Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 1 752
  • Last 30 days: 38 395
  • Online now: 0

2006 : 3 jours à Faulensee au bord du lac de Thoune

Comme cet hiver 2006 a été rude et long (quand il fait froid, il bise ou il pleut, je ne sors pas), j’ai dit à Chantal et à Fabienne (mes deux aides) : « Si vous êtes d’accord, sitôt qu’il va y avoir 3 jours consécutifs avec du soleil et des températures agréables, on part au bord du lac de Thoune… »

Ce beau lac alpin se trouve en Suisse dans l’Oberland bernois à environ 2 heures de voiture de chez moi. Il porte le même nom que la ville principale qui occupe ses rives : Thoune. Sa superficie est de 43 Km², sa longueur de 18 Km et sa largeur de 4 km. Il est alimenté par 2 rivières (l’Aare et la Kander) et il se trouve à une altitude de 558 m. Pour aller d’une rive à l’autre, il y a un service de bateaux totalement accessibles en chaise roulante.

 Vue sur le lac de Thoune depuis le sommet du Niesen

Passer 3 jours dans un cadre enchanteur au pied de quelques-unes des plus célèbres montagnes suisses comme la Jungfrau à 4’000 m d’altitude (cela veut dire « la jeune femme » en français), le Lauteraarhorn, le Shreckhorn, le Mönch et j’en passe… me faisait vraiment très envie ! Et puis, il y a également le très beau Niesenà 2’362 m d’altitude (c’est ici que le compositeur « Brahms » a trouvé l’inspiration entre 1’886 et 1’888).

Nous sommes parties le mercredi 3 mai à 10h le matin. J’ai réservé l’hôtel dans le tout petit village de Faulensee au bord du lac. L’hôtel était super bien placé, les pieds dans l’eau. Nos 2 chambres donnaient sur le lac avec en prime un balcon avec une très belle vue sur les montagnes. Une fois les bagages posés dans les chambres et mon dossier électrique installé derrière mon matelas de lit, nous sommes parties à pieds le long du lac. Nous avons fait la balade Faulensee – Spiez.

Cette balade d’une heure environ (nous, on traîne, car on fait toujours plein de photos…) est absolument magnifique ! Le chemin est en terre battue, mais il n’y aucun problème avec la chaise roulante, c’est parfaitement accessible. A cette période de l’année, c’est une explosion de couleurs ! Tout fleurit, tout bourgeonne, tout prospère… c’est une embellie ! Cela va du blanc au rose, du jaune au bleu en passant par le vert tendre… Au milieu de la promenade, le chemin traverse une forêt. Il y a les branches des arbres qui tombent dans l’eau, c’est comme un rideau vert au-dessus de l’eau bleue. C’est très impressionnant ! C’est la première fois que je me retrouve en même temps en forêt et au bord de l’eau… J’ai beaucoup aimé ! Nos deux chiennes Sultane et Kalyne aussi… pour leur museau, il y avait de quoi renifler et à tout moment, elles étaient dans l’eau pour se rafraîchir et jouer !

A Spiez, petit village charmant (il y a un très beau château), nous avons bu un verre sur une terrasse et manger notre première glace de l’année.

Sur le chemin du retour, nous avons vu un canard mandarin (comme c’est chatoyant, comme ses couleurs sont belles…) et une grèbe huppée avec ses dix petits. Deux se reposaient sur le dos de leur maman, bien au chaud et bien calés. C’était très attendrissant !

Le soir, après avoir soupé au restaurant, nous sommes montées nous allonger sur nos lits, complètement crevées de la journée ! Eh oui, avec cet hiver et ce mauvais temps qui n’en finit plus, on n’a plus l’habitude de passer autant de temps dehors… et l’air extérieur, mine de rien, ça fatigue ! A 22h30, comme on s’endormait devant la télé, on a tout éteint. Du jamais vu !!!

Le lendemain matin, après que Chantal et Fabienne aient déjeuné sur le balcon, nous avons pris la voiture et nous sommes parties pour Kandersteg. Cette jolie station à 1’200m d’altitude est entourée de montagnes. Elle compte 1’200 habitants. C’est un lieu de villégiature autant estival que hivernal situé à un endroit clé entre le canton de Berne et celui du Valais. Grâce au tunnel ferroviaire du Lötschberg, creusé à travers la montagne, le passage entre ces 2 cantons est devenu aisé et rapide (les travaux ont débuté en 1906, le percement en 1911 et l’ouverture au transport des automobiles en 1913).

Pour ma chaise roulante et les 2 aides qui me poussent, Kandersteg est très agréable, car c’est une station plate. Se promener dans ces conditions est formidable ! Nous avons bu un café sur la terrasse d’un magnifique chalet hôtel perdu au milieu d’un champ, nous avons laissé les chiennes jouer et se baigner dans un tout petit étang à une cinquantaine de mètres de la route, nous avons fouiné dans une ou deux boutiques et nous avons mangé une glace avant de reprendre la voiture pour Adelboden.

Adelboden est un joli village de montagne situé à 1’350 m d’altitude, mais beaucoup plus en pente que Kandersteg. La rue principale où il y a tout plein de magasins et de boutiques est quant à elle plate aussi. L’église construite en1’433 a très peu changé depuis sa construction. Les fresques de l’entrée et les vitraux réalisés par Auguste Giacometti sont d’un grand intérêt historique. Il y a 3’500 habitants.

Avec la voiture, nous avons pris une route au hasard et nous sommes monté jusqu’à ce que l’on soit bloqué par un panneau « interdit à la circulation ». Des pâturages alpins fleuris, des torrents pétillants, des sommets enneigés, des glaciers imposants… la nature autour d’Adelboden est vraiment très belle ! Sultane et Kalyne ont joué dans le torrent et se sont roulées dans la neige…

Cette journée à la montagne a été une vraie réussite ! Nous avons fait plein de photos, nous avons pris un grand bol d’air pur et nous avons remplis nos yeux de beaux décors et de belles vues…

Le soir, nous avons mangé sur la terrasse du restaurant de l’hôtel et à 21h, hop, rebelote, comme le soir précèdent, on s’est mise au lit pour s’allonger, crevée !

A 22h, on s’est re-endormie devant la télévision… décidemment, on n’a plus 20 ans ! Vivement que la météo me permette de ressortir comme je veux afin que je reprenne mon rythme de croisière !

Le lendemain (le 3ième jour), pas de chance, la pluie s’est mise à tomber, le vent à souffler et les températures à chuter. On était surprise et très déçue, car en fait, le mauvais temps est venu plus vite que prévu ! Ah, la météo… on ne peut jamais compter sur elle !

Chantal et Fabienne ont quand même déjeuné sur le balcon. Le bruit des vagues qui se cassaient contre le muret au pied de l’hôtel, les gouttes de pluie qui clapotaient sur le lac, la brume et le brouillard qui cachaient les montagnes… brrr… ça ne donnait pas envie de sortir ! Au lieu des 22 degrés du jour d’avant, il ne faisait plus que 12 degrés ! A midi, comme la pluie n’arrêtait pas de tomber et qu’aucune amélioration n’était prévue, on n’a pas insisté, on a pris le chemin du retour…

La région autour du lac de Thoune est une pure merveille ! Je l’adore ! C’est rempli de petits villages typiques, de jolies balades à faire au bord du lac et de belles excursions à entreprendre dans tous les sommets avoisinants.

Ces 3 jours, courts, mais intenses, m’ont ressourcé. Ils ont été un coup de fouet dans ma vie et un renouveau après le long hiver qui m’a cloué à la maison.

Ce que je souhaite maintenant ? Du soleil à gogo, des chaleurs estivales… bref, un bel été !

Si vous voulez voir d’autres photos de cette belle balade de 3 jours, veuillez cliquer ici :

« 3 jours à Faulensee »

Octobre 2006                  Marie-Claude Baillif


Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *