie, Marion, Laurent, Rémi, Nicolas, Lou-Anne et Akim, ainsi qu’à Pascal pour m’avoir permis de vivre une si belle aventure !

D’être la marraine d’un journal en plus en faveur du Téléthon fut une grande joie, une expérience inoubliable et positive !

Si c’était à refaire, eh bien, pas de problème, je redirais tout de suite oui et ce avec un immense plaisir !

Avril 2011                            Marie-Claude Baillif

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *