Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 1 752
  • Last 30 days: 38 394
  • Online now: 0

Nyon… ma Cité du Bonheur !

 

Vue sur Nyon au bord du lac Léman. En face la France et les Alpes

L’emblème du drapeau de Nyon est un poisson

02

Vue sur Nyon et son château

03

Lorsque l’on naît, on ne choisit pas sa famille ni le lieu dans lequel on va habiter et grandir. En ce qui me concerne, je suis heureuse, fière et ravie de la maman et du frère que j’ai eu et je suis super contente de la ville que ma maman a choisi pour vivre !

Cette ville s’appelle Nyon. Elle se trouve au bord du lac Léman dans le canton de Vaud en Suisse et pour rien au monde, je ne voudrais la quitter. Pour moi, c’est un petit paradis sur terre !

Nyon01

On y trouve tout ce que j’aime et tout ce dont j’ai besoin ; des grands magasins comme la Migros, la Coop, Denner et Mannor, plein de jolies boutiques en tout genre, des restaurants et des terrasses à gogos, un centre ville sympathique avec un beau château (cette forteresse romane construite au 12ème siècle est située sur un promontoire qui domine le lac), un bord du lac magnifique avec des quais fleuris, un petit port de pêche et de plaisance (375 places) en face du majestueux sommet français, le Mont-Blanc, une plage et deux piscines (une en plein air et l’autre couverte) et trois beaux jardins publics avec en haut de l’un d’eux, les restes de trois colonnes romaines. 

Nyon03

Vue sur les vieux toits de Nyon avec en face la France

Nyon04

Les colonnes romaines, vestiges de l’occupation romaine dans l’ancien temps

Nyon05

Les jardins fleuris

Nyon06

Les jardins avec le port

Nyon07

Le joli port de plaisance Nyon

Nyon08

Au point de vue culturel, la ville bouge beaucoup !

En été, il y a le célèbre « Paléo » (le plus grand festival de musique en plein air de Suisse), « le Rive Jazzi » (un des rares festivals de jazz gratuits au bord du Lac Léman et en Romandie) et les sympathiques « Concerts Apéros du dimanche » de 11h à 13h30 sur la très belle place des marronniers. Au printemps, il y a l’incontournable festival « Visions du Réel » (de l’essai à la grande enquête, de l’expérimental au récit classique, du home movie à la fresque historique, on découvre plein de documentaires intéressants).

Nyon possède deux salles de cinéma Europlex.Il y a aussi « l’Usine à gaz », une salle originale et insolite qui présente des exhibitions éclectiques qui vont des concerts aux spectacles musicaux en passant par le théâtre (elle peut accueillir de 150 à 200 personnes assises et jusqu’à 500 personnes debout) et «le théâtre du funambule », ce centre de formation pour jeunes artistes (musique, chant, expression scénique et danse), parrainé par l’artiste Michel Fugain, est un lieu entièrement dédié à la chanson de variété avec une salle de spectacle, une scène équipée et un studio d’enregistrement.

Nyon dispose aussi de musées qui sont tous aussi attrayants les uns que les autres. Il y a « le Musée Historique » (à l’intérieur du Château) qui présente une importante collection de porcelaines et de faïences fabriquées ente le 18ème et le 20ème siècle dans les célèbres manufactures de Nyon., « le Musée du Léman » (avec ses aquariums géants, ses modèles réduits de bateaux, sa cabane de pêcheur, ses œuvres de peintres ou de savants lémaniques et ses expositions temporaires très variées… ce musée est le seul à présenter tout le patrimoine culturel et naturel du lac Léman) et pour finir, le très important « Musée Romain ».

La présence humaine dans la région de Nyon a commencé à l’époque néolithique

Des villages lacustres ont été bâtis au bord du lac… Mais les origines historiques de la ville de Nyon remontent vers 45 avant J.-C. A cette époque, Jules César, après avoir conquis la Gaule, a décidé d’implanter une colonie romaine prestigieuse « la Colonia Iulia Equestris » sur les bords du Léman. Son centre urbain, Noviodunum (« nouvelle forteresse » en langue gauloise) a été bâti à l’emplacement même du centre actuel de Nyon. La ville a ensuite grandi jusqu’à devenir une des plus importantes colonies romaines de Suisse. Des monuments publics imposants ont été construits. Prospère pendant les deux premiers siècles après J.-C., Nyon a eu un déclin vers le milieu du 3ème siècle. Malgré cela, la colline de Nyon n’a jamais cessé d’être habitée… Plusieurs aristocrates réchappés de la Révolution française de 1789 y ont séjourné, ainsi que des sans-culottes que la Restauration avait chassés… Aujourd’hui, elle est l’une des rares cités romaines de la région à avoir conservé autant de traces significatives des équipements publics de l’époque. Les vestiges de Noviodunum sont nombreux. Les fouilles ont mis en évidence des milliers d’objets de l’époque de Jules César. Le musée romain, aménagé au sous-sol dans les fondations mêmes de la basilique antique,les expose.Fondé en 1979, agrandi et rénové en 1993, ce musée s’enrichit constamment grâce à de nouvelles découvertes. En 1996, c’est un amphithéâtre qui a été trouvé. Tous les deux ans, il organise « le Festival International du Film d’Archéologie » de Nyon. Ce festival permet de découvrir plusieurs sujets, plusieurs visions autour du vaste domaine qu’est l’archéologie.

Nyon09

La statue de Jules César

Nyon10

Fresque reconstituant une basilique romaine

Le Cirque, symbole du rire avec les clowns et de l’émerveillement avec les autres acrobates, vient chaque année nous réjouir et nous divertir.

Il y a le Cirque « Nock » (le plus vieux Cirque de Suisse) et le Cirque « Knie » (le Cirque National Suisse).

En ce qui concerne les marchés alimentaires et artisanaux, je trouve que Nyon est bien servi.

En effet, tous les mercredis et samedis matins de 8h à 13h, il y a le «Marché aux fruits et aux légumes » ; tous les premiers jeudis de chaque mois aussi le matin, la «Foire de Nyon » et tous les premiers samedis de chaque mois de 9h à 17h, le «Marché des Artisans » au centre ville. Pour les amateurs de brocantes et d’antiquités, chaque année au mois d’août, il y a la «Brocante de Rive » (Rive est un quartier pittoresque du bord du lac) et tous les derniers dimanches de chaque mois de 8h à 18h, le «Marché aux Puces » sur les quais. J’adore aller à celui-là ! Sur une promenade longue de 700 mètres, plus de 160 exposants animent les berges du lac.

Nyon11

Le marché du centre ville

Le marché aux puces du bord du lac qui a lieu le dernier dimanche de chaque mois

En 2004, afin de financer une semaine de vacance au bord de la mer au sud de la France, j’y ai moi-même participé ! J’avais loué un stand dans lequel je vendais toutes sortes de livres, de bijoux, de bibelots, de vaisselle et d’habits qui m’appartenaient, mais que je ne voulais plus et aussi que plein d’amis et de connaissances m’avaient donné. C’était super sympa et on s’est bien amusé ! Certains de mes amis sont venus pour aider à monter et démonter le stand, vendre et tenir la caisse. Moi, je me tenais à côté du panneau explicatif du pourquoi j’étais là et je répondais aux questions…

Au point de vue barrières architecturales et accessibilité en chaise roulante, la ville fait beaucoup d’efforts !

La plupart des trottoirs ont été rabaissés, les bâtiments publics sont relativement bien équipés (s’ils ne le sont pas, les démarches administratives peuvent se faire par téléphone ou par courrier), la majorité des restaurants et des magasins n’ont pas de marche pour pénétrer à l’intérieur (ou alors juste une), le cinéma a un ascenseur et des toilettes pour handicapés, les musées idem, il y a des places de parcs réservées pour nous (pas assez, il est vrai, mais il y en a quand même…), le château qui vient d’être rénové s’est doté, tenez-vous bien, d’un ascenseur pour que l’on puisse accèder au 1er et au 2ème étage et depuis le mois de juillet, une chose fantastique, un grand événement, la municipalité a fait construire un ascenseur public qui permet de descendre depuis la promenade des vieilles murailles à côté du château jusqu’en bas au bord du lac !!! Comme Nyon est construite au sommet d’une colline, ce lift bienvenu permet d’éviter la descente ou la montée ! C’est génial !!!

Nyon13
Voilà l’ascenseur miracle qui me permet de descendre facilement au bord du lac… Il arrive à l’intérieur d’un parking souterrain

Sur le plan géographique, Nyon, grâce à sa proximité avec Genève (27 km) et Lausanne (44 km) se développe rapidement. Elle compte 17 270 habitants. Berne, la capitale fédérale est à 1h30 de voiture et Zurich, l’internationale à 2h45. Pour aller en France voisine, pas de problèmes, on peut passer soit par Crassier, Divonne (à 7,5 km), soit par le Jura avec Saint-Cergue, le col de la Givrine et la Cure (à 27 km, après, on arrive aux Rousses) ou alors, tout simplement prendre le bateau pour traverser le lac. Le village médiéval d’Yvoire est à 20 minutes.

Nyon14

Carte du lac Léman avec la position géographique de Nyon

En ce qui me concerne, j’habite dans un immeuble de quatre étages très sympa.

En été, on fait souvent des barbecues avec les voisins et en hiver, des apéros ou des soupers canadiens. Chacun amène un plat ou un dessert, on pose tout sur la table et chacun se sert. C’est le temps du partage, de la convivialité et de l’amitié ! J’adore ces moments de communion avec son prochain… c’est vraiment super !

A la Jardinière 5, l’entraide fait partie de notre vocabulaire.

Eh oui, si une personne a besoin d’aide, pas de problèmes, il y aura toujours quelqu’un qui sera là et qui répondra présent. Pour moi et mon handicap, c’est très important cette notion de solidarité. Cela veut dire que si mes aides et moi, il nous manque un œuf pour faire la cuisine, on peut le demander… que si mes aides doivent vite aller à quelque part et qu’il faut quelqu’un pour me garder (avec mon respirateur, je ne peux jamais rester toute seule, c’est de la mécanique, il pourrait s’arrêter…), on peut le demander… et que si mes aides ont besoin d’un coup de main pour me mettre dans ma chaise ou dans mon lit, on peut le demander aussi… ce n’est pas formidable ça !?!

Ma maman est venue s’installer à Nyon en 1964, j’avais alors 6 ans.

A l’époque, nous habitions de l’autre côté de la ville dans un quartier populaire qui était subventionné pour les familles à petits revenus. Elle était en plein divorce. Là-bas, c’était très bien aussi. Après l’école, je passais tout mon temps à jouer avec les autres enfants de ce quartier. Ces derniers n’ont jamais fait de différences par rapport à ma maladie. Je n’ai jamais été rejetée ni mise de côté, bien au contraire ! Je pense que cela m’a beaucoup aidée pour être bien dans ma peau, pour avoir un caractère sociable et ouvert. A 14 ans, comme j’avais des difficultés à marcher et que je n’arrivais plus à faire du vélo, ma maman, pour me rapprocher du collège où j’étudiais, a décidé de déménager là oû j’habite maintenant. Le collège est à 300 mètres.

J’habite dans le même appartement depuis 33 ans.

Dans le quartier, tout le monde me connaît. Mon appartement a 4 pièces et demie. Il y a un grand salon qui fait aussi salle à manger, une petite cuisine, une petite salle de bain, un WC séparé et trois chambres à coucher, une pour Chantal (mon amie), une pour Fabienne (la fille qui s’occupe de moi la semaine. Cette chambre sert également pour les filles du week-end) et ma chambre. Le nec plus ultra, la cerise sur le gâteau, c’est le grand balcon plein sud avec du soleil toute la journée. Grâce à lui, pas besoin de toujours partir à quelque part pour s’aérer. On passe de très bons moments dessus ! Au sous-sol, chaque locataire a une cave et bien sûr, une chambre à lessive avec un lave-linge, un sèche-linge et un étendage (en Suisse, tous les immeubles l’ont). Le soir, on peut dormir tranquille. Il n’y a pas de va-et-vient incessant de la part des voitures ni de bruit particulier.

Mon appartement est une vraie caverne d’Ali Baba !

Partout, c’est rempli de bibelots que j’ai acheté ou que l’on m’a offert, ainsi que plein de souvenirs de mes vacances. De plus, Chantal fait la collection de dauphins et moi, de bouddhas (indiens et chinois) et d’éléphants. Mon chez moi, mon petit nid douillet (je m’y sens bien et je l’adore !), je l’ai toujours voulu accueillant et décrété porte ouverte ! Les gens peuvent y venir à l’improviste à toute heure du jour et de la soirée…

Ce que j’aime à Nyon (on la nomme d’ailleurs « Cité du bon accueil ») c’est que c’est une petite ville où la pollution et le stress ne sont pas encore dérangeants.

Cela signifie qu’on a encore le temps de traverser la route avant que le feu tourne au rouge et que je peux encore me permettre de passer hors des passages piétons sans risquer de me faire écraser… Cela veut dire que dans les magasins, les vendeuses font attention à nous, elles sont respectueuses et nous emmènent volontiers jusqu’à l’objet recherché. Au bout de deux ou trois venues, on n’est plus des anonymes, elles nous reconnaissent et nous disent « Au revoir et bonne journée » ou alors « Bonjour, comment ça va ? »… et pour finir, cela signifie que lorsqu’on descend au bord du lac ou que l’on va dans un centre commercial, il est très courant de croiser un ami ou une connaissance et d’aller boire un verre avec… sympathique, non !?!

Nyon se situe entre 372 et 478 mètres d’altitude, cela dépend si l’on se trouve au bord du lac, au centre ville ou plus au nord, dans les zones industrielles.

Cette cité très verte et très fleurie se trouve à 5 minutes en voiture de la campagne, à 5 minutes de la forêt et à 20 minutes du Jura. En hiver, il y a rarement de la neige et s’il y en a, elle tient au maximum une semaine, après, elle fond. Cela m’arrange bien, car rouler dans la neige avec ma chaise roulante, ce n’est pas évident. Et puis, si l’une de mes aides glisse et perd l’équilibre… aie, aie, aie… attention aux dégâts !

Pour ce qui est du lac, la compagnie générale de navigation (la CGN) propose plusieurs formules pour aller d’une ville à l’autre sur la côte Suisse, en faire le tour ou le traverser pour aller sur la côte Française.

Les bateaux sont splendides. Ils comprennent :

1. la flotte « Belle Epoque » avec 5 bateaux à vapeur avec roues à aubes

Le Montreux (1904) 

La Suisse (1910)

Le Savoie (1914) 

Le Simplon (1920) 

Le Rhône (1927) 

 et trois diesel électriques avec roues à aubes 

Le Vevey (1907) 

L’Italie (1908)     

L’Helvétie (1926)  

2. la flotte « moderne », composée de cinq bateaux à moteur diesel à hélices

Le Henri-Dunant (1963)

Le Général Guisan (1964)   

Le Chablais (1974)

La Ville de Genève (1978)

Le Léman (1990)

Un paquebot à moteur diesel à hélices

Le Lausanne (1991)

Une vedette à moteur diesel à hélices et une grande vedette

Le Colvert (1960) 

Le Morges & Lavaux (2006)

Le premier bateau à vapeur du Léman a été créé en 1823. Il s’appelait le Guillaume Tell I. Aujourd’hui, à peu près 20 000 embarcations sillonnent le lac pour les déplacements, la pêche ou le plaisir.

Le lac Léman (appelé aussi parfois lac de Genève) est le plus grand lac d’Europe occidentale.

En forme de croissant (ou de virgule), le rivage nord et les deux extrémités sont suisses (canton de Genève, de Vaud et du Valais), le rivage sud est français (Haute-Savoie et Ain). La frontière passe au milieu du lac. Sa superficie est de 582,4 km2 dont 348,4 km2 en Suisse et 234 km2 en France. Sa longueur est de 72,300 km et sa largeur maximale de 13,800 km.

Vivre au bord d’un lac… est une chose merveilleuse ! C’est beau, vivant et reposant à la fois !

A chaque saison, il a son charme, son attrait et sa séduction… ! Lorsque le soleil brille et qu’il se reflète à la surface de l’eau, on dirait qu’il y a comme une myriade de pépites qui scintillent… ! Lorsqu’il n’y a aucun vent et que c’est le calme plat, il ressemble à un miroir, complètement lisse… ! Lorsque, par contre, la tempête sévit, que le ciel s’assombrit et que les vents soufflent à plus de 100 km à l’heure, alors là, il se déchaîne… les vagues ont de l’écume blanche, elles se jettent et se fracassent contre les rochers, aspergent les rades… ! Lorsqu’il y a la brume, c’est une ambiance feutrée, silencieuse et mélancolique qui règne… ! Lorsqu’il pleut, ce sont des milliers de gouttes et gouttelettes qui, en tombant dans l’eau, giclent comme des petits jets d’eau… et enfin, lorsqu’il y a la bise et qu’il fait très froid, l’eau des vagues qui réussit à éclabousser et à passer par-dessus les quais gèle instantanément… ! Toutes ces scènes, tous ces tableaux si différents les uns des autres sont un enchantement, un ravissement, une source de joie et de plaisir… c’est la magie du lac !

J’ai déjà visité beaucoup de très belles villes, mais dans mon cœur et ma tête, je ne me vois pas habiter une autre ville que Nyon. Le charme pittoresque de ses ruelles et de ses petites places, la gentillesse de ses habitants, sa commodité pour ma chaise roulante, le lac et la beauté naturelle de la région en fait un petit paradis, un havre de paix pour tous ceux qui recherchent la tranquillité et une certaine qualité de vie !

Ce texte rempli de touches personnelles, d’anecdotes historiques et géographiques me tient très à cœur. Je l’ai écrit avec amour, enthousiasme et passion. S’il est vrai que pour approcher, voir même atteindre la plénitude et la sérénité, il faut chercher à l’intérieur de soi, je suis persuadée que l’extérieur, comme son lieu d’habitation, joue un rôle capital pour son bien-être général ! Comment être heureux si à la base, on ne sent pas bien chez soi, c’est impossible ! Mieux vaut déménager et tout recommencer à zéro, plutôt que de végéter et de se morfondre dans son coin, isolé de tous et de tout !!!

compost et photos de moi au bord du lac 009

photos de moi bord du lac avril 2011 043

Si vous voulez voir d’autres photos de Nyon, veuillez cliquer ici :

« Nyon, ma Cité du Bonheur »


Novembre 2006                         Marie-Claude Baillif

         

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *