Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 472
  • Last 7 days: 10 916
  • Last 30 days: 47 797
  • Online now: 8

Halloween 2006

        

Cela fait environ 9 ou 10 ans que chaque année des enfants déguisés et maquillés en monstres, sorcières et démons en tout genre viennent frapper à la porte de mon appartement pour demander des bonbons et autres sucreries… C’est mignon comme tout et certains costumes et masques sont absolument magnifiques, voir même totalement délirants ! 

Cette année, je ne sais pas pourquoi (un coup de folie certainement…), j’ai eu envie de fêter Halloween ! J’ai demandé à mes deux aides, Chantal et Fabienne, de m’accompagner dans mon délire et comme elles sont tout aussi givrées que moi, elles ont tout de suite accepté. Pour ne pas faire la fête à trois uniquement (plus on est de fous, plus on ri…), j’ai invité les voisins de l’immeuble. Comme la météo ne permet plus de faire des barbecues à l’extérieur, cette soirée d’halloween ferait office de remplacement…

Formidable ! Les voisins ont tous répondu présents ! On était 18 ! Pour pouvoir placer ces 18 personnes sans problèmes dans mon salon, Chantal et Fabienne ont dû enlever quelques babioles et rajouter deux tables… Josiane a préparé sa délicieuse soupe à la courge, nous, on a servi du pain aux noix, différents fromages, de la charcuterie ainsi que le vin et les boissons non alcoolisées et Mme Pollet a amené le dessert, une immense forêt noire ! Les autres ont tous apporté soit un bout de fromage, une boîte de chocolat, des bonbons ou une bouteille de vin.

        

Pour animer la soirée, j’avais prévu quelques amusements. Pendant l’apéro, par exemple, nous avons fait le jeu du quiz. C’est un jeu de culture générale qui consiste à répondre le plus rapidement possible à 40 questions posées. Celui qui a le plus grand nombre de bonnes réponses a gagné un paquet surprise. Cette fois, c’était du chocolat, des sucettes et des bonbons.

Le deuxième jeu, après la soupe à la courge, était les yeux bandés. Drôle et amusant, ce jeu consiste à mettre un foulard autour des yeux des hommes pour qu’ils ne voient plus rien, puis leur donner à chacun d’eux des petits godets remplis d’ingrédients spécifiques que l’on avait préparé à l’avance. Le but est de trouver quels sont ces ingrédients en soit les touchant avec les doigts, soit les humant avec le nez ou soit les goûtant avec la langue. Il y avait 7 hommes et 6 séries de gobelets avec du café moulu, de la boîte César pour chats (à halloween, tout est permis…), du sel, du sucre, de la mayonnaise et du curry. Le plus rapide d’entre eux a gagné une bouteille de vin. 

Après avoir mangé la charcuterie, le pain et le fromage, Chantal a posé une charade, puis elle, Fabienne et moi, nous avons poussé une chansonnette pour souhaiter un bon anniversaire à Mme Pollet. Pour amener le gâteau (la forêt noire) de la cuisine à la table du salon, les deux plus jeunes de la soirée, Aurélie (18 ans) et Michel (14 ans) ont enfilé deux masques de frayeur et sont arrivés dans la nuit complète juste à la lueur d’une bougie torche étincelante. Grrr !!! Ca donnait des frissons !!!

clip_image018

Après le dessert, Manuel a fait deux sketchs. L’un avait pour thème les voisins (un nouveau venu dans un immeuble va se présenter à toutes les portes. Letableaudes différents personnages était frappant de vérité et cocasse), l’autre représentait une grosse pointure de la mafia, Vittorio (une marionnette en tissu) avec son garde du corps (Manuel) qui venait souhaiter un joyeux anniversaire à Mme Pollet. On a bien rigolé !

A l’heure du café, Chantal a raconté des gags ce qui en a déclenché d’autres de la part des autres convives. C’était super ! L’ambiance était amicale, sympathique, bienveillante et chaleureuse ! A 2h15 du matin, commençant à être courbaturée de partout (depuis mon accident du genou, c’était la deuxième fois seulement que je quittais mon lit pour m’asseoir dans ma chaise roulante), j’ai demandé à mes deux acolytes, Chantal et Fabienne, de me remettre au lit pour m’allonger et détendre mon corps et mes membres…

Waoh, je suis très fière de moi et de ma résistance ! J’étais assise sans bouger et sans avoir mal nulle part de 18h à 2h30 du matin !!! Ça, c’est plutôt rare, surtout après 6 semaines d’alitement !!! J’étais soulagée et hyper contente… de plus, de voir que je suis toujours aussi solide et endurante m’a rassurée et redonner un grand coup de fouet au moral !!!

Comme j’étais au lit, tous nos invités sont venus dans ma chambre pour me dire au revoir, me féliciter et me remercier chaleureusement pour l’accueil et tous les divertissements de cette super belle soirée qui était absolument top grave !!! Ils ont adoré et si je veux refaire une fête, pour eux, pas de problèmes, ils reviendront tout de suite !!! Leurs compliments m’ont fait très plaisir… j’étais enchantée !!!

Pour participer à cette soirée, les gens pouvaient venir déguisés ou pas… c’était selon leur humeur ! Chantal, Fabienne et moi, nous nous sommes maquillées. C’était super ! En quelques secondes, nous avons ôté notre costume d’adulte et nous sommes redevenues des enfants… Avec nos produits de maquillage, notre rouge à lèvre noir, le gel dans les cheveux et pour moi, la perruque de « Cruella » (c’est la méchante dans le dessin animé de Walt Disney « les 101 dalmatiens »), nous étions comme des gamines… excitées à souhait, joyeuses et très imaginatives !!! J’ai adoré ces instants uniques de rire, de joie et de franche bonne humeur !!! Je n’avais jamais fait ça avant pour halloween, ni pour aucune autre fête d’ailleurs… il aura fallu attendre que j’aie 48 ans pour oser me travestir, me parodier et m’éclater !

clip_image020

Un peu d’histoire  

L’origine de la fête d’halloween remonte bien avant l’ère chrétienne. En fait, elle n’est pas américaine comme beaucoup le pensent, mais européenne. En effet, ce sont les Celtes et les Gaulois qui, il y a environ 3’000 ans avant Jésus-Christ, célébraient la veille du Nouvel An le 31 octobre.

Pendant cette nuit du 31 octobre au 1er novembre, c’était la fête de « Samain », le dieu des morts. A l’époque, les gens supposaient que les esprits des morts pouvaient revenir dans leur demeure terrestre et les vivants devaient les accueillir au mieux. Par exemple, ils leur laissaient toujours une place autour de la table ou près du feu… Mais l’ouverture des portes de l’autre monde permettait aussi l’intrusion d’esprits maléfiques. « Samain » rôdait toute la nuit afin de rassembler les âmes de ceux qui étaient morts dans l’année et d’emmener leurs esprits dans l’autre monde.

Afin que la nouvelle année leur soit favorable, les Celtes et les Gaulois, au cours de cette première nuit de la nouvelle année, pratiquaient des rituels religieux très particuliers :

Dans chaque village, les hommes éteignaient le feu dans l’âtre dans leurs foyers, ensuite au cours de la nuit, ils se rassemblaient en cercle et là, les druides (c’est l’équivalence de nos prêtres) étouffaient solennellement le feu sacré de l’autel, puis frottaient des branches sèches d’un chêne sacré jusqu’à ce qu’elles s’enflamment en un nouveau feu pour honorer le Dieu du Soleil et faire fuir les mauvais esprits. Après, chaque chef de famille recevait de la braise rouge recueillie dans ce feu afin d’en allumer un nouveau dans leur âtre. Ce feu sacré, qui ne devait pas s’éteindre jusqu’à l’automne suivant, protégeait chaque maison du danger et des esprits diaboliques.

Durant la nuit, tout le village se rassemblait pour festoyer. Le porc communément servi à table était remplacé par deux taureaux blancs liés par les cornes (ils étaient sacrifiés après la cueillette du gui par les druides). On y buvait de la bière, du vin et de l’hydromel… La fête durait entre une semaine et quinze jours. Pour s’assurer que les mauvais esprits s’en aillent bien, les gens vidaient des navets ou des betteraves pour les tailler en forme de tête de mort qu’ils plaçaient ensuite au bord des routes ou vers les cimetières, ils se maquillaient de façon effrayante et s’habillaient avec des costumes épouvantables.

La fête de « Samain » était la plus importante des fêtes Gauloises

Alors qu’en France la culture Celte disparaissait peu à peu, des coutumes populaires de « Samain » continuèrent à se développer en Irlande, en Ecosse, au Pays de Galles et dans certaines régions de l’Angleterre.

Entre 1846 et 1848 avec l’émigration des Irlandais aux Etats-Unis suite à une gigantesque famine, les traditions d’Halloween se sont répandues par-delà les océans emportant avec elles l’un des personnages les plus populaires de Halloween,

Jack O’ Lantern

Jack était un ivrogne et un joueur de cartes et le diable aurait tenté d’avoir son âme. Il existe deux versions de cette histoire. Selon la première, Jack a battu le diable aux cartes et, en échange, lui a arraché la promesse de ne jamais aller en enfer… Selon la seconde, le diable est venu le chercher et Jack, sans un sou sur lui, lui aurait demandé la faveur de boire un dernier verre. Le diable se serait alors transformé en une pièce de 6 pence, mais Jack au lieu de payer sa consommation, l’aurait jetée dans une tirelire avec une ouverture en forme de croix et n’aurait libéré le Malin qu’en échange d’une année de vie supplémentaire. Après un an, le diable revint le chercher et Jack demanda cette fois la faveur de manger une dernière pomme. Tandis que le diable l’aidait à grimper sur un pommier, Jack tailla une croix sur le tronc. Roulé une fois de plus, le diable s’en alla. Quand il vint à mourir, Jack alla aux portes du paradis, mais Saint-Pierre le chassa. Il alla ensuite voir le diable qui, effrayé, ne voulu pas de lui en enfer. Jack obtint cependant une braise du diable qu’il introduisit dans une citrouille évidée afin de guider sa marche dans les ténèbres. Depuis ce jour là, Jack erre dans le noir entre le paradis et l’enfer.

La coutume des navets, raves ou citrouilles évidées avait pour but premier d’effrayer les mauvais esprits, mais plus tard, elle est devenue intimement liée à la légende de Jack O’Lantern. Les Irlandais émigrés aux Etats-Unis adoptèrent plutôt les citrouilles, car elles y étaient plus abondantes.

 

Devenue fête nationale aux Etats-Unis à la fin du XIX ème siècle, Halloween est de nouveau célébrée en France depuis la fin du XX ème siècle.

Les thèmes d’Halloween doivent être effrayants : sorcières, vampires, loups-garous, fantômes, squelettes, cimetières, maisons hantées, chats noirs, chauve-souris, citrouilles, momies, zombies et monstres en tout genre sont les stéréotypes de cette fête originale et épouvantable. Ce soir-là, on aime se faire peur, on s’habille de façon morbide, on raconte des histoires horribles, on fait des blagues mystérieuses…

      

Selon la tradition, les enfants se déguisent et passent de maison en maison avec une taie d’oreiller pour ramasser le maximum de bonbons, sans quoi ils menacent de faire une méchante blague. La coutume du « trick or treat » qui signifie « tu paies ou tu as un sort » est apparue aux Etats-Unis dans les années 30.

Même si Halloween ne se fête que le 31 octobre, c’est durant tout le mois d’octobre que les enfants américains le préparent : ils décorent les maisons, créent leur déguisement, évident, puis sculptent de gros légumes en visages grimaçants et effrayants afin de marquer cette nuit étrange.

La citrouille est le symbole principal de cette soirée.

clip_image025

Voilà les autres symboles souvent présents durant cette fête unique en son genre 

zzzzz

Si vous voulez vous aussi vous amuser et vous déguiser à cette fête, je vous souhaite d’ores et déjà une bonne soirée d’Halloween !

02g

23

08

Si vous voulez voir les autres photos de mes 2 soirées d’Halloween, veuillez cliquer ici

Novembre 2006                              Marie-Claude Baillif

 

 

 

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *