Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 0
  • Last 30 days: 0
  • Online now: 0

Avoir des buts dans la vie !

six-fours, bandol, sanary, gaou, juin 2012

Lorsque j’observe autour de moi, que je lis les journaux ou que je regarde la télévision, je m’aperçois qu’il y a de plus en plus de gens qui partent à la dérive, qui s’en foutent de tout et qui se laissent aller ! C’est bien dommage, car une vie, on n’en a qu’une seule, il faut donc la soigner, la choyer et l’entretenir… c’est vrai, elle est déjà tellement courte, tellement précieuse… que ce serait du gâchis, une honte et un vrai scandale de ne pas ou de mal s’en servir, de ne pas en profiter ! De plus, quel affront et quelle vergogne vis-à-vis de notre Créateur et quelle non-reconnaissance envers nos mamans qui, pour la plupart, ont quand même lutté et souffert pour mener à bien leurs grossesses et nous mettre au monde !?!

Tous ces jeunes qui passent leurs après-midis de libre enfermés pendant des heures et des heures dans le restaurant de la Migros, avachis sur les bancs ou sur les chaises à perdre leur temps à ne rien faire ou alors, trainant comme des âmes en peine à travers l’enceinte du centre commercial… toutes ces bandes d’adolescents, qui au lieu d’aller danser et s’amuser comme les gens de leur âge, ne pensent qu’à ingurgiter des alcools forts pour s’enivrer et se saouler le plus rapidement possible ou alors, à fumer des joints à outrance pour se péter à mort… tous ces adultes qui sont en pleine santé, qui ont tout pour bien faire et qui ne font rien à part se plaindre toute la journée et médire sur leurs voisins, car ils ne sont jamais contents… tous ces riches qui flambent et qui gaspillent leur fric dans l’oisiveté, l’indécence et l’irrespect tellement ils s’ennuient dans leur quotidien feutré, ouaté et monotone… toutes ces personnes âgées, ces pauvres papis et ces pauvres mamies qui languissent dans leurs coins, recroquevillés, seuls et las, en attendant que la mort vienne les chercher… quelle tristesse, quelle désolation, quelle morosité !

Un tel manque d’enthousiasme, de reconnaissance et de gratitude envers la Vie, envers cette enveloppe charnelle qui nous sert de corps humain, me peine et me désole ! C’est vrai, comment peut-on lorsqu’on est en bonne santé s’autoriser à glander, s’ennuyer et ne plus vouloir rechercher de plaisir, de joie et de bonheur ??? J’ai du mal à comprendre et je dirais même plus, je trouve que cette attitude est inadmissible, intolérable et totalement injuste vis-à-vis de nous, les personnes malades et handicapées qui devons nous battre jour après jour, mois après mois, année après année pour garder la tête haute et ressentir du bien-être, de l’exaltation et de la satisfaction à ce que nous sommes et à ce que nous vivons !

Comment expliquer et comment comprendre qu’une personne valide pouvant marcher, courir et se déplacer tout à son aise puisse être morose, amer, maussade, renfrognée et malheureuse, alors qu’une personne malade ou handicapée, dépendante d’autrui à 100 % pour chacun de ses gestes, peut à l’inverse être joviale, gaie, radieuse, épanouie et heureuse !?!

Pour moi, que l’on soit jeune ou vieux, blanc, jaune ou noir, petit ou grand, mince ou obèse, on a tous droit au bonheur ! Pour l’atteindre ce sacré bonheur, le plus sûr chemin, c’est de se donner des buts ! En effet, rien de tel que d’avoir des projets pour se motiver, aller de l’avant et progresser ! Ces buts, ces projets (il en faut plusieurs pour être sûr d’en réaliser au moins un et il faut bien évidemment qu’ils soient simples et accessibles) sont un bon moyen (le meilleur d’ailleurs !) pour se procurer des joies, des plaisirs et des jubilations…

Lorsqu’on fait des plans, qu’on les prépare, qu’on les agence et qu’on les organise, d’une part, c’est stimulant, alléchant et super enthousiasmant, d’autre part, durant le laps de temps que l’on utilise pour les accomplir, les concrétiser et les réaliser, nos problèmes et nos soucis passent au second rang, on parvient à les oublier un peu, tellement on est exalté, galvanisé et tout excité ! Et puis, alors, quand soudain, on a la chance de réussir, que nos désirs et aspirations aboutissent… Waouh ! C’est l’apothéose, l’allégresse, la joie la plus complète ! Ce sentiment, cette sensation lorsqu’elle vient en nous, qu’elle nous submerge, on a l’impression de planer, elles nous donnent des ailes…

Quelqu’un qui n’a aucun but, aucun projet, aucun objectif, doit être une personne triste et sombre qui n’attend plus rien de la vie, qui se complait dans la monotonie du quotidien, la grisaille et la lassitude… c’est une personne qui doit être morte dans sa tête et dans son cœur !

Avoir de nouvelles idées, de nouveaux concepts, de nouvelles inspirations, connaître des schémas, des attentes et des rêves différents, qui sortent de l’ordinaire, c’est comme un renouveau, une métamorphose, une régénération dont nous avons tous besoin à un moment donné ou à un autre. C’est l’essence même qui va nous rebouster et nous faire aller de l’avant…

Regardez la nature : au printemps, les arbres, les fleurs, les prairies… tout éclate, tout bourgeonne et tout refleuri… c’est beau, c’est merveilleux… alors qu’en hiver tout part, tout tombe et tout disparait… et bien pour nous, c’est pareil, chaque année devrait être une renaissance et non pas une habitude !

Eh oui, il n’y a rien de pire que d’avoir la routine ! Cette dernière, qui est synonyme d’habitudes, d’automatisme et de manies, lorsqu’elle s’installe dans une vie, entraine quasi toujours à sa suite de la nostalgie et qui dit nostalgie dit mélancolie, abattement, découragement et pour finir, tristesse et dépression !

L’inactivité, le relâchement, la paresse et le désœuvrement… sont également des freins, des entraves à éviter de toute urgence, car eux aussi, à la longue peuvent étouffer et noyer la joie de vivre ! S’ils surviennent, il faut s’en méfier et faire très attention, le plus simple encore, c’est de les éloigner de soi, de s’en débarrasser le rapidement possible !

Pour mes vacances au bord de la mer, à la campagne ou en montagne, mes excursions de 3 ou 4 jours en Suisse ou en France ou mes escapades d’une journée, par exemple, j’y pense, j’y réfléchis et je les prévois déjà depuis le début de l’année. Comme je n’aime pas aller 2 fois à la même place (je trouve qu’il n’y a plus de découvertes, tout est déjà prévu d’avance, c’est inintéressant au possible…), je recherche continuellement de nouveaux endroits, de nouvelles virées, je diversifie mes envies, renouvèle mes choix et varie mes désirs !

Pour être à peu près sûre d’en réaliser 4 ou 5, j’agence et je programme toujours entre 10 et 15 projets. Ces souhaits, ces vœux qui me réjouissent l’esprit et me tiennent en haleine pendant plusieurs jours, plusieurs semaines, voir plusieurs mois des fois, sont mes moteurs, mes raisons de vivre, mes arguments et mes outils pour me tirer en avant et me permettre d’exister à part entière !

Sans but précis dans ma vie, sans projet innovant et sans défi valorisant, je crois que je serais comme tout le monde, je m’étiolerais, je me découragerais vite et qui sait, peut-être même que je déprimerais en me disant : « A quoi bon me lever aujourd’hui, puisqu’il n’y a rien à faire, rien qui m’attend ?!? »

Ne plus se laver, ne plus s’habiller, se vautrer toute la journée devant la télévision à manger des cochonneries et se laisser aller, c’est très facile, à la portée de tous. Si l’on n’est pas vigilant, si l’on ne fait pas très attention, le pas peut être vite franchi et après, pour se reprendre en main et remonter la pente, c’est plutôt pénible et difficile ! Ce qu’il faut, c’est se stimuler encore et toujours, s’encourager en trouvant des nouvelles occupations et réfléchir à des futures passions inédites et insolites !

Comme j’ai la chance d’être curieuse, avide et assoiffée d’apprendre, que j’ai toujours intacte cette envie et cette passion de voir et de découvrir toutes les belles choses qui nous entourent et que j’ai surtout cette volonté, cette force de ne pas sombrer dans l’ennui, le dégoût et l’inappétence de la vie (eh oui, grâce à mon tempérament insatiable, vorace et jamais rassasié…), JE SUIS ENCORE VIVANTE et je vais fêter mes 50 printemps le 17 mars prochain !!! Vous vous rendez compte !!! Ça, pour un évènement, je vous jure que c’en est un !!! Eh oui, qui l’aurait crû… qui aurait pu imaginer un tel fait, un tel miracle… personne… même pas moi !!!

Oui, j’ai la myopathie (cela fait 42 ans que je me bats contre…), oui, c’est une saloperie de maladie que je ne souhaite à personne, même pas à mon pire ennemi si j’en avais un, mais si vous me demandiez dans quel état d’esprit, je me trouve et ce que je pense sincèrement au fond de moi, je vous répondrais sans hésiter que oui, je suis heureuse, que oui, je suis fière de moi et de tout ce que j’ai réussi à faire malgré mon handicap et ma dépendance d’autrui à 100%, que oui, je m’aime et aime mon corps même s’il est un peu tordu et difforme et que je doive tout le temps porter un masque sur le nez et un tuyau qui pend comme une trompe d’éléphant !

Incroyable !?! Utopique !?! Surréaliste !?! Non, pas du tout… en fait, tout dépend de comment on se voit, de ce qu’on attend de notre vie, si nos choix et nos décisions nous comblent ou pas, de où on place l’échelle de nos joies et de ce que signifie le bonheur pour nous…

En tout cas, avec mon cerveau qui est une vraie marmite à vapeur, un inépuisable puits à idées et un formidable réservoir de rêves, d’inspirations et d’imaginations, je pense (ou du moins j’espère !) que j’aurais toujours de la ressource pour planifier les choses que j’aime, à savoir des petits repas sympas à la maison avec les gens que j’affectionne, des barbecues dehors avec mes amis et voisins, des promenades au bord des lacs ou en campagne, des virées à la montagne ou à la mer, des tours en bateau ou en téléphérique, des flâneries dans les marchés, les brocantes ou les centres commerciaux, des sorties aux spectacles (concerts, théâtres, cinémas), des visites aux musées, dans les parcs et les zoos, des soirées jeux, DVD, fêtes d’halloween, la chandeleur et anniversaires et pour finir, des apéros bronzettes sur les terrasses des restaurants !

Rester sur ses acquis, ne plus rêver, ne plus rien projeter, ne plus avoir de but, ce n’est pas bon pour le moral et quand le moral ne suit pas, c’est la santé qui en prend un coup !

Conclusion : à chacun de nous de prendre du temps pour réfléchir, méditer et bâtir des projets, car à l’heure actuelle, c’est encore l’un des meilleurs moyens pour avancer, progresser, se motiver et se dépasser !

********************

Pour illustrer mon texte,

voici quelques belles citations que j’adore :

 

coeurs

********************

L’essentiel n’est pas de vivre, c’est d’avoir une raison de vivre !

********************

Le découragement est la mort morale !  

(La Rochefoucauld)

********************

La plus importante et la plus négligée de toutes les conversations,

c’est l’entretien avec soi-même !

(Chancelier Oxenstiern)

********************

Le désespoir est le suicide du cœur !

(J. P. Richter)

********************

La douleur de l’âme pèse plus que la souffrance du corps !

********************

La vraie sagesse de la vie consiste à voir l’extraordinaire dans l’ordinaire !

(Pearl Buck)

********************

Et pour terminer,

voici une recette qui va nous permettre,

si nous l’appliquons tous,

de vivre une

hhh

 

Prendre 12 mois complets, les nettoyer de tout ressentiment, rancœur, haine et jalousie afin de les rendre aussi frais et propres que possible !

Maintenant, couper chaque mois en tranches de 28, 30 ou 31 morceaux, puis… tout doucement, mais… un seul jour à la fois… incorporer dans chaque journée :

Un zest de courage… une pincée de confiance… une cuillère de patience… une louche de travail !

Mélanger le tout avec des généreuses portions d’espoir, de fidélité, de générosité et de douceur !

Puis assaisonner le tout avec un soupçon de rêves, une pincée de rires et une pleine tasse de bonne humeur !

Verser ensuite la recette dans un grand bol d’amour… et pour terminer, garnir avec un sourire et servir avec tendresse !

Maintenant, vous avez 365 jours pour la savourer avec chaleur, enthousiasme et délicatesse…

Bonne chance… !!!

********************

Et rappelez-vous toujours que

LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION !

********************

Qu’il n’en faut pas beaucoup pour être heureux…

Il vous suffit juste d’apprécier chaque petit moment

et de le sacrer comme l’un des meilleurs moments de sa vie !

 ********************

Mars 2008                                           Marie-Claude Baillif

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *