Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 028
  • Last 7 days: 9 564
  • Last 30 days: 46 846
  • Online now: 0

Mes Chers Animaux (2ème partie)

(… Ceci est la suite de la 1ère partie du texte Mes Chers Animaux)

Chantal et Natale

En avril 2002, quand j’ai rencontré Chantal (ma chauffeuse, aide et amie) par annonce, elle avait Natale, une jolie petite chienne du genre « collie » ou « berger des shetland ». En octobre 2002, lorsque pour des raisons pratiques, elle est venue habiter chez moi, elle m’a demandé l’autorisation de prendre sa chienne avec elle. Comment aurais-je pu refuser, cela faisait 18 ans qu’elles vivaient ensemble ! J’ai tout de suite accepté et ironie du sort, je me suis retrouvée avec un chien !

Image10

Tout allait bien. Natale, c’était une gentille chienne, calme et adorable, mais au mois de mai 2003 (j’étais absente, j’étais en vacances dans la région de la Dombes avec Sylvaine et Jessica), elle a eu un grave problème de santé. Chantal a dû la faire endormir. Ce fut un sale moment, une période difficile et pénible… Chantal a beaucoup souffert ! Comme elle vivait très mal l’absence de sa chienne (18 ans ! Vous vous rendez compte, c’est long !), alors, pour la consoler, je lui ai proposé de prendre un autre chien.

Sultane

Deux mois plus tard, Sultane, une petite chienne labrador de 2 mois entrait dans nos vies… Elle était toute noire, avait deux grands yeux attendrissants en forme de noisette… elle était belle, elle était adorable, on a fondu devant elle !

Lorsqu’elle venait dans mon lit, elle adorait se coucher au-dessus de mon coussin derrière ma tête ! C’était son coin favori ! De là, elle voyait tout le monde et puis, surtout elle dominait la situation… elle nous faisait bien rire !

Dans la voiture, on la mettait devant mes pieds sur le siège avant. Si le trajet était long, elle se couchait parterre, s’il était court, elle restait assise en me regardant et en me léchant les mains. J’aimais beaucoup ces moments-là ! C’était des moments privilégiés, des moments uniques de tendresse et d’affection entre elle et moi ! A cause de ma mobilité réduite, nos contacts physiques sont très limités ! En fait, il n’y a que sur mon lit et dans la voiture que je peux la toucher et la caresser ! C’est un peu frustrant…

Anecdote

Un après-midi où nous étions toutes seules, Chantal et moi, nous sommes parties nous promener à pied. Notre but, c’était que Sultane apprenne à marcher à côté de ma chaise roulante sans qu’elle se fasse rouler sur les pattes !

Cet exercice, croyez-moi, n’est pas si évident que ça ! Cela demande beaucoup de concentration, d’adresse et d’habilité pour celle qui pousse ma chaise roulante et beaucoup de patience ! Chantal devait à la fois tenir ma chaise et Sultane en laisse… ne jamais me lâcher même si Sultane tirait dans l’autre sens, sautait pour jouer ou faisait un écart… et rouler droit pour ne pas lui écraser les pattes ! Pendant 20 minutes, entre ordres, difficultés et recommandations, on a bien rigolé… !

Comme il faisait très chaud, on est allée sur la terrasse d’un restaurant pour boire quelque chose. Durant le retour, soudain, Sultane ne voulait plus avancer ! Son refus était total ! Elle en avait marre, elle avait chaud, elle ne voulait plus rien entendre ! Pour ne pas la frustrer ni la bloquer, Chantal l’a posée sur moi derrière ma petite table et elle a fait tout le reste du trajet dans mes bras ! C’était drôle de la voir là ! Elle était toute fière et moi aussi ! Elle me léchait partout…

Comme ma vie sociale est très remplie, on a décidé de tout de suite l’habituer à la foule. Sur les terrasses de restaurant ou dans les réunions d’associations, on l’attache à ma chaise roulante. Là, elle sait qu’elle doit rester tranquille, couchée et qu’elle doit me garder.

Elle adore les enfants. Avec eux, il n’y a aucun problème, elle ne leur fera jamais de mal ! Dans certains endroits, on se promène sans laisse, car elle obéit bien et ne part jamais loin de nous. Elle a un très bon caractère, on voit que c’est une chienne bien née et qui est bien dans sa tête !

Quand elle était petite, on allait souvent au bord du lac ou sur des plages peu fréquentées, autorisée aux chiens et où l’on pouvait faire des pique-niques et des barbecues. Sultane a tout de suite aimé l’eau, mais au tout début, elle avait quand même un petit peu peur. C’est mon frère, qui nous rejoignait tout le temps avec le bateau d’une amie, qui lui a appris à nager. Il la prenait délicatement dans les bras, s’éloignait de plus en plus dans l’eau et lorsque Chantal appelait Sultane, il la lâchait pour qu’elle revienne d’elle-même à la nage. C’était touchant de les voir tous les deux s’ébrouer dans l’eau !

Aujourd’hui, Sultane peut passer des heures et des heures dans l’eau. Ce n’est pas un labrador pour rien ! Son passe-temps favori : nager après la balle qu’on lui lance et la rapporter. J’adore la regarder ! C’est très beau !

Les semaines, les mois ont passé. Aujourd’hui, c’est une belle bête de 45 kg tout en muscles, tout en force et tout en douceur ! Les gens qui ne la connaissent pas ont peur d’elle, car elle est grande, imposante et toute noire, mais elle n’a pas une once de méchanceté ! Dehors, lorsqu’on se promène et qu’elle voit un chien au loin, elle s’aplatit au sol en forme de soumission. Après quelques secondes, elle se lève et court vers le chien pour jouer.

Son seul défaut, c’est la nourriture ! C’est un glouton qui, si on l’écoutait, passerait son temps à manger ! Au début, elle était voleuse, mais à force de patience, de réprimandes et de surveillances, maintenant, elle peut passer à côté d’une assiette sans y toucher ! Pour un labrador, c’est une belle victoire ! On est très fière d’elle !

Kalyne

Au mois de mai 2004, la maman de Chantal, suite à de gros problèmes de santé, m’a demandé si c’était possible de prendre sa chienne, kalyne, pendant quelques temps. Comme sultane et kalyne s’entendent bien et que j’ai un grand appartement, j’ai tout de suite dit oui. Dans la vie, il faut s’entraider et puis, 2 chiens à la maison, ça fera de l’animation !

Kalyne est une gentille chienne du genre « berger des Pyrénées ». Elle a plein de poils partout et sa couleur est blanche et beige. Elle a des yeux attendrissants, un caractère calme et sait exactement comment faire pour nous charmer ! Je l’aime beaucoup, car elle est douce, délicate et timide ! Elle a un lourd passé derrière elle et des fois, on aimerait bien savoir qu’est-ce qui se passe dans sa tête ! La maman de Chantal l’a récupérée à l’âge de 4 mois. Ce que l’on sait, c’est qu’elle a été abandonnée en Italie, probablement battue et qu’elle a une peur bleue des parapluies….

Quand on se promène dans les champs et les pâturages, je trouve que Kalyne est dégourdie, aventurière, espiègle et très débrouillarde ! C’est aussi une boule de tendresse, attachante et très câline qui adore les papouilles et les caresses !

Sultane a très bien accepté l’arrivée de Kalyne à la maison et Kalyne s’est vite habituée à son nouvel environnement. Oh, bien sûr, la maman de Chantal lui manque énormément (un chien n’a qu’un seul maître, je l’ai vécu avec Nouchka), mais heureusement pour nous tous, elle s’est bien adaptée et tout va bien. La maman de Chantal vient très souvent la voir et quand sa santé le lui permettra, elle l’a reprendra.

Contrairement à ce que certains peuvent penser 2 chiens ne sont pas une entrave, bien au contraire, c’est une joie de les voir jouer ensemble, courir dans l’herbe, se baigner dans l’eau et partager nos moments de vie ! On les emmène partout. Pour nous, il n’y a aucun obstacle ! Si un hôtel ou un restaurant n’accepte pas les chiens, eh bien, tant pis pour eux, on ira dans un autre ! Il y a toujours moyen de se débrouiller !

Avec elles, on a déjà été au bord de la mer (c’était marrant de les voir goûter l’eau salée pour la première fois ! Elles n’ont pas trop aimé !) et à la montagne (elles adorent courir dans les pâturages et se rouler dans la neige !). Elles ont déjà pris le petit train à crémaillère qui va de Wilderswil à la Shynigge Platte dans le massif de la Jungfrau, visité le musée en plein air du Ballenberg et pris le bateau pour voir la Baie de Saint-Tropez. Le lac Léman, le lac de la vallée de Joux, le lac de Brienz et le lac d’Annecy n’ont bientôt plus de secrets pour elles…

Chaque matin, Sultane et Kalyne viennent me dire bonjour dans ma chambre. Sultane me lèche et kalyne me gratte le bras avec sa patte.

En juin 2004, j’ai attrapé une sévère pneumonie qui m’a emmené 1 mois à l’hôpital de Rolle. Là-bas, il y a une unité spécialisée aux problèmes respiratoires. Durant les premiers jours, comme je n’arrivais plus à expectorer et que mes glaires envahissaient mes poumons, j’ai dû partir d’urgence aux soins intensifs du CHUV à Lausanne. Là, 2 médecins, très inquiets, m’ont demandé : « Si votre situation péjore et s’aggrave pendant la nuit, est-ce que vous acceptez d’être intubée et trachéotomisée ? On a besoin de savoir » Consciente de l’enjeu, j’ai demandé : « Et si je refuse ? » « Eh bien, si vous refusez, vous allez être tellement inconfortable qu’on va vous donner de la morphine à haute dose et vous allez vous endormir gentiment »

Comme je suis terre à terre et que j’aime utiliser les bons mots pour comprendre, je leur ai dit : « Alors, si je comprend bien, si j’accepte l’intubation, cela veut dire que j’aurais une trachéotomie à vie et si je refuse, cela signifie que je vais m’étouffer avec mes glaires et que je vais mourir ? Ce soir peut-être ? » Les 2 médecins, coincés par mes propos crûs, m’ont répondu : « oui » A ce moment là, blême et déconfite, je leur ai demandé 5 minutes pour réfléchir. Ils sont partis et moi, j’ai hurlé comme je n’avais encore jamais hurlé de ma vie, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, j’ai « vomi » toute ma rage, ma révolte et ma haine et… ô miracle… mes glaires se sont décoincés et j’ai craché, craché, craché… durant 1 mois ! J’étais sauvée ! J’ai échappé à la trachéotomie et à la mort pour la 3ième fois….

De retour à l’hôpital de Rolle, j’ai beaucoup réfléchi sur ma vie, « ma future trachéo » et la mort… et j’ai pris la décision suivante : j’avais envie d’un petit chat, une petite boule de poil à aimer et à choyer !

J’ai demandé à Chantal si elle était d’accord que je prenne un chat à la maison, car cela signifiait que le jour où « moi aussi, je partirais rejoindre les étoiles…», c’est elle qui devra s’en occuper ! Elle m’a regardé avec amour et m’a dit : « Tu sais bien, Marie-Claude, que pour toi, je ferais n’importe quoi… ! » Cette fille, c’est une bénédiction ! Je l’adore !

Le 15 décembre 2004, un petit chat tout noir, tout timide et tout mignon faisait son apparition.

Simba

Il avait 3 mois et je l’ai appelé Simba. Ce chat, sans le savoir, est arrivé à un moment crucial de ma vie ! D’un côté, je perdais un être cher, mon frère, de l’autre, j’en récupérais un….

Simba m’a beaucoup aidée dans tous ces moments difficiles de deuil. Il a atténué ma douleur et soulagé ma tristesse. Il m’a permis de mieux accepter et de mieux surmonter l’absence de mon frère ! Il était le petit rayon de soleil qui égayait nos dures journées !

Sultane et Kalyne ont très bien accepté Simba et lui, il n’a pas eu peur des chiennes. Mon souhait quand j’ai décidé de prendre un chat, c’était d’avoir 3 bêtes qui s’aiment et se respectent, 3 bêtes qui jouent, mangent et dorment ensemble ! C’est chose faite ! Mon vœu est exaucé, mon rêve est réalisé ! La cohabitation est parfaite !

Plus je vieillis et plus je constate qu’un animal, c’est une providence, un plus dans la vie de quelqu’un ! Un animal donne sans compter et n’attends rien en retour ! Lui, il nous aime comme on est avec nos défauts et nos qualités sans faire de jugement ni d’à priori ! Un animal ne trahit pas, ne se moque pas, ne critique pas, n’insulte pas et ne fait jamais la gueule ! Ce n’est pas merveilleux ça !?! On devrait tous en prendre de la graine, non !?!

Chantal, Sultane, Kalyne et Simba sont mon nouveau noyau familial ! Je les adore ! Ils sont gentils, joueurs et tellement faciles à vivre ! Avec eux, je me sens bien, ils me protègent et me comblent de joie et de bonheur !

Leurs présences m’ont aidé à me reconstruire après les deux terribles décès qui m’ont affectées…

Grâce à eux, j’ai pu retisser un cocon, un nid douillet où règnent Amour, Tendresse, Respect et Sérénité !

Si vous voulez voir d’autres photos de tous ces animaux qui ont partagé ma vie, alors pas de problèmes, cliquer sur le diaporama ci-dessous :

« Mes Chers Animaux ! »

             Mars 2006                                Marie-Claude Baillif

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *