Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 619
  • Last 7 days: 10 691
  • Last 30 days: 47 777
  • Online now: 12

2002 : Croisière sur le Rhin !

Carte sur le parcours du Rhin. Il part de Bâle en Suisse, traverse l’Allemagne et se jette dans la Mer du Nord 

L’eau m’a toujours attirée, l’eau m’a toujours fascinée. Que ce soit la mer, les lacs, les rivières, les étangs… Peu importe, j’aime tout ! Mon signe astrologique ? Devinez, ce n’est pas très compliqué. Eh oui, c’est «poisson » ! Alors, il ne faut pas s’étonner que j’adore l’eau sous toutes ces formes !

En 2002, après mon magnifique voyage en Toscane, mon cœur a chaviré pour une croisière. Dormir, manger et vivre sur un bateau, ça doit être super ! J’ai bien envie d’essayer ! Une grande croisière de 3 semaines, 1 mois sur les océans, c’est peut-être un peu long, un peu trop difficile pour moi, mais par contre, une petite croisière d’une semaine sur un fleuve, c’est tout à fait faisable !

Je me documente, je regarde à gauche, à droite quelles sont mes possibilités. Avec la compagnie Croisi Europe, il y a une offre qui me tente beaucoup. Ce sont 5 jours de navigation sur le Rhin romantique là où il y a le célèbre rocher de la Lorelei et des dizaines de châteaux de l’époque moyenâgeuse. Waoh, j’ai vu des photos, c’est splendide ! Quel décor ! Quels paysages ! Exactement comme j’aime !

Le bateau part de Strasbourg en France, va jusqu’à Coblence (Koblenz) en Allemagne et retourne à Strasbourg. Cette option m’arrange bien, car comme c’est aller-retour, tous mes bagages, tout mon matériel respiratoire pourra rester sur le bateau. Pas besoin de transfert, pas besoin de se compliquer la vie en rentrant en bus, en train ou en avion ! Les prix sont abordables pour mon porte-monnaie. Il y a 3 repas par jour à bord, de l’animation et des visites guidées tout au long de la traversée.

Dans le bateau « MS France », il y a une cabine double, accessible pour les personnes en chaise roulante. Elle est située au pont supérieur, c’est à dire à plein pied lorsqu’on rentre dans le bateau, au même niveau que la salle à manger et qu’au bar, là où il y aura tous les soirs de l’animation et des divertissements !

Une croisière sur le Rhin… ? Plus j’y réfléchis et plus ce projet m’intéresse ! Ca fait longtemps que j’en ai envie, alors pourquoi pas maintenant !?! C’est le moment idéal ! J’ai un peu d’argent de côté, Lydia qui est enthousiaste à l’idée de m’accompagner…  il me reste juste à trouver une chauffeuse pour nous conduire à Strasbourg et nous aider dans le bateau !

Comme on s’est tellement bien entendue avec Chantal, l’ambulancière qui a conduit lors du voyage en Toscane (Italie), je lui propose cette croisière. Elle est ravie et me répond tout de suite oui. Je réserve ferme.

Pour être sûre de n’avoir aucun problème avec mes appareils respiratoires, je demande une confirmation écrite pour les prises électriques qu’il y a dans le bateau. J’ai besoin d’en avoir 2 dans la cabine et surtout que ce soit du 220 Volts. En fait, il m’en faut une pour mettre mon respirateur sur le courant électrique la nuit et une autre pour brancher mon chargeur afin de recharger les petites batteries que j’utilise la journée. Pas de problèmes, il y a tout ce qu’il faut !

Par contre, je dois signer une décharge attestant que si, par malheur, il m’arrivait quelque chose sur le bateau, je n’en tienne pas rigueur au personnel, ni à la compagnie Croisi Europe. Je dois comprendre qu’en cas de problèmes, un bateau ne peut pas accoster comme il veut et qu’il n’y a pas toujours d’ambulance à proximité. Tout ceci, c’est suite aux multiples procès qui sont fait pour un oui ou pour un non aux Etats-Unis et qui commencent à venir par chez nous ! Les compagnies de navigation et d’aviation ont peur et se protègent comme elles peuvent ! Moi, je m’en fous! Tout ce que je veux, c’est faire une jolie croisière sur le Rhin !

Le jour du départ 

Chantal, Lydia et moi, nous partons le lundi 17 juin 2002 à 9h le matin. Direction Strasbourg ! Nos tubes du moment, c’est Céline Dion avec « I’m alive » et Yannick Noah avec « Simon papa tara ». Waoh ! On les adore ! On met la musique à fond dans la voiture ! Quelle ambiance !

Strasbourg

On arrive à Strasbourg à 14h. Comme l’embarquement sur le bateau n’est pas prévu avant 17h, on va flâner et se détendre au magnifique quartier « la petite France ». J’aime beaucoup cet endroit. Les maisons en colombages et de toutes les couleurs, les petits canaux, c’est le paradis pour mon appareil photo !

Chantal, Lydia et moi à travers le quartier de la Petite France à Strasbourg

A 17h, on embarque sur le bateau « MS France ». On peut laisser la voiture dans le parking de la compagnie Croisi Europe. C’est très pratique ! Trois autocars remplis de personnes âgées arrivent. Ils montent tous dans notre bateau. Eh bien, ça promet ! On panique un peu. Le plus jeune d’entre eux doit bien avoir au moins 65 ans et le plus vieux, je n’ose même pas le dire ! Mais, qu’est-ce qu’on va s’embêter… !

Notre bateau de croisière, le MS France

Lydia, Chantal et moi, sommes installées au bar. On écoute les commentaires des nouveaux arrivants, on observe la valse incessante des valises… C’est la pagaille sur le pont, on pique de nombreux fous rires ! A 18h30, tout le monde a rendez-vous au salon bar. L’équipage fait les présentations, explique le règlement ainsi que le programme durant les 5 jours à venir.

A 19h, le souper est servi dans une immense salle à manger. On peut choisir sa table, mais après, impossible de la changer, car les serveurs vont y laisser nos bouteilles de vin, d’eau et nos serviettes respectives. Il y a deux groupes bien distincts chez les personnes âgées. Chaque groupe se met ensemble. Nous, comme on ne connaît personne, on s’installe à une table dans le fond, là où on a la vue sur tout le monde, juste à côté d’une grande baie vitrée. Ce soir, le MS France reste à quai, mais demain, ce sera magnifique et très intéressant de manger tout en regardant les paysages défilés devant soi !

A 20h30, pour tous ceux qui le désirent, rendez-vous sur le pont. Un bateau mouche doit venir nous chercher pour une balade nocturne à travers les canaux du vieux Strasbourg. J’aimerais bien y aller, mais pas de chance, il y a une quinzaine de marches ultra raides pour descendre au ponton d’accostage du bateau mouche ! L’équipage du « MS France » et du bateau mouche refusent de m’aider. Je n’en crois pas mes oreilles ni mes yeux ! Je suis déçue, mais pour ne pas faire d’histoires dès le  1er jour, je renonce à y aller. Chantal est furax ! J’ai payé, j’y ai droit comme tout le monde !

Les palabres commencent et incroyable, mais vrai, ce sont 5 petits vieux qui viennent me proposer leur aide. J’ai un peu peur que physiquement, ça soit un peu trop lourd pour eux de me porter moi, ma chaise roulante et mon respirateur, mais comme je n’ai pas le choix, j’accepte. Tout le monde met la main à la pâte pour m’emmener à l’intérieur du bateau mouche, sauf les deux équipages ! Sans commentaires !

La balade nocturne au fil de l’eau se passe bien. Un guide nous détaille l’histoire de Strasbourg. On peut poser des questions. C’est très intéressant ! 2 heures plus tard, nous retournons au ponton d’accostage pas pratique du tout pour moi. Les petits vieux m’aident à nouveau. Qu’est-ce qu’ils sont serviables ! Un dernier verre au salon bar et hop, on va au lit.

Voici le salon bar de notre bateau

 

 Mardi 18 juin

A 3h du matin, notre bateau met ses moteurs en route et part en direction de Coblence en Allemagne. A 8h, Chantal vient nous réveiller. C’est amusant et très relaxant d’être au lit et de voir défiler les berges du Rhin !

Voici notre cabine à 2 lits pour Lydia et moi

Le Rhin sauvage

Le petit déjeuner est servi de 7h à 10h le matin. A 9h, pour ceux qui le désirent, il y a de la gymnastique sur le Pont soleil. A 11h, une animatrice organise des jeux et des concours pour l’apéro dans le salon bar. A midi, c’est le dîner dans la salle à manger. Les repas sont copieux, variés et excellents.

Durant la navigation, nous pouvons admirer beaucoup de châteaux et croisons plusieurs autres bateaux de croisière comme le nôtre. C’est magnifique !

Coblence

A 16h, on arrive à Coblence. Le capitaine nous propose un tour de ville à pieds. Nous sommes une dizaine a accepté. Les autres n’ont pas envie, il fait trop chaud, ils préfèrent rester sur le bateau.

Je suis déçue ! Ce que la guide nous montre de Coblence, ce n’est pas terrible ! C’est même nul, archi nul ! Ca ne vaut pas la peine ! De plus, il fait vraiment très chaud, 36 degrés ! Une des mamies a un malaise, elle tombe la tête la première. La pauvre, elle a le nez et le visage tout tuméfiés !

Balade à travers le centre ville de Coblence avec Francis l’un des passagers

La ballade une fois terminée, nous retournons au bateau. En attendant l’heure du souper, nous buvons l’apéro dans le salon bar. C’est le point de ralliement, le coin des rendez-vous, le lieu pour faire connaissance et pour être franche, le seul endroit où il se passe quelque chose !

Le capitaine nous annonce que ce soir, après le souper, ça va être soirée dansante au salon bar. Waoh ! Super ! Ca va swinguer sec ! A 22h, la salle est pleine, il n’y a plus de places assises, sauf à notre table (prévoyantes, nous l’avions faite réservée avant). Trois dames viennent s’asseoir à côté de nous. On fait les présentations. Ce sont trois veuves qui adorent voyager, guincher et faire la fête ! A leurs âges (déjà bien avancés), on ne peut pas dire qu’elles crachent dans leurs verres! Résultat : l’ambiance est animée et des plus joyeuses ! Un dénommé Francis vient à tout moment faire danser ces dames. Lorsqu’il fait valser Chantal ou qu’il abandonne Lydia au beau milieu d’une danse, nous sommes toutes pliées de rire ! Quelle bonne soirée ! Nous sommes les dernières à quitter le salon bar, il est 2 heures du matin !

Sur la piste de danse, Francis, le tombeur de ces dames avec Chantal dans un slow langoureux !

Allez, hop, disco, Messieurs, Dames… Francis et Lydia se lâchent !

Ah, les fous rires commencent…

Très tôt le matin, le bateau fait demi-tour. Longer le Rhin de Coblence à Rüdesheim permet de découvrir la partie la plus sauvage et la plus romantique de ce fleuve légendaire. En ruine ou entières, les places fortes qui bordent son cours rappellent qu’il s’agit d’un axe ancien et majeur de communication, source de richesses et théâtre d’invasions. Une fois passée la ruine du château d’Ehrenfels, construit par les archevêques de Mayence pour contrôler les péages sur le fleuve, l’on aperçoit les silhouettes des châteaux de Rheinstein, Reichenstein, la forteresse des Sooneck et le donjon du château de Pfalz. Dans cette partie du Rhin, se dresse plus de 30 châteaux ! Impossible de tous les citer et surtout de tous se les rappeler !

Mercredi 19 juin. Rüdesheim

Après avoir dîné à bord du bateau, nous accostons à Rüdesheim. Le capitaine nous explique qu’il va y avoir un petit train panoramique qui va venir nous chercher pour voir les vignes réputées de Rüdesheim et visiter son château médiéval transformé en musée du vin.

Je suis déçue ! Le train panoramique et le château de Brômsburg sont totalement inaccessibles pour moi et ma chaise roulante ! « Les petits vieux » se proposent de m’aider. Pour eux, pas question de me laisser en rade ! Je suis touchée, mais là, même avec la meilleure volonté du monde, c’est impossible ! Dépitées, Chantal, Lydia et moi, nous les regardons partir…

Comme on n’a pas l’habitude de se laisser aller ni de s’apitoyer sur notre sort, nous décidons de visiter la ville par nous-mêmes, à pieds. Rüdesheim est une charmante petite ville de 8000 habitants. Dans les ruelles tortueuses de la vieille ville, il y a de nombreuses maisons à colombages. Ce qu’il faut voir absolument, c’est la « Drosselgasse ». Cette célèbre rue piétonne avec ses nombreuses boutiques et ses ginguettes typiques est visitée chaque année par des millions de touristes. C’est un régal et nous y passons tout l’après-midi !

Le soir, après avoir soupé sur le bateau, nous sommes tous de sortie. Le capitaine nous emmène écouter un orchestre rhénan dans une de ces fameuses guinguettes ! Les gens boivent, rient, dansent…  C’est la grosse ambiance allemande !

Francis, le danseur de ces dames, ne nous quitte plus. Il nous raconte sa vie, ses déboires. C’est devenu l’amuseur de service ! Il n’arrive pas à se mettre dans la tête que moi, je m’appelle Marie-Claude et que Chantal s’appelle Chantal ! Il est tout le temps en train de nous confondre et ça donne lieu à de sacrés quiproquos ! Avec lui, qu’est-ce qu’on s’amuse ! Ce sont fous rires sur fous rires ! On rentre à 3 h du matin.

Le rocher de la « Lorelei »

Le lendemain, on arrive à la « Lorelei ». C’est à environ 25 Km de Rüdesheim, près de la ville de Sankt Goarshausen. Ce Rocher légendaire est le symbole du Rhin romantique. Il occupe une place de choix dans la littérature allemande. Le poème de Heine « je ne sais pas d’où vient ma tristesse » est diffusé dans le bateau lorsque apparaît le promontoire.

Ce rocher schisteux s’élève à 132 mètres au dessus du fleuve. A ses pieds, le fleuve se resserre et se creuse jusqu’à une profondeur de 22 mètres. Jusqu’au 19ème siècle, le passage était très risqué pour les bateaux, en raison des écueils et des tourbillons. Ce rocher est aussi connu pour avoir un bon écho, que l’on interprétait dans le temps comme la voix d’une belle sirène « La Lorelei ». La légende dit que la belle « Lorelei » charmait les marins par son chant magique, et ceux-ci fascinés par ce chant, oubliaient les dangereux tourbillons et récifs. Leur bateau, alors livré à lui- même, se brisait et sombrait dans le fleuve.

Peinture représentant la légende de la Lorelei

Au salon bar, ce soir, c’est soirée loto.

Jeudi 20 juin. Heidelberg

Cap sur mannheim. Au programme, visite de la ville pittoresque d’Heidelberg sur les rives du fleuve Neckar, de son château et de la célèbre rue commerçante qui mesure 1,600 Km de longueur.

Le déplacement est prévu en autocar et comme d’habitude, le château n’est pas accessible pour moi ! Décidemment, ça commence à bien faire ! Pour un voyage qui devait être accessible en chaise roulante, c’est plutôt raté ! Même le bateau n’est pas totalement accessible ! Pourtant lorsque j’ai réservé, l’agent de voyage m’avait assuré qu’il n’y aurait aucun problème sur le bateau MS France ! Faux ! Sur le pont soleil, je ne peux pas accéder (il y a une dizaines de marches) et pourtant, c’est depuis là qu’on a la plus belle vue et que l’on peut profiter du soleil ! Dans le catalogue, c’est écrit qu’il y a un ascenseur. En fait d’ascenseur, c’est une chaise qui fait office de monte-charge ! Pour moi, le transfert est impossible, car je ne peux absolument pas me tenir sur ce genre de siège ! En tant que myopathe, je n’ai pas assez d’équilibre et de toute façon, cette chaise, qui n’a même pas d’accoudoir, est en panne depuis 3 mois ! Sans commentaires…

Pour ne pas être en reste, Chantal, Lydia et moi commandons un taxi. Direction, le centre ville d’Heidelberg et son incroyable rue commerçante ! Imaginez une succession de magasins, d’échoppes, de boutiques, de bazars et de restaurants de toutes sortes, le tout interdit aux voitures et vous avez là, la plus longue rue commerçante d’Europe ! Pour la 1ère fois dans ce voyage, nous croisons énormément de gens en chaise roulante. A Heidelberg se trouve la plus ancienne université d’Allemagne qui est aussi une des plus anciennes d’Europe.

Il fait très chaud, l’atmosphère est lourde, l’orage menace grave. Soudain, patatras, ce sont des trombes d’eau qui tombent sur nos têtes ! C’est le vrai rideau de douche ! On se réfugie dans un magasin. 1 heure s’écoule et la pluie, malheureusement, n’arrête pas de tomber dru ! Ne voyant aucune amélioration dans le ciel d’Heidelberg, nous décidons d’écourter notre escapade commerçante et de rentrer au bateau. Nous appelons un taxi.

Pour notre dernière soirée sur le bateau, le capitaine et son équipage nous ont préparé une surprise. Les serveuses, serveurs et l’animatrice ont concocté, en notre honneur, un joli spectacle de danses avec tout plein de costumes. C’est mignon, charmant et très touchant ! Les applaudissements crépitent, nous sommes tous conquis ! Après ce beau show, l’animatrice allume sa sono, installe ses CD et met le feu sur la piste de danse ! Pour finir la soirée en beauté, c’est disco sur le bateau !

Vendredi 21 juin

Nous profitons au maximum de nos dernières heures de navigation sur le Rhin. Ce magnifique fleuve, l’un des principaux d’Europe, mesure 1’320 kilomètres de long. Il naît dans l’est de la Suisse dans le massif de l’Adula, non loin du col du San Bernardino dans les Grisons, coule en direction du nord-ouest, traverse la France, l’Allemagne et les Pays-Bas et finit sa course dans la Mer du Nord. Il draine un bassin d’environ 220’000 km2. Ses principaux affluents sont l’Aare (Aar), le Neckar, le Main, la Lahn, l’Ill, la Ruhr et la Lippe. D’un point de vue commercial, le Rhin représente la voie navigable intérieure la plus importante du monde.

Le fleuve a grandement influé sur l’histoire, la culture et l’économie européennes, de l’époque romaine à nos jours. Le Rhin est navigable depuis son embouchure près de Rotterdam jusqu’à Bâle, à 800 Km en amont par tous les gros remorqueurs. De nombreux cours d’eau, comme la Seine, l’Elbe, le Rhône, la Saône et le Danube, lui sont reliés par canaux, ainsi que certains affluents, comme le Neckar, la Moselle et le Main. Le Rhin draine d’importantes régions industrielles et agricoles. Charbon, minerai de fer, céréales, potasse, pétrole, fer, acier, bois sont transportés sur le fleuve. Son trafic total qui a presque quintuplé en cinquante ans atteignait près de 300 millions de tonnes en 1990. Il alimente les grands ports maritimes de Rotterdam, d’Anvers et d’Amsterdam. De nombreux barrages hydroélectriques ont été construits.

Dernière étape, très intéressante, il y a une écluse droit devant. Nous sommes tous sur le pont pour observer ce miracle de l’Homme !

A 14 h. après avoir navigué sur plus de 500 kilomètres, contemplé toutes sortes de paysages différents, visité bon nombre de beaux endroits, nous arrivons à Strasbourg et accostons au quai de la compagnie Croisi Europe.

Au moment de dire au revoir à tout le monde, c’est très émouvant ! En 5 jours, nous avons tissés des liens, noué des amitiés ! Tous ces « petits vieux » avec lesquels au début, on pensait s’ennuyer à 100 sous l’heure, se sont révélés super gentils, très amusants et très serviables ! Je peux affirmer et confirmer que ce sont des gais lurons qui adorent les blagues et la répartie !

Nous avons passé 5 jours à rire et à plaisanter ! C’était digne de la série télévisée « la croisière s’amuse » ! Pas moins d’une dizaine de fous rires par jour ! Du jamais vu ! Le soir, on en avait mal au ventre !

J’ai honoré Bacchus en dégustant d’excellents vins et c’est là que j’ai découvert le « Johannisberg », succulent vin blanc d’Alsace que j’adore !

Le capitaine, son équipage et surtout les serveuses, les serveurs et l’animatrice se sont très bien occupés de nous. D’être accueillie tous les jours avec le sourire et la gentillesse… c’était très agréable ! Je suis heureuse d’avoir pu vivre une croisière une fois dans ma vie, car c’est une expérience géniale et cocasse que je conseille à tout le monde !

L’équipe de la croisière s’amuse vous salue haut et fort et vous dit à bientôt pour de nouvelles histoires !

Août 2005                                            Marie-Claude Baillif

 

 

 

 

Share

Une réponse à 2002 : Croisière sur le Rhin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *