Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 548
  • Last 7 days: 10 992
  • Last 30 days: 47 850
  • Online now: 7

2003 : 4 jours au Disneyland Resort de Paris !

En décembre 2003, Chantal (mon amie et auxiliaire de vie 1 week-end par mois + tous les vendredis soirs et nuits et tous les dimanches soirs et nuits) et Hayet (mon auxiliaire de vie de la semaine du lundi au vendredi) m’ont emmenées durant 3 nuits et 4 jours à la découverte du Disneyland Resort de Paris ! C’était grandiose, on a adoré !

Le Disneyland Resort de Paris est un complexe de loisirs de la Walt Disney Company, développée par l’intermédiaire d’une société européenne l’Euro Disney SCA. Ouvert le 12 avril 1992, le domaine s’étend sur 19,43 km2 (1’943 ha). Agrandi à plusieurs reprises, il comprend actuellement 2 parcs à thèmes (le Disneyland Park et les Walt Disney Studios), le Disney village (un espace commercial), 6 hôtels, une gare TGV, un golf à 27 trous et un centre commercial Val Europe !

Créé pour faire suite aux 3 autres royaumes enchantés qui existent à travers le monde, le « Disneyland de Los Angeles » en Californie (ouvert en 1955), le « Disney World Resort d’Orlando » en Floride (conçu en 1971) et le « Tokyo Disney Resort » de Tokyo au Japon (construit en 1983), il a permis à nous autres, les habitants du Vieux Continent (l’Europe) de nous divertir et de nous émerveiller aussi devant la féérie et la magie de Disney !

Le 1er jour

Après avoir mis le réveil sur 4h30 du matin, nous avons pris la route vers les 6h. Comme on était au début du mois de décembre, il faisait encore nuit et froid (entre 0 et 3 degrés). Pour nous rendre au Parc du Disneyland Resort (il se trouve en fait à 30 km à l’est de Paris dans la ville de Marne-la-Vallée dans le département de la Seine-et-Marne), pas de problème, depuis la ville de Nyon où je réside, il y a de l’autoroute tout du long. Cela représente 574 km.

Après 6h de conduite simultanée entre Chantal et Hayet, nous sommes arrivées aux alentours des 13h. Notre hôtel, le Newport Bay Club, un beau bâtiment au toit bleu et aux murs beige clair (typique des rivages de la Nouvelle-Angleterre de la fin du 19ème siècle) se trouvait à l’intérieur du parc à côté du lac Disney. Avec ses 1’093 chambres et 13 suites, c’est le plus grand du complexe du parc et l’un des plus grands de France !

disn02

Le temps de parquer la voiture (à l’époque, j’avais une Toyota Carina verte), de sortir les bagages, de trouver la chambre (comme l’hôtel était un véritable labyrinthe, on s’est perdue dans l’immensité des corridors et trompée de chambre, c’est grâce à l’amabilité de l’un des employés, un Noir ultra sympathique et très amusant, qu’on a réussi à la trouver… on a bien rigolé !), puis après avoir déposer les bagages, bu un jus d’orange pour nous requinquer et pour finir, faire l’incontournable, mais indispensable pipi collectif, nous sommes parties à pied, bien emmitouflées et heureuses à la découverte de cet incroyable et fabuleux parc, il était 14h !

Après avoir longé le lac, dit bonjour aux cygnes et aux canards, passé à côté du bel hôtel le Sequoia Lodge, puis le New-York (où il y a une patinoire en plein air), nous sommes arrivées, après une dizaine de minutes de marche, au Disney village.

Dans cette zone commerciale et de divertissements, il y avait des boutiques remplies d’objets de toutes sortes dédiés au royaume enchanté de Disney, des restaurants pittoresques comme le Café Mickey (dans ce lieu de cuisine internationale surgissent de nombreux personnages Disney), le Annette’s Diner (dans ce café-restaurant de type fast-food et Happy Days des années 50, les serveuses font leurs services en patin à roulettes), le King Ludwig’s Castle (dans ce château au décor médiéval, il est servi des spécialités allemandes, de la Bavière surtout) et le célèbre Planet Hollywood (le restaurant des stars), il y avait aussi des bars, un saloon, des clubs, ainsi que tout un complexe de salles de cinéma (15 salles Gaumont et 1 salle IMAX avec un écran géant en 3D de 22m de long et 16m de haut). Comme il faisait froid et que la journée à l’extérieur allait être longue, nous nous sommes enfilées dans les boutiques pour nous réchauffer un peu. Chantal et Hayet faisaient les folles autour de moi en essayant des masques et des gadgets !

disn03

Ce qui était génial et formidablement bien pensé dans ces boutiques, c’est que si l’on faisait des achats (en tous cas pour ceux qui logeaient dans les 6 hôtels du parc), nous n’étions pas obligés de les porter, nous donnions notre nom, celui de l’hôtel où nous dormions, ainsi que le numéro de notre chambre, et eux, en contre partie, les livraient 2 heures plus tard à la réception du dit hôtel ! Ce système, ingénieux, permettait de ne plus s’encombrer avec tous ces sacs et ces cornets, on pouvait être libre et tranquille !

Après le Disney village, nous avons passé à côté de la gare TGV (d’où les trains arrivent et repartent pour Paris et sa banlieue). Là, un homme avec tout plein d’appareils photos autour du cou est venu nous accoster. Il nous a proposé de prendre 3 photos de nous en-dessous de l’enseigne de Disney village pour 30 euros ! Je ne sais pas ce qu’il nous a prit, le froid, la fatigue ou l’excitation, mais comme 3 bécasses, on a dit oui !!! Les 3 photos étaient en fait 3 polaroids de moyenne qualité, comme on était très déçue, on s’est juré qu’on ne nous y reprendrait plus !

Soudain, waouh, nous sommes arrivées dansles Fantasia Gardens, un bel ensemble de jardins avec un bassin au centre, juste devant le majestueux et luxueux Disneyland hôtel. De style victorien, ce magnifique palace, qui compte 479 chambres et 21 suites, sert d’entrée au parc d’attraction proprement dit. En effet, pour rentrer dans le royaume enchanté du Disneyland Park, il faut passer sous l’arche de l’hôtel, là où se trouve 64 guichets (nous, on avait des badges spéciaux) et la gare de Main Street USA.

disn04
Une fois passé la gare avec son super vieux train à vapeur (il permet de faire le tour complet du parc), nous nous sommes retrouvées dans Main Street, une magnifique rue, typique de l’ambiance d’une ville américaine du 19ème siècle ! C’est la rue principale du parc. Avec ses jolies boutiques et ses belles enseignes suspendues au-dessus des vitrines, ses ravissantes maisons en bois colorées de toutes les couleurs et ses restaurants en tout genre, toute cuisine confondue (cela va de la sophistiquée au simple hot-dog, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses), cette artère obligatoire est visitée et parcourue à pied, en tramway tiré par des chevaux ou alors, à bord de vieilles voitures de l’époque. Dans un sympathique brouhaha de klaxons à poires, de toussotements de moteur (tout comme autrefois), on revit le temps d’un instant l’euphorie du début siècle aux USA ! On a adoré ! Lorsqu’on a passé sous une tonnelle de milliers d’ampoules électriques allumées, soudain il y a de la neige, des faux flocons, qui se sont mis à tomber, c’était extraordinaire !

Arrivées au bout de cette formidable rue, tout d’un coup, avec le Château de la Belle au Bois dormant, qui se dressait devant nous, ce fut l’extase, l’émerveillement, le ravissement total !

disn05a

Ce château, véritable symbole du parc, celui-là même que l’on voit tout le temps à la télévision et au cinéma, celui qui a bercé mon enfance lors des émissions de M. Walt Disney lui-même, était remarquable ! De me retrouver là devant lui, moi, petite nyonnaise myopathe en chaise roulante branchée à un respirateur… c’était tellement fabuleux, tellement merveilleux que j’ai versé des larmes de bonheur !

Comme le temps passait très vite et que le froid devenait de plus en plus mordant et piquant, après la multitude de photos que nous avons prises de ce beau manoir, nous avons fait demi-tour, car je voulais absolument voir l’illumination de l’immense sapin de noël par Mickey au Town Square. C’était super !

Comme là, on commençait vraiment à être gelée, que nos doigts des mains et des pieds souffraient le martyr, on est partie se réfugier dans le Disneyland hôtel. Pour le visiter, on a fait comme si c’était chez nous, on a pris les ascenseurs, déambuler à travers les corridors et les salons, bu un verre au bar et… profité des toilettes ! On est redescendu 1 heure plus tard, car à 18h, il y avait la parade du monde merveilleux de Disney qui défilait.

Dans une ambiance bon enfant et joyeuse, chars, voitures, personnages, marionnettes et créatures de toutes sortes, tous les héros des contes de fée, dessins animés et longs métrages passaient devaient nous en nous souriant et en nous saluant de la main. Avec les lumières qui scintillaient, la musique et les chants de noël, c’était… féérique, magique, on s’est retrouvée comme 3 petites filles médusées et émerveillées… on avait des étincelles et des étoiles plein les yeux… c’était le bonheur à l’état pur !!! Cette parade Disney était quotidienne, 2 fois par jour.

disn06

Une fois cette parade de rêve terminée, transie de froid de la tête aux pieds, mon masque nasal tout embué, c’était le moment pour moi (et pour mes 2 aides aussi d’ailleurs) de rentrer dans un restaurant pour manger et se réchauffer. Pour ce faire, nous avons été au Café Mickey à l’intérieur du Disney village. J’avais lu dans les prospectus que durant les repas, entre 2 assiettes, il y avait des personnages Disney qui venaient saluer les clients. Heureusement que l’on avait réservé en passant par-là le matin, car c’était plein, archi plein ! Par contre, ce que je peux dire et certifier, c’est que c’était génial, fabuleux et extraordinaire, on s’est régalée ! Comme visiteurs, nous avons eu Mickey, Dingo, le Shérif de Notthingham (le loup) et le frère Tuck (le blaireau bedonnant dans Robin des bois), le capitaine Crochet et Gepeto (le papa de Pinocchio) ! De se faire prendre en photos avec tout ce beau monde… quel plaisir !!! Un super beau souvenir !!!

disn07

Le repas terminé, les yeux et l’esprit remplis de joie, nous sommes rentrées à l’hôtel heureuses et ravies ! Après avoir bu un dernier verre dans le salon bar en forme de bateau et écrit une ou deux cartes postales, nous avons rejoint notre chambre pour faire un bon gros dodo réparateur. Après une aussi belle journée, forte en émotions et en sensations en tout genre, c’était le meilleur moyen pour bien réattaquer le lendemain !

Le 2ème jour

Après un bon petit déjeuner pris dans la chambre (on y était très bien, c’était une triple spécialement conçue pour chaise roulante), nous sommes parties vers les 10h du matin. Au bord du lac, nous avons donné le reste du pain du déjeuner à nos amis les cygnes et les canards, puis après avoir traversé à nouveau le Disney village, nous sommes rentrées aux Walt Disney Studios.

disn08

Dans ce 2ème parc à thèmes de 27 ha, ouvert le 16 mars 2002 (10 ans après le Disneyland Park), l’on a appris plein de choses, plein de détails intéressants sur les coulisses du cinéma, les dessins animés et la télévision ! Pour rendre hommage à M. Walt Disney, l’ingénieux créateur de la souris la plus célèbre du monde Mickey Mouse et du concept du parc à thèmes, il y a une immense et très belle statue qui s’appelle Partners, en son honneur, ainsi qu’une autre de Mickey, l’apprenti sorcier dans le dessin animé Fantasia ! M. Walt Disney est né en 1901 et mort en 1966. La 1ère apparition officielle de Mickey dans un dessin animé date du 18 novembre 1928. Surnommé d’abord Mortimer, c’est la femme de Disney qui lui a changé son nom !

Après avoir marché (et pour moi rouler) sur les dalles de couleur brune avec figées à tout jamais les empruntes des mains des célébrités qui sont venues ici (un clin d’œil à la célèbre avenue Walk of Fame, la promenade de la gloire, dans le Hollywood boulevard de Los Angeles), on a vu sur un terrain et sous le toit d’un hangar en plein air les célèbres véhicules du film Armageddon.

disn09

Dans l’attraction en plein air « Moteur, Action ! », créé en collaboration avec le cascadeur français Rémy Julienne, nous avons assisté depuis des gradins en plein air à un spectacle de cascades de voitures et de motos époustouflant ! Eh oui, grâce à leurs démonstrations incroyables et stupéfiantes, nous avons pu découvrir et comprendre certains des secrets de la fabrication des plus grands films d’action ! C’était super intéressant, super impressionnant, on a vibré, on a adoré, mais comme il faisait très froid, on était congelée ! Lorsqu’il y avait des explosions avec du feu, on était toute contente, car ça nous chauffait un peu !

Une fois le spectacle terminé (il a duré entre 45 et 60 minutes), on a tout de suite filé dans un restaurant pour se restaurer et se réchauffer. A l’intérieur, il y avait un groupe de chanteurs (une dizaine d’hommes et de femmes tous habillés en père et en mère-noël) qui chantaient des chansons de noël. C’était très sympa, très vivant et dynamique, on a beaucoup aimé !

Dans le Studio 1, le grand bâtiment qui suit l’entrée du parc et qui sert de rue commerçante couverte, on a pu y voir la réplique d’un Hollywood mythique des années 1930. En dévoilant les artifices et les subterfuges des décorateurs (ces derniers avaient dissimulé leurs boutiques à l’intérieur d’impressionnantes façades de cinéma), on était bluffé, c’était très bien fait ! Il y avait même un ciel nocturne recréé !

Dans le Walt Disney Télévision Studios, qui abrite les locaux de Disney Channel France, l’on a appris les bases du fonctionnement d’une télévision.

Une fois la visite terminée, nous voulions aller voir Animagique dans le studio 3 (un spectacle de marionnettes qui marient à la fois les techniques de manipulation chinoise et le théâtre de lumière noire de Prague), mais au même moment, il y a une parade qui est arrivée. D’un commun accord, nous avons préféré regarder la parade et nous avons bien fait, car elle était superbe aussi et très colorée !

Lors de cette belle journée d’évasion aux Walt Disney Studios, on a croisé les 2 écureuils Tic et tac, Fourmiz, la fourmi de Mille et une patte et Sulli, le monstre sympathique de 2m40 dans Monstres & Cie ! C’était génial, on était toute heureuse !

disn10

Après les Walt Disney Studios, comme on était déjà en fin d’après-midi et que nous avions un grand rendez-vous à 18h30 au Disney Village, nous y sommes directement allées. En effet, depuis la Suisse, lorsque j’avais réservé nos 3 nuits d’hôtel, j’avais également réservé le célèbre diner-spectacle « La légende de Buffalo Bill » ! Ce spectacle, destiné à recréer l’atmosphère de l’ouest américain dans toute son authenticité avec les bagarres au pistolet, les chevauchées au lasso, la chasse au bison, le poney express, l’attaque de diligence et de cabane de pionniers par de vrais indiens, était la copie conforme du célèbre « Buffalo Bill’s Wild West Show » créé en 1882 par William Frederick Coby, dit Buffalo Bill !

Ce show gigantesque sur la conquête du grand ouest américain, étonnant pour l’époque, le plus populaire du monde, a sillonné les routes et enthousiasmé les foules de l’Amérique du nord et de l’Europe jusqu’en 1912 ! En 1885, le grand chef indien, Sitting Bull (de la tribu des Sioux) y participa lors de la grande tournée des États-Unis et du Canada (comme il ne fut pas, par la suite, autorisé à se rendre en Europe, il se retira dans la réserve de Great River au Dakota où il mourut assassiné en décembre 1890). En 1905, Buffalo Bill emmena ce spectacle à Paris où il connut un immense succès avec plus de 3 millions de spectateurs en 3 mois, il se déroulait aux pieds de la Tour Eiffel !
disn11

Disney Village a repris ce grand spectacle équestre depuis 1992. En 2005, ce fut le 100ème anniversaire de son passage à Paris !

Comme on était installée derrière des tables en bois tout en haut d’une grande arène (en-dessous nous, il y avait bien une vingtaine de rangées de gradins, tous pleins), on bénéficiait d’une vue plongeante excellente sur tous les différents numéros avec les cow-boys, les indiens, les chevaux et les bisons. La poussière de la sciure ne m’a pas gênée, ouf, car j’avais un peu peur ! Pour le menu (eh oui, un repas typique des cow-boys du Far West nous était servi durant le spectacle dans une vaisselle de l’époque (c’est-à-dire une gamelle et des gobelets), il y avait du pain du campement, du chili, du poulet rôti, des saucisses et travers de porc fumés avec des pommes de terre à l’ancienne. Le dessert, c’était un délice chaud aux pommes avec une glace vanille et pour boire, du thé, du café, de la bière, du coca ou de l’eau à volonté. Le spectacle durait 1h30, il y avait 2 représentations par soir, une à 18h30 (celle où l’on était), l’autre à 21h30. En cadeau, à l’entrée, on recevait un superbe chapeau de cow-boy en paille.

Après nous être bien amusées lors de ce gros show à l’américaine, nous avons fini la soirée au Billy Bob’s Country Western Saloon, un salon texan de 3 étages avec une scène au milieu du rez-de-chaussée. Tous les soirs ou quasi, il y a des artistes de rock, country, blues et groove qui viennent s’y produire. Nous, nous y avons vu un groupe de vieux rock des années 60 avec des démonstrations de rock acrobatique. C’était super sympa et l’ambiance était excellente ! Une fois dans nos lits, nous nous sommes endormies fatiguées, mais avec les yeux et l’esprit remplis de rêves !!!

Le 3ème jour

Après avoir déjeuné et rajouté des épaisseurs de pulls et de couvertures pour lutter contre le froid (on en a même mis une autour de mon respirateur pour que l’air qui m’arrive dans les tuyaux et les poumons soit moins glacé), nous sommes parties dans le Disneyland Park, après la Mainstreet, pour découvrir cette fois-ci l’entier du parc et les attractions. Comme toutes celles qui sont à sensations fortes ne sont pas (en général) accessibles pour les gens en chaises roulantes (surtout pour ceux qui, comme moi, n’arrivent pas à faire les transferts eux-mêmes) et que, de toute façon, je ne suis pas friande de ce genre de divertissements (quand ça tourne, ça monte ou ça descend, ça me donne envie de vomir), on s’est rabattue sur les décors, les sites et les spectacles, il y avait déjà bien assez à faire, on se régalait !

Dans ce vaste parc de 55 hectares, ce royaume enchanteur et magique, il y a 5 univers, 5 mondes aux thèmes différents :

Le Fantasyland

Dans cette partie du parc, c’est le pays des contes de fées, celui où l’on retrouve de nombreux héros des dessins animés Disney. Le château de la Belle au Bois dormant en marque l’entrée principale. Pour y pénétrer, on passe sur un pont-levis. A l’intérieur du château, au rez-de-chaussée, il y a 2 boutiques souvenirs. L’une est dédiée à noël (Hayet y a acheté un haut chapeau blanc de fées et de magiciens, moi un bonnet rouge et blanc de Mickey), dans l’autre, il y a des jouets et des objets en cristal, ainsi qu’un escalier qui descend au sous-sol. Il parait que là-bas en bas, dans les profondeurs, vit un dragon à semi endormi de 27 mètres de long, il y aurait aussi des douves et des souterrains visitables, une première pour la compagnie Disney ! Au 1er étage, depuis un escalier en forme d’arbre, on y trouve une galerie qui retrace l’histoire de la Belle au Bois dormant à travers des fresques, des tableaux, des vitraux et des objets d’art. Comme les escaliers et moi, on n’est pas du tout copain, je n’y suis évidemment pas allée !

Lorsqu’on a quitté ce beau château de rêve, on est arrivée dans une rue où il y avait d’un côté l’auberge de Cendrillon avec posé dans la cour un carrosse argenté en forme de citrouille, de l’autre, la toute petite maison de Blanche-Neige et les 7 nains, plus loin celle de Pinocchio, Peter Pan et le capitaine Crochet, il y avait aussi le haricot magique, le carrousel de Lancelot avec l’épée du roi Arthur plantée dans une grosse pierre, les tasses du Chapelier Fou dans Alice aux pays des merveilles, le village de la Belle et la Bête et les poupées de it’s a small world !

Conçue par Mary Blair (la directrice artistique de plusieurs films d’animation, comme par exemple Cendrillon et Peter Pan), cette attraction, tout-à-fait accessible en chaise roulante, est en fait une balade sur l’eau au milieu de poupées, d’animaux et d’objets animés qui entonnent des chansons dans la langue du pays qu’ils représentent.

Pour y découvrir, nous nous trouvons à l’intérieur de canots de 2 à 4 personnes qui voguent à la queue leu leu (ils sont tractés automatiquement) sur un canal qui serpente au milieu de grandes parois à l’intérieur d’un immense bâtiment. Sur ces parois se trouvent donc exposées dans des décors caractéristiques du pays d’où ils viennent des poupées, des animaux et toute sorte d’objets animés et habillés dans leurs costumes nationaux. Ce qui est merveilleux et fantastique, c’est que, en dehors d’être animés (eh oui, ils bougent et ils dansent), ils chantent des ritournelles, des hymnes à la fraternité et dans la langue de chaque pays. On adoré !

Parmi les pays représentés, il y avait les régions arctiques avec le canada et la Scandinavie (les paroles étaient en suédois), l’Europe avec des chansons en allemand, anglais, néerlandais, espagnol, français et italien, l’Asie avec des poupées cambodgiennes et indiennes (les chants étaient en anglais et en japonais), l’Amérique latine avec le Chili et la Cordillère des Andes (les chansons étaient en espagnol), l’Afrique avec un décor de savane (accompagnées de percussions et de tamtams, les paroles étaient en anglais), l’Océanie et l’Australie avec une chanson sur les sirènes (en anglais avec un accent australien) et pour finir, la forêt tropicale avec les îles polynésiennes soutenue par des percussions également.

disn12

Cette attraction, un véritable bonheur pour nos yeux et nos oreilles, est un pur bijou, à voir absolument ! Transportées dans un autre monde, un monde de féérie et de magie… on était comme des enfants ébahis !

Après cette superbe balade, on avait tellement froid qu’on s’est réfugiée dans un théâtre tout proche. Nous avons eu beaucoup de chance, car 10 minutes plus tard, il y avait un spectacle de Mickey sur glace. C’était très sympa, plein de couleurs, de tonicité et de vitalité !

En ressortant, on s’est arrêtée à la grotte de la Belle et la Bête. Là, fantastique, la Bête était là dans toute sa splendeur, dans toute sa grandeur ! Lorsque les employés Disney (les cast members) m’ont vue, ils m’ont tout de suite fait rentrer dans la grotte, c’était très impressionnant ! Alors que la Bête avec son air méchant et antipathique a poussé Hayet pour s’approcher de moi, soudain avec une infinie tendresse et une pure délicatesse, du bout de ses griffes, elle m’a caressée la main et a déposé un baiser sur ma tête ! Tout le monde a applaudi, Chantal a pris une photo et moi, j’étais toute émue et intimidée ! Ce fut un grand moment !

disn12a

disn12b

En nous déplaçant à gauche, à droite à travers les rues et les chemins de ce fabuleux parc, un régal pour nos appareils photos (avec les numériques, on s’en donnait à cœur joie et on mitraillait sans gêne), tout d’un coup, la 1ère parade (celle que nous avions vue vers la gare de Mainstreet le jour de notre arrivée) passait là à côté de nous. Comme nous l’avions trouvée tellement belle, que nous l’avions tellement appréciée, nous nous sommes arrêtées et l’avons regardée une nouvelle fois. Elle était une pure merveille, un vrai plaisir !

Tout allait bien, on était ravie, mais avec les températures hivernales qui descendaient de plus en plus (le froid nous transperçait), d’être dehors plus d’une heure devenait franchement pénible ! Cherchant un endroit où rentrer (n’importe lequel du moment qu’on quittait cette froidure insupportable), nous sommes tombées sur les mystères du Nautilus, le célèbre sous-marin du capitaine Nemo !

disn13

Cette attraction, totalement accessible en chaise roulante (il y a un ascenseur pour y descendre) permettait de visiter les entrailles du célèbre submersible, celui qui est sorti tout droit de l’imagination de Jules Verne dans le non moins célèbre roman « 20’000 lieues sous la mer ». Dans le bureau du capitaine Nemo, nous avons assisté, à travers un grand hublot, à l’attaque du sous-marin par un poulpe géant ! C’était super bien fait !

Avec la tiédeur de l’intérieur, nous avons attrapé la débattue aux doigts des mains et des pieds, c’était terrible, car ça faisait très mal ! Le corps transi de froid, ne supportant plus cette sensation horrible, après les mystères du Nautilus, nous sommes directement rentrées dans le Visionarium, un cinéma à 360 degrés. Sur l’écran passait un film-fiction, d’abord en noir et blanc, puis en couleur, évoquant et retraçant la vie des grands visionnaires comme Jules Verne et HG Wells. Alors que cette fiction les faisait se rencontrer à l’Exposition Universelle de Paris en 1900, soudain, des dinosaures grandeur nature, jaillissant de partout, crevaient l’écran pour nous sauter dessus (en tout cas, c’était l’impression que nous avons eue avec le 3D) ! Chantal a eu tellement peur, elle a été tellement surprise, elle a fait un tel saut en l’air, qu’elle a perdu l’équilibre et est tombée sur moi ! On était morte de rire !

Ces 2 animations, on les trouve dans le Discoveryland, le pays de ceux qui aiment voyager dans le temps et l’espace, vivre dans le futur ! Parmi les autres attractions, riches en effets spéciaux, la plus spectaculaire d’entre elles est le Space Mountain, une sorte de montagne russe où des wagonnets vous catapultent vers la lune et redescendent à toute vitesse dans le noir le plus complet ! Très peu pour moi !

En ce qui concerne les 2 dernières parties de ce Disneyland parc, Le Frontierland (le pays du Far West, de la ruée vers l’or avec des saloons, des cow-boys et des légendes. Les 2 attractions phares sont le Big Thunder Mountain (des wagonnets qui vous transportent, entre 2 explosions à la dynamite, dans une ancienne mine d’or) et le Phantom Manor (un manoir hanté) et l’Adventurland (le pays de l’aventure exotique, l’entrée dans la jungle profonde où il y a des pirates et des flibustiers qui vous attaquent depuis une barque, la cabane des Robinsons perchée en haut des arbres, la cité perdue d’Indiana Jones et le temple du péril, le bazar oriental du monde d’Aladin…), nous n’avons pas eu le temps d’y aller ! Entre les attractions à faire, celles à regarder, les pauses repas et les spectacles pour se réchauffer… la journée passait très vite, trop vite !

Avec la nuit qui tombait (en décembre, à 17h, il fait déjà nuit), le froid et la fatigue qui nous avait gagnées, nous sommes allées au Disney Village pour faire les boutiques et acheter nos derniers cadeaux-souvenirs. Pour finir en beauté notre dernière soirée, nous avions décidé de manger au King’s Ludwig Castle (le restaurant médiéval aux spécialités allemandes), puis d’aller voir et écouter un groupe au Billy Bob’s Country Western Saloon !

Le décor dans les salles du restaurant était super beau, il y faisait chaud (comme ça faisait du bien !) et les plats étaient très appétissants… tellement appétissants que comme une idiote, j’ai voulu y goûter ! Résultat, il y a un petit morceau qui a passé de travers et j’ai commencé à toussoter, puis tousser et soudain, ce que je craignais le plus est arrivé… j’avais des glaires dans les poumons ! Plutôt mal prise puisque sans mon appareil de physio (qui se trouvait dans la chambre de l’hôtel), c’était très difficile et très pénible de me faire expectorer (surtout lorsque j’étais assise), Chantal et Hayet ont avalé leur assiette en quatrième vitesse, payé l’adition et sans attendre plus longtemps, elles m’ont poussée en courant à l’hôtel. Le but était de me coucher le plus rapidement possible sur mon lit, me donner ma physio et avec leurs 2 mains m’appuyer fortement sur les poumons pour que je puisse cracher, pour que je puisse me libérer des nombreux glaires qui obstruaient mes poumons ! 45 minutes plus tard, lorsqu’il n’y avait plus rien qui ronronnait dans mon poitrail, que je me sentais à nouveau libre pour respirer, ni Chantal, ni Hayet et ni moi-même n’avions envie de remettre nos vestes pour ressortir ! À cause de cet épisode fâcheux et stupide, qui avait coupé l’ambiance et les festivités, nous avons ressenti une immense flemme, alors nous avons regardé la télé et nous nous sommes gentiment endormies !

Le 4ème jour

Pas de chance, pour notre dernier jour, notre dernière matinée au Disneyland Resort de Paris, il pleuvait, c’était le gros déluge ! Zut ! Comme pour moi, c’est difficile de sortir (l’électronique de mon respirateur et l’eau ne font pas bon ménage, ils ne vont pas bien ensemble), nous sommes allées à la boutique de l’hôtel. Une fois, nos derniers achats effectués, nous avons bu un thé au bar-salon, écrit 2 ou 3 cartes postales et vers les midis, heureuses et satisfaites, nous avons entamé la route du retour.

Épilogue

Ces 4 jours intenses, ponctués de rires, de fous rires, d’émerveillements, d’enchantements et de plaisirs, je ne les ai jamais oubliés, ils sont toujours restés là gravés dans ma tête et dans mon cœur ! Même si beaucoup d’attractions n’étaient pas du tout accessibles pour ma chaise, je ne me suis jamais sentie frustrée ou déçue, au contraire, il y avait tellement d’autres choses à faire et à voir que j’ai toujours été comblée et satisfaite de mes journées !

De plus, je dois dire un grand BRAVO à la compagnie Disney, car la prise en charge de nous autres, les handicapés, est super bien faite, tout est excellemment bien organisé ! En effet, dans les hôtels, il y a des chambres adaptées (20 par hôtel), dans les parkings… des places réservées, pour les attractions et les spectacles… on ne fait jamais la queue (sitôt qu’un employé nous voit, il nous interpelle et nous fait passer en prioritaire par un autre passage), on a plein de rabais ou alors soit nous, soit notre accompagnant est gratuit et lorsqu’on croise dans les allées Mickey, Donald, Pluto ou tout autre personnage de dessins animés, si l’on fait signe aux employés habillés en rouge et noir, ils nous les amenènent pour que l’on puisse faire des photos (les enfants et les handicapés sont prioritaires) ! Le parc possède également un guide visiteur pour handicapés où sont signalés tous les endroits, passages, attractions et spectacles accessibles ou non en chaise roulante, c’est très utile, très pratique, on a beaucoup apprécié !

Certaines attractions sont bien entendu vivement déconseillées aux femmes enceintes, aux personnes cardiaques, aux personnes souffrant d’un mal susceptible de s’aggraver lors des violentes accélérations, notamment les personnes portant une minerve.

En ce qui concerne ceux qui ont de la peine à marcher, il y a des fauteuils roulants en location à la boutique Strollers and Wheelchair Rental située à Town Square Terrace, tout près de l’entrée du parc Disneyland et aux Studios Services à l’entrée du parc Walt Disney Studios.

Je ne sais pas comment est le parc durant les autres saisons, mais je crois qu’à la période de noël avec l’atmosphère des fêtes, les lumières qui brillent, les sapins, les décorations et les guirlandes qui scintillent… il y a un degré de plus dans la magie et la féerie ! On a vraiment aimé et lorsqu’on est arrivée à la maison 6 heures plus tard et que l’on racontait nos aventures et nos impressions à nos voisins, on avait encore plein d’étoiles dans les yeux et le visage tout illuminé !

Pour moi, le Disneyland Resort de Paris, c’est un merveilleux souvenir, une magnifique expérience que je conseille à tout le monde, car que vous soyez enfant, adulte ou du 3ème âge, valide ou à mobilité réduite, vous trouverez toujours votre plaisir et vous ressortirez de là heureux et satisfaits !

disn14

Mars 2009                                     Marie-Claude Baillif

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *