Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 666
  • Last 7 days: 10 736
  • Last 30 days: 47 823
  • Online now: 13

Beaux Textes No 9

Voici une nouvelle série de beaux textes à morale que j’ai trouvé sur internet et que j’ai modifié à ma sauce. Ces histoires que j’adore sont simples, mais ô combien importantes, car elles nous permettent de nous remettre en question, de nous recentrer sur l’essentiel et de nous guider à travers les méandres et les difficultés de notre existence !

Ce sont de belles leçons de vie !

Je trouve que lire ces Beaux Textes  est toujours salutaire pour notre épanouissement personnel !

Alors bonne lecture et merci de les apprécier tout comme moi…

***********

***********

UNE BONNE PHILOSOPHIE POUR LA VIE ET LA RETRAITE

Une vieille dame de 82 ans, enjouée et fière, toujours bien apprêtée, coiffée et maquillée et ceci malgré qu’elle soit presque aveugle, emménageait dans une maison de retraite. La mort récente de son mari l’obligeait à prendre cette décision. Après plusieurs heures d’attente, elle répondit par un sourire lorsque la responsable de l’EMS l’informa que sa chambre était prête.

Dans le couloir lorsque la responsable lui décrivit brièvement la chambre, la vieille dame répondit aussitôt avec l’enthousiasme d’un enfant de 8 ans qu’elle aimait déjà cette chambre. Comme la responsable lui suggéra d’attendre d’y arriver avant de se prononcer aussi catégoriquement, elle répondit :

 » Vous savez, cela n’a rien à voir avec la chambre. La joie est une chose qu’on décide à l’avance. Que j’aime ou non la chambre ne dépend ni des meubles ni des décorations, mais de la façon dont j’organise mes pensées. Lorsque je suis venue ici, comme j’ai décidé de l’aimer, eh bien, je l’aimerais. Le bonheur est une décision que je prends chaque matin. J’ai le choix. Je peux passer la journée au lit à me plaindre des parties de mon corps qui ne fonctionnent plus et qui me font mal ou je peux me lever et profiter de toutes celles qui fonctionnent encore. Chaque jour sera un cadeau aussi longtemps que je pourrais respirer. Je veux me concentrer uniquement sur ce que je pourrais accomplir pendant chaque nouveau jour malgré l’usure du temps et je me réjouirais de tous les événements positifs que j’ai réussi à accumuler tout au long de ma vie de manière à pouvoir profiter de ces souvenirs à ce moment-ci de ma vie ! « 

La vieillesse est comme un compte en banque. On y retire tout ce que l’on y a accumulé pendant sa vie. C’est pourquoi il faut y amasser un maximum de petits bonheurs et de plaisirs, éviter d’y verser des chagrins et des peurs, vivre simplement, donner plus et attendre moins !

Pour être heureux où que l’on soit, même dans un EMS, il faut fermer les yeux sur le passé, vivre à fond le présent et se créer des buts, des rêves. Il faut arrêter de penser que l’on va être malheureux dans tel ou tel endroit ou dans telle ou telle situation, changer ses larmes en sourires, ses pensées négatives en pensées positives. Il ne faut plus subir les événements, mais aller de l’avant, croire en soi et en ses possibilités !

Pour être heureux… vulgairement parlant, il faut se donner des gros coups de pieds au cul !

***********

***********

L’HISTOIRE DES 2 CAILLOUX

Il y avait autrefois dans un petit village un fermier sans le sou qui devait rembourser une importante somme d’argent à un vieil homme très laid. Comme le fermier avait une très jolie fille qui plaisait beaucoup au vieux prêteur, ce dernier lui proposa un marché. Il effacerait toute la dette du fermier s’il pouvait marier sa fille.

Comme le fermier et sa fille furent tous les deux horrifiés par cette proposition, le vieux prêteur laid leur suggéra alors de remettre au hasard l’issue de sa proposition. Il leur dit qu’il allait mettre un caillou blanc et un caillou noir dans un sac d’argent vide et que la fille aurait juste à retirer, à l’aveugle, un des deux cailloux du sac.

Si elle retirait le caillou noir, elle devenait son épouse et la dette de son père était effacée.

Si elle retirait le caillou blanc, elle n’était pas obligée de l’épouser, mais la dette du père était annulée.

Et enfin, si elle refusait de retirer un caillou, son père serait jeté en prison !

Cette discussion s’est déroulée sur le chemin devant la maison du fermier. Parterre c’était rempli de cailloux. Tout en continuant de parler, le vieux monsieur laid se pencha pour ramasser les deux cailloux. Comme il les ramassait, la jeune fille, qui avait l’œil vif, remarqua qu’il avait pris uniquement deux cailloux noirs et qu’il les avait mis dans le sac. Elle ne dit rien.

Puis le vieux monsieur laid demanda à la jeune fille de mettre sa main dans le sac…

Petit jeu : imaginez maintenant ce que vous vous auriez fait si vous aviez été là-bas à la place de la jeune fille ? Que lui auriez-vous conseillé de faire ?

Si on analyse bien la situation, il y a 3 possibilités :

La jeune fille doit refuser de tirer un caillou du sac.

La jeune fille doit sortir les deux cailloux noirs du sac et montrer que le vieux monsieur laid a triché.

La jeune fille doit retirer le caillou noir et se sacrifier en mariant le vieux monsieur laid pour épargner l’emprisonnement à son père.

Alors, vous avez réfléchi ??? Vous savez ce que vous auriez fait ???

Eh bien, voici ce que la jeune fille fit : elle plongea sa main dans le sac et en sortit un caillou qu’elle lâcha aussitôt maladroitement par terre. Le caillou se confondit tout naturellement avec les autres cailloux du chemin.

 » Ce que je peux être maladroite « , s’exclama la jeune fille.  » Mais qu’importe, si je sors du sac le caillou qui reste, avec sa couleur on verra tout de suite lequel j’avais retiré en premier ! « 

Puisque le caillou restant était noir, le premier caillou tiré ne pouvait être que blanc ! Et comme le vieux monsieur laid n’osa pas avouer sa malhonnêteté, la jeune fille transforma une situation qui semblait impossible en un dénouement heureux pour elle et son père !

La morale de cette histoire est :

Qu’il existe toujours une solution même dans les problèmes les plus complexes et les plus difficiles. Des fois, c’est juste qu’on ne regarde pas toujours les situations sous le bon angle. Il faut donc mieux réfléchir, mieux analyser les difficultés et mieux étudier les solutions !

Dans cette histoire on voit bien que même dans les cas les plus désespérés une étincelle peut jaillir et que dans toute situation compliquée on peut trouver un dénouement heureux. Il faut y croire, ne jamais perdre l’espoir !

***********

***********

LES DERNIERES VOLONTES D’ALEXANDRE LE GRAND

Sur le point de mourir Alexandre le Grand convoqua ses généraux et leur communiqua ses dernières volontés, ses trois ultimes exigences :

  • Que son cercueil soit transporté à bras d’homme par les meilleurs médecins de l’époque.
  • Que les trésors qu’il a acquis (argent, or, pierres précieuses…) soient dispersés tout le long du chemin jusqu’à sa tombe.

  • Que ses mains restent à l’air libre se balançant en dehors du cercueil à la vue de tous.

Lorsque l’un de ses généraux, étonné par ces requêtes insolites, demanda à Alexandre le Grand les raisons de ses demandes, celui-ci lui expliqua alors :

  • Je veux que les médecins les plus éminents transportent eux-mêmes mon cercueil afin de démontrer que face à la mort, ils n’ont pas toujours le pouvoir de guérir… ! Qu’ils ne sont pas des dieux !

  • Je veux que le sol soit recouvert de mes trésors pour que tous puissent voir que les biens matériels acquis ici sur cette terre ne vont pas nous suivre, mais rester ici-bas… !

  • Je veux que mes mains se balancent au vent pour que les gens puissent voir et comprendre que ce sont les mains vides que nous arrivons dans ce monde et que ce sont les mains vides que nous allons en repartir. Pour nous donc le trésor le plus précieux que nous avons et auquel nous ne pensons pas suffisamment, c’est LE TEMPS !!!

Eh oui, comme en mourant, nous n’emportons aucun bien matériel avec nous, LE TEMPS est le trésor le plus précieux que nous avons. Pourquoi ? Parce qu’il a ses limites, qu’il ne dure pas, qu’une fois passé, on ne peut jamais le rattraper et qu’il ne peut pas se multiplier. Nous pouvons produire plus d’argent, plus d’électricité, plus de nourriture, mais nous ne pouvons pas fabriquer plus de temps ! De ce fait, lorsqu’on en a, il faut en profiter, le chérir et l’utiliser à bon escient !

De plus, quand nous consacrons du temps à quelqu’un, cela veut dire que nous lui accordons, que nous lui offrons une portion de notre vie que nous ne pourrons jamais récupérer. C’est un beau présent, un beau don de soi. Notre temps est notre vie.

LE MEILLEUR CADEAU que l’on puisse donner à quelqu’un est donc notre temps. Il faut le distribuer généreusement à tous ceux qui en ont besoin, l’offrir sans compter à tous ceux que l’on aime comme sa famille et ses amis.

Être avare de son temps, ne pas le partager, ne penser qu’à soi sont des actes d’égoïsme qu’il faut absolument bannir de sa vie, chasser de son quotidien, car pour être heureux et satisfait de soi, il n’y a rien de meilleur, rien de plus beau que de voir des yeux brillés de joie et de bonheur pour les services que l’on a rendus !

***********

***********

Si vous avez aimé ces beaux textes, j’en ai écrit d’autres. Pour les lire, il faut cliquer sur les titres ci-dessous.

Beaux Textes no 1               Beaux Textes no 2             Beaux Textes no 3

Beaux Textes no 4               Beaux Textes no 5             Beaux Textes no 6

Beaux Textes no 7               Beaux Textes no 8             Beaux Textes no 10

 

Octobre 2012                              Marie-Claude Baillif

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *