Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 019
  • Last 7 days: 9 556
  • Last 30 days: 46 842
  • Online now: 0

2005 : Le Paléo Festival de Nyon

Le PALEO, vous connaissez ? C’est un festival de musique en plein air qui se déroule à Nyon en Suisse, exactement là où j’habite. Il dure 6 jours et réunit toutes sortes de musiques, toutes sortes d’artistes nationaux et internationaux. Il y a 6 scènes différentes où les concerts s’enchaînent de 16 h à 2 h du matin ;

La Grande Scène

C’est le lieu des grands rendez-vous. C’est une scène en plein air avec 2 écrans géants. Il y a 25 000 places avec des gradins à l’arrière. Il y a une plateforme pour les handicapés.

Vue sur la grande scène depuis l’estrade pour handicapés

Le Chapiteau

C’est le plus grand toit de toile du festival, le lieu d’accueil de tous les styles musicaux. Le chapiteau est couvert. Il y a 8000 places avec des gradins à l’arrière. Il y a également une plateforme pour les handicapés.

Le Dôme

C’est la scène des concerts du village du monde. Chaque année est consacrée à la découverte des cultures et des musiques d’une région particulière du monde. En 2003, c’était l’Afrique, en 2004, l’Amérique latine, cette année, c’est l’Asie. Le Dôme est couvert. Il y a 3000 places avec des gradins à l’arrière. Il y a aussi une plateforme pour les handicapés.

Le Club Tent

C’est le lieu privilégié des musiques urbaines et des découvertes. Le Club Tent est couvert. Il y a 2000 places. Il y a un accès facilité, à plat, pour les handicapés, mais les gens sont debout et lorsque que c’est plein, nous, en chaise roulante, on ne voit pas grand chose !

A gauche le chapiteau, à droite le club tent

La Crique

C’est l’univers des arts du cirque, du théàtre de la rue, de l’humour et de la poésie virtuelle. La Crique est en plein air. Il y a 500 places avec des gradins.

FMR

C’est l’espace découverte des artistes et des DJ’s de la scène musicale suisse. Le FMR est couvert. Il y a 500 places.

Lorsqu’on se promène sur le terrain, on peut tomber des fois sur des drôles de personnages…

Dans l’enceinte du festival, il y a plus de 100 stands de nourriture, 4 restaurants, une garderie, un espace enfants ainsi qu’un camping gratuit.

Cette année, c’est sa 30ème édition. Le Paléo a une tradition. Le dimanche soir à 23 h, pour finir en beauté, il y a toujours un feu d’artifice qui embrase le ciel. C’est magnifique !

Le festival a commencé en 1976. Il s’appelait « Le First Folk Festival ». Il y avait, à l’époque, 1’800 spectateurs. En 1977, il a changé de nom. C’est devenu « Le Nyon Folk Festival » et ce jusqu’en 1985. Depuis 1986, il se nomme «Le Paléo ». Paléo était le nom d’un cheval de course à succès.

Aujourd’hui, il a fait son chemin. Il est devenu l’un des plus grand festival open air d’Europe. Il draine des foules de 210’000 personnes pour les 6 jours, c’est à dire 35’000 par soir ! Il y a plus de 120 concerts et spectacles. Depuis 1976, il a connu plus de 3 millions de spectateurs et plus de 2’500 artistes !

J’aime le Paléo ! Pour nous, Nyonnais, c’est quelque chose ! La ville est soudainement envahie par une foule intense, une « faune » incroyable, une multitude invraisemblable d’individus en tout genre ! C’est coloré, animé, riche en aventures et anecdotes, toutes plus croustillantes les unes que les autres !

En 1998, lorsque mes problèmes respiratoires sont devenus très aigus, (peine à respirer, souffle court), j’ai renoncé à y aller. Pour moi, c’était difficile de me sentir bien, difficile d’être à l’aise dans une foule pareille. Pour ne pas me prendre la tête avec des « j’y vais ? Je n’y vais pas ? », chaque année, à cette période-là, j’organisais soit des vacances, soit des balades d’une journée. Comme ça, occupée à autre chose, je n’avais pas de regret de ne pas y aller !

Depuis que je dois vivre quasi-non-stop branchée à mon respirateur, que j’ai fait installer tout un système sur ma chaise roulante et que je peux désormais sortir comme je veux grâce à mes petites batteries, j’ai décidé d’y retourner. Ah, quel plaisir ! Quel régal ! Quelle joie infinie ! Cela fait 4 ans et tout se passe bien !

En 2002, j’y suis allée avec Dominique, la voisine et Lydia (la fille qui s’occupait de moi la semaine). J’ai vu James Brown, MC Solaar, Indochine, Yannick Noa, Tiziano Ferro et Zucchero.

En 2003, J’ai demandé à Chantal (mon adorable chauffeuse et amie) de m’y emmener avec Lydia (la fille qui s’occupait de moi la semaine). Il y avait Dominique aussi, la voisine, en cas de… (elle a un abonnement et y va tous les soirs). Amina (la fille qui s’occupait de moi le week-end) m’a m’accompagné 1 fois et Sylvaine 1 fois.

J’ai vu 11 concerts : Oumoum Sangare, Morgan Heritage, Skin, Salif Keita, Mabulu, I Muvrini, Ba Cissoko, Renaud, Salem Tradition, Rajery et Jimmy Cliff.

Mon choix s’est porté sur eux, car d’une part, j’avais envie de découvertes, d’autre part, parce que j’aime bien ce genre musical. Je n’ai pas été déçue, croyez-moi, c’était super ! « J’ai pris mon pied » comme on dit par chez nous ! Bien sûr, il y avait plein d’autres groupes et plein d’autres chanteurs hypers connus ou en phase de l’être, mais, moi, c’était ceux-là qui m’intéressaient !

En 2004, comme je sortais d’une grave pneumonie (j’étais hospitalisée 1 mois à Rolle), j’ai dû faire très attention. Je n’ai pas pu y aller à ma guise, car entre la poussière (imaginez ce que ça peut faire lorsque 35’000 personnes piétinent un sol sec en terre battue… pour mes petits poumons, ce n’est pas tant bon !) et la pluie, la boue et les orages qui menaçaient sans cesse, j’étais limitée ! Pour m’y emmener, il y avait Chantal, mon inséparable chauffeuse et amie, Hayet, la fille qui s’occupait de moi la semaine et Nadia, une ex-aide pour le week-end.

J’ai vu Patti Smith, Georges Moustaki, Garou, Pascal Obispo, les Neg’marrons, Stéphan Eicher et Jamel Debouze (un comique).

Pour nous, les handicapés, ce festival est relativement bien adapté. Oh, bien sûr, comme dans tout, il y aurait encore un tas d’améliorations à faire, mais bon, ce qui est déjà génial et remarquable, c’est que les responsables tiennent compte de nos avis et de nos critiques !

Les 3 meilleurs endroits pour voir les concerts pour nous, personnes en chaises roulantes, c’est :

  1. depuis l’estrade en face de la Grande Scène. On se trouve au-dessus de la foule, à l’abri des bousculades. On a une bonne vue sur la scène et ses 2 écrans géants. Quand le terrain est rempli, c’est très impressionnant ! On peut être une cinquantaine de chaises roulantes et leurs accompagnants.
  2. depuis l’estrade sous le Chapiteau (là, on peut mettre une trentaine de chaises roulantes, il y a 2 écrans géants).
  3. depuis l’estrade sous le Dôme, dans le village du monde (là, on peut être une quinzaine de chaises roulantes).

Petite anecdote

Avant, au Dôme, il n’y avait rien. Pour nous, handicapés, la seule façon de bien voir, c’était d’arriver en avance, avant la foule en délire et de se coller contre les barrières tout devant. Eh oui, comme les gens sont la plupart du temps debout, nous, à hauteur de chaises roulantes, à part les fesses des gens, on ne voit rien du tout ! De plus, entre nous, je peux vous dire qu’il ne faut pas être claustrophobe pour aller dans ce genre d’endroits, car ça peut vite tourner à la catastrophe !

En 2003, au concert de l’Africain Salif Keita, considéré comme chaud et à risques, un sécuritas est venu vers moi et un autre handicapé en chaise électrique pour nous déconseiller fortement de rester là. Il avait peur pour notre sécurité, peur qu’il y ait un mouvement de foule incontrôlable et qu’on se retrouve coincer, voir même écraser contre les barrières. Comme je voulais à tout prix voir ce concert et que je ne me rendais pas du tout compte de ce que c’était un concert à risques, j’ai refusé de partir. Lorsque les fans ont commencé à affluer en masse, le sécuritas, vraiment inquiet, m’a proposé de me mettre de l’autre côté des barrières au pied de la scène du côté gauche. Pour ne pas faire d’histoires et aussi par précaution, j’ai accepté. Une seule de mes aides pouvait m’accompagner, l’autre devait rester en dehors. C’est Lydia qui est venue avec moi et Chantal qui est restée dans le public.

Il y avait un monde incroyable ! De la vraie folie ! Les gens dansaient, sautaient, criaient, l’ambiance était chaude et survoltée ! En voyant ça, j’étais hyper contente que le sécuritas m’ait proposé de me mettre là, j’étais quand même plus en sécurité, plus à l’abri des bousculades ! Vers la fin du concert, lorsque Salif Keita a demandé au public de venir danser sur la scène, c’est devenu l’hystérie générale ! Les gens sautaient par dessus les barrières, injuriaient les sécuritas qui essayaient tant bien que mal de les empêcher de passer et grimpaient sur la scène pour danser avec leur idole ! Le service d’ordre était complètement débordé. Moi, de mon côté, j’ai commencé à avoir très peur ! En fait, je redoutais que quelqu’un de saoul ou de péter au joint ne vienne s’amuser avec moi, me bousculer et me faire tomber de ma chaise roulante ! Quand les gens ont hissé de force Lydia sur la scène pour quelle danse avec eux, j’étais prise de panique ! Cette fois, il n’y avait plus personne pour me protéger ! Chantal qui, elle s’était mise un peu en retrait pour ne pas subir les assauts de cette foule déchaînée, a eu un haut le corps lorsqu’elle a vu Lydia sur la scène ! Sans hésiter une seconde, elle s’est précipitée à travers la foule afin de me rejoindre et voir si j’avais besoin d’aide. Une fois à côté de moi, elle a fait barrage pour que personne ne m’approche ! Cette fille, décidemment, c’est mon Zorro à moi ! A la fin du concert, j’ai dit : « Plus jamais ça ! Cette fois, ça y est, j’ai compris la leçon » et je suis allée tout droit remercier le sécuritas qui, je le reconnais, m’a évité bien des tracas !

Le lendemain soir, lorsqu’on est retournée au Dôme, savez-vous ce que l’on a fait en premier !?! Eh bien, on est allée directement vers un sécuritas pour lui demander si le concert programmé était de nouveau classé rouge ! Cette aventure nous a marqué ! Heureusement, le concert était vert et on a passé une très belle soirée ! En 2004, les responsables du Paléo ont mis une estrade pour les handicapés. Quelle bonne chose !

En 2005, le Paléo a eu lieu du 19 au 24 juillet. J’y suis allée avec Fabienne (la fille qui s’occupe de moi la semaine) et Chantal, mon inséparable amie, chauffeuse et femme à tout faire ! Le dimanche, c’est Martine qui nous a accompagnée.

Voici Claudia, la créatrice de mon nouveau site…

Chantal, ma chauffeuse, aide et amie…

Fabienne, la fille qui s’occupe de moi la semaine…

Notre priorité, cette année, c’était de voir Hugues Aufray. Ce fringuant septuagénaire, avec son répertoire connu de tous, a attiré des milliers de spectateurs ! C’était génial ! On a vu aussi Starsailor, Pink Martini, entendu Sinsemilia, Babylon Circus, Jamiroquai lorsqu’on partait et Kyo. Le dimanche, on a écouté des extraits de l’opéra de Nabucco de Verdi et les magnifiques feux d’artifices à 23h ! Autrement, on a rejoint plusieurs amis pour un boire un pot, manger une assiette, faire les boutiques ou tout simplement se promener sur le terrain.

Pour sa 30 ième édition, le Paléo a eu beaucoup de chance avec la météo. Il n y a pas eu de pluie, à part un peu le dimanche matin, donc pas de boue. Il ne faisait pas des températures caniculaires, donc pas trop de poussière. J’ai même pu aller aux boutiques qui se trouve à « la Pl’ de l’Asse » vers le camping ! Ca secoue, c’est vrai, car c’est dans un champ de terre, mais il me semble qu’il y avait un léger mieux par rapport aux autres années !

Si le Paléo existe, c’est en grande partie grâce au 3750 bénévoles qui y travaillent tous les jours. Je leur tire mon chapeau, car ils font un travail extraordinaire ! Le service d’ordre pour nous, les handicapés, est vraiment très bien fait, utile et efficace ! Il y a une entrée spéciale pour éviter les longues files d’attente et toute la foule, un parking rien que pour nous juste à côté de cette entrée spéciale et l’accueil sur les estrades et le terrain est convivial, agréable, chaleureux et bienveillant ! Un grand merci à eux tous et un grand merci à Daniel Rosselat, le directeur du Paléo, pour sa générosité et sa gentillesse ! Cela fait 24 ans, en fait depuis 1981 (déclarée année mondiale de la personne handicapée) que chaque été, il offre 10 abonnements gratuits pour les handicapés de Nyon et sa région ! Beau geste, non !?!

Si vous qui me lisez ne connaissez pas encore le PALEO et que vous aimez la musique en général, eh bien, rendez-vous l’année prochaine du 18 au 23 juillet ! Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges. En plus, vous pourrez découvrir la charmante petite ville de Nyon, une adorable cité médiévale au bord du Lac Léman ! A bientôt, peut-être…

 De gauche à droite, Monique (une connaissance), Dominique (ma voisine amie), Martine (une amie chauffeuse) et Claudia (la réalisatrice du site et bien sûr, amie…)

Avec Claudia

Chantal (ma femme à tout faire) et mes 2 tantes, Betty et Mouki…

Août 2005                                           Marie-Claude Baillif

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *