Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 617
  • Last 7 days: 10 689
  • Last 30 days: 47 775
  • Online now: 12

La Prière de l’Arbre !

Bonjour,

Sur cette page, j’aimerais vous présenter un texte magnifique de Florian Bernard, l’auteur de nombreux PPS (ce sont des diaporamas musicaux).

Quand j’ai lu ce texte, j’ai été si touchée… si émue… que je l’ai tout de suite recopié afin de le mettre sur ce site !

Il est simple, mais drôlement efficace… je l’adore ! A vous de juger !

La Prière de l’Arbre !

Homme, Ecoute-moi…

Par les froides nuits de novembre, je suis la chaleur de ton foyer !

C’est en me consumant moi-même que je peux te réchauffer !

Je suis l’ombrage rafraîchissant sous le soleil torride de l’été !

Je suis la charpente de ta maison et le toit de tes abris !

Je suis la planche de ta table et la chaise sur laquelle tu peux te reposer !

Je suis la voûte de tes églises et de tes cathédrales !

Je suis le lit dans lequel tu dors lorsque ta journée de labeur est terminée !

Je suis la matière vivante qui crée l’harmonie de ton violon et les sons harmonieux de ta flûte !

Je suis le bois avec lequel tu construits tes navires !

Je suis le manche de ta faucille, le patin de ton traîneau et la porte de ton enclos !

Je suis le coffret de tes biens, le rouleau qui façonne la pâte et la cuillère qui remue ton potage !

Je suis le berceau de ton enfant et je serai ton cercueil quand tu quitteras ce monde !

Homme, je suis ton ami ! Pourquoi, alors, es-tu si cruel envers moi ?

Pourquoi me détruits-tu ? Tu devrais me protéger puisque ta propre vie est intimement liée à la mienne… !!!

La 1ère fois que j’ai lu ce texte, mes yeux se sont mouillés et des larmes ont coulé… Je ne sais pas pourquoi, mais soudain je me suis sentie très affectée par tous ces arbres que l’on abat à tort et à travers et par toutes ces forêts qui disparaissent… !

Pour en savoir davantage et connaître exactement ce qui se passe aujourd’hui, je suis allée sur Internet pour me renseigner. Là, ce que j’ai lu est effarant, intolérable, scandaleux et révoltant ! Nicolas Hulot a raison, la planète est en danger, c’est un SOS collectif et planétaire qu’il faut lancer ! Les prises de consciences ne suffisent plus, maintenant ce sont des actes et des nouvelles lois dont on a besoin !!!

L’arbre

Selon le dictionnaire, l’arbre, est un grand végétal ligneux avec des racines et une tige (appelée tronc) qui porte des branches. En règle générale, un arbre mesure plus de 7 mètres de haut. Lorsque le végétal est plus petit et composé de nombreuses ramifications à partir de la base, il s’agit d’un arbuste ou d’un arbrisseau.

                     

                              arbre                        arbuste                            

Eléments familiers de nos paysages, les arbres sont des êtres vivants qui, comme tous les êtres vivants, naissent, grandissent, se reproduisent et meurent.

Saviez-vous que les arbres croissent à la fois en hauteur et en largeur ?

La croissance en hauteur se fait par les bourgeons terminaux situés à l’extrémité des branches. La croissance en largeur est associée à une couche de cellules (appelée cambium) située sous l’écorce. A chaque période de croissance, le cambium forme (vers l’extérieur) une nouvelle couche de cellules plus grosse et plus pâle au printemps, plus petite et plus foncée à la fin de l’été. On peut déterminer l’âge d’un arbre en comptant la succession de couches pâles et foncées, appelées anneaux de croissance.

Là on voit très bien ces anneaux de croissance

clip_image006

Il y aurait 60’000 espèces d’arbres dans le monde. Ce sont les forêts tropicales, situées de part et d’autres de l’équateur, qui présentent la plus grande diversité d’espèces d’arbres dans le monde. Ces espèces ne sont pas encore toutes répertoriées. Ces forêts abritent la moitié de la végétation de la planète.

A quoi servent les arbres et les forêts ?

Les arbres et les forêts sont indispensables à la vie sur Terre. Leur rôle est triple :

1. Ecologique :

La forêt contribue à la qualité de l’air, à la régulation du cycle de l’eau, au maintien des espèces animales et végétales, à la protection des sols et aux grands équilibres naturels.

2. Economique :

La forêt est le premier maillon de la filière bois. Pour certaines communes, le bois représente une de leurs principales ressources.

3. Social :

La forêt enchante les paysages et offre aux citadins des lieux de loisirs, promenade ou exercices physiques.

La principale action de la forêt sur l’air est liée à la fonction chlorophyllienne. Pour se développer, les végétaux utilisent le gaz carbonique contenu dans l’air. Ils prélèvent le carbone (les fameux CO et CO2 de nos gaz d’échappement) pour constituer leurs cellules, puis rejettent de l’oxygène si essentielle à nos vies.

En retenant l’écoulement des eaux de pluie, la forêt favorise leur pénétration dans le sol et participe à l’équilibre des nappes d’eau souterraines.

Lors des saisons des pluies, les forêts servent d’éponge. Elles réduisent les effets des inondations qui, elles, sont responsables de l’érosion, une des causes de la désertification.

Dans les forêts, on trouve une profusion d’espèces végétales et animales… le nombre y est plus grand qu’ailleurs. Elles constituent une ressource essentielle pour les populations qui y vivent encore et une source future de diversité génétique pour l’agriculture et la médecine. Les masses d’arbres servent à réguler le climat. Elles forment des stocks de carbone estimés à 2 milliards de tonnes. Dix fois plus, selon les experts, que les combustibles fossiles brûlés depuis un siècle.

Protéger les arbres et les forêts, c’est vital.

Saviez-vous qu’en ville, il faut 53 arbres par habitant pour purifier l’air pollué !?! Effarant, non !?!

Les arbres sont source de santé

Les arbres sont riches en principes de toutes sortes. La médecine et l’industrie pharmaceutique s’en sont vite rendues compte et aujourd’hui, il existe bon nombre de produits et de médicaments à base d’écorces, de sève, de feuilles et de fruits des arbres.

Il y a l’aspirine (extraite de l’écorce de saule), la taxine (elle vient de la sève toxique de l’if. Bien maîtrisée, elle est bénéfique dans les traitements anti-cancéreux), l’écorce de quinquina (transformée en poudre cette écorce qui contient de la quinine permet de lutter contre le paludisme et l’état grippal. Le quinquina est un arbre de la Cordillère des Andes), le bouleau quant à lui est utilisé pour nettoyer l’organisme et combattre les affections urinaires (les bourgeons ou l’écorce sèche sont en décoction, les feuilles en infusion), l’extrait de feuilles d’olivier est un puissant stimulant du système immunitaire et un purifiant très efficace et les tisanes de tilleul calment et permettent de mieux dormir.

Je pourrais encore en citer plein d’autres tellement la liste est longue, mais pour ce chapitre, je vais m’arrêter là !

Voici quelques records

L’arbre le plus haut :

Un séquoia de Californie. Il mesurait 112,47 m en 1963.

L’arbre le plus gros :

Un châtaignier en Sicile (Italie). Le tour de son tronc faisait 57 m en 1780, il avait entre 3’600 et 4’000 ans.

L’arbre le plus vieux :

Un pin de Californie estimé à 4’900 ans. Il a été abattu en 1963. Son successeur, appelé « Mathusalem », aurait près de 4’600 ans. En Grande-Bretagne, le chêne près de Nottingham où Robin des Bois et ses compagnons se cachaient a 800 ans.

L’arbre le plus petit :

Le saule arctique. Il mesure 2 cm et pousse jusqu’à 83o de latitude Nord.

L’arbre le plus volumineux :

Un séquoia de Lindsey Creek. Son tronc mesurait 2’549 m3 de volume, il pesait 3’300 tonnes et a été déraciné lors d’une tempête en 1’905. Encore vivant : un séquoia géant nommé « General Sherman » en Californie. Sa hauteur est de 84 m, sa circonférence de 31.3 m, son poids de 2’000 tonnes et son âge de 2’100 ans. Un autre, aux Etats-Unis également, avait une telle largeur (10 m) qu’un étroit tunnel routier a été creusé à travers sont tronc !

Voici quelques faits très intéressants

Saviez-vous que le Ginkgo biloba est l’arbre qui résiste le mieux aux agressions extérieures comme la pollution urbaine et industrielle ainsi qu’aux intempéries ?

Originaire de Chine et du Japon, il y a plus de 300 millions d’années, cet arbre est tout simplement extraordinaire ! On ne lui connaît ni parasites, ni chenilles, ni champignons, ni maladies qui pourraient restreindre son emploi dans les endroits les plus insolites.

Souvenez-vous… le 6 août 1945… Hiroshima… la bombe atomique… eh bien, il a survécu ! Eh oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, après cette terrible explosion nucléaire, l’un d’entre eux, situé devant un temple à environ 1 kilomètre de l’épicentre, a été le premier à recommencer à bourgeonner et ceci sans aucune déformation majeure (le temple lui a été détruit). Ce Ginkgo, symbole de vie et de renouveau, a été intégré dans l’escalier d’accès lors de la reconstruction du temple. L’escalier se présente sous forme d’un U. Dessus est gravé « No more Hiroshima » ainsi que toutes les prières de paix des visiteurs.

Le Ginkgo du temple à Hiroshima

Trois autres ginkgos ont survécus à Hiroshima. A Nagasaki et à Tchernobyl, pareil. Depuis lors, de nombreuses études ont montré que le Ginkgo présente une grande résistance aux agents mutagènes, comme les radiations.

Réputé pour son feuillage doré à l’automne, le Ginkgo biloba, véritable fossile vivant (il a survécu à l’ère des dinosaures) fait l’objet de l’admiration de nombreux peuples asiatiques tant pour sa beauté que pour ses vertus thérapeutiques (il est utilisé pour améliorer les performances au niveau du cerveau (mémorisation) et au niveau de la circulation du sang. De plus en plus planté dans nos grandes villes, le ginkgo est un arbre très robuste qui résiste au froid (il perd ses feuilles pratiquement d’un seul coup ce qui facilite l’entretien des rues) et au feu (dès que la température s’élève, il se gorge d’eau et son écorce se couvre d’un suc ininflammable).

    

Savez-vous pourquoi dans nos régions les cimetières sont traditionnellement ornés d’ifs ? Parce qu’ils symbolisent la longévité et que la toxicité de leurs feuilles en interdit l’accès au bétail (surtout à la campagne).

Saviez-vous que le papier a été inventé en Chine par un dénommé « Cai Lun », ministre de l’agriculture en 105 après J.-C. ? Aujourd’hui, on fabrique le papier à partir du bois, mais à l’époque, les Chinois utilisaient principalement des tiges de bambous. Ils les lavaient, les martelaient pour obtenir une pâte, les égouttait sur un tamis et les laissaient sécher jusqu’à ce qu’ils obtiennent des feuilles. Ils fabriquaient aussi le papier en réduisant en bouillie des morceaux d’écorces, de chanvre, de lin, de vieux tissus, de déchets de soie et de feuilles de riz.

Bien avant le papier, l’Homme écrivait et dessinait des images sur des cailloux, des os, des cornes d’animaux et des peaux d’animaux. Vers 1’700 avant J.-C., les Egyptiens inventaient le Papyrus. Ils le fabriquaient à partir de la tige de roseaux qui poussaient en abondance dans les marais en bordure du Nil (c’est du mot papyrus que vient le mot papier).

La fabrication du papier est restée longtemps secrète en Chine. Au VIIème siècle, le papier est arrivé au Japon, mais l’histoire du papier a vraiment pris son essor après la bataille de Samarcande en 751 après J.-C. Cette bataille opposait les chinois aux arabes. Les arabes furent les vainqueurs et grâce à leurs prisonniers chinois, ils découvrirent le secret. Conscients de l’énorme impact qu’allait avoir ce nouveau procédé de fabrication, ils le répandirent dans tout leur empire jusqu’en Andalousie. Il est arrivé en Europe entre le XIe et le XIIe siècle.

Les Arabes installèrent les premières papeteries en Espagne et en Italie. En 1’799, en France, Nicolas Louis Robert créa le principe fondamental des machines à papier modernes. Le papier était produit en longueur continue et non plus feuille par feuille. Cette innovation amena rapidement une pénurie de vieux tissus, la matière de base. En 1845, un Allemand, Frédéric Keller, découvrit qu’on pouvait remplacer sans inconvénient les chiffons par de la pâte de bois.

Au XIXe siècle, le besoin croissant de papier (notamment pour les journaux) a incité les chercheurs à mettre au point un procédé qui utilise les fibres ligneuses du bois. A l’heure actuelle, l’eucalyptus et les résineux (à condition d’éliminer la résine) sont les plus exploités pour la papeterie, car ils poussent rapidement.

Savez-vous qu’avant l’arrivée des tergals et autres nylons, les textiles étaient faits avec des fibres d’écorces (d’if notamment) et que le chauffage et la cuisine de beaucoup d’habitants (aujourd’hui encore) ne se font ni au gaz ni au fioul, mais au bois que les femmes et les enfants vont chercher loin de leurs villages à cause de sa raréfaction ?

Agissons avant qu’il ne soit trop tard

La forêt est synonyme de vie pour nous, les êtres humains et pour des milliers d’espèces animales et végétales. Véritable poumon de notre planète, elle est indispensable à l’équilibre du climat et au maintien de la biodiversité. Elle fournit du bois, des plantes médicinales, des aliments et de nombreuses matières premières.

En l’exploitant de façon réfléchie, l’Homme pourrait continuer à profiter de ses bienfaits pendant encore très longtemps.

Oui, mais voilà, nous la traitons mal. Chaque 2 secondes, une surface de forêt tropicale de la taille d’un terrain de football est coupée à blanc ou réduite en cendres. Cela signifie que chaque minute, 30 terrains de football disparaissent !!! Par année, cela représente quelque 146’000 km2, soit 3,5 fois la surface de la Suisse !!! Ce n’est pas une honte, ça !?!

Chaque jour, c’est l’environnement de plusieurs milliers d’espèces d’animaux qui sont touchées. Les forêts tropicales rassemblent à elles seules entre 50 et 90% de la faune et de la flore de la Terre. Outre les animaux, il y a aussi les espèces végétales et des populations indigènes qui en souffrent.

Sur cette carte, tout ce qui en rouge correspond aux forêts qui ont déjà été détruites et ce qui est en vert, les forêts qui restent. Quand on regarde ça, ça fait froid dans le dos, non !?!

 clip_image017

En rouge ce sont toutes les forêts qui ont déjà disparues

En vert les forêts qui restent

Comme on peut le constater, le 80% des surfaces boisées de notre planète ont déjà été détruites ! Pour celles qui restent, la moitié environ est située sous les tropiques.

La disparition des forêts a pour conséquence

Des effets climatiques locaux comme par exemple la modification des précipitations et des cycles régionaux de l’eau, une érosion accélérée, un envasement des cours d’eau, des inondations et des sécheresses.

La libération dans l’atmosphère d’une plus grande quantité de gaz à effet de serre. Les arbres ont pour propriété de fixer le CO2. Leur destruction contribue pour un tiers des émissions de CO2 qui viennent surcharger encore l’atmosphère.

Lorsque trop d’arbres sont abattus, le régime des pluies diminue, le ruissellement augmente et l’érosion des sols s’accélère, la terre n’étant plus retenue par les racines. Toute déforestation participe donc localement à la perturbation du cycle de l’eau contribuant à la désertification de certaines régions peu arrosées du globe.

Pendant 2 ans, des équipes de Greenpeace ont parcouru le monde afin d’étudier et de comprendre ce qui apparaît de manière flagrante sur toutes les images des satellites d’observation. En quelques dizaines d’années, la moitié des forêts ont été détruites. C’est ce qui a aussi frappé l’astronaute français Jean-Pierre Haigneré du haut de la station Mir.

Que pouvons-nous faire nous, à notre petit niveau ?

Signer des pétitions, adhérer à des associations comme le WWF, Pro Natura ou Greenpeace, acheter du papier recyclé, récolter tous les journaux, publicités, lettres et papiers en tout genre et au lieu de les jeter à la poubelle, les emmener dans les containers adéquats pour les recyclés et utiliser moins de papier. C’est vrai, au lieu de jeter une feuille à moitié écrite, gardons-là et réutilisons-là comme papier de brouillon ! Le mot d’ordre, c’est « gaspillons moins » !

Quoi de plus beau lorsqu’on est chez soi que de voir un ou deux arbres !?! C’est une chance, un cadeau ! Autour de chez moi, c’est rempli d’arbres. Depuis mon balcon, j’ai vue sur des pins parasols, des peupliers, un magnolia et au loin sur une petite forêt. Depuis ma chambre, sur un érable, un saule pleureur, un sapin, des buis et des forsythias. Le matin, c’est un formidable gazouillis d’oiseaux qui me réveillent. Une pure merveille ! Je vois des moineaux, des passereaux, des pies, des corneilles et des buses. Lorsque ces dernières jouent avec le vent et chassent, c’est un régal de les observer… J’adore !

Mes arbres préférés sont :

Le pin parasol, le mélèze, le saule pleureur, le flamboyant et le palmier.

       

     

       

Depuis le début des temps, l’arbre a toujours été indispensable à l’Homme. Il lui a fourni abri, nourriture, protection, matériaux et combustible. Que feront nos enfants lorsqu’il n’y aura plus d’arbres sur cette terre ?

La déforestation progresse à une vitesse alarmante. Pour que l’ensemble des forêts ne disparaisse pas d’ici une vingtaine d’années, unissons nos forces et luttons tous ensemble !

clip_image031

deforestation

Zone de déforestation en Amazonie. Sans commentaires…

foret

fond-ecran-foret-en-automne

foret-en-hiver

Quoi de plus beau qu’une forêt en été, en automne et en hiver…

Je pense que les photos remplacent tous les discours… non !?!

Août 2006                        Marie-Claude Baillif

                


 

 

 

 

 

 



Share

Une réponse à La Prière de l’Arbre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *