Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 0
  • Last 30 days: 0
  • Online now: 0

2008: Les 2 musées le Hameau en Beaujolais et la Gare à Romanèche-Thorins

« LE HAMEAU EN BEAUJOLAIS »

Partir à la découverte de l’histoire de la vigne et de ses traditions, c’est ce que vous propose le musée « le Hameau en Beaujolais » !

Dans le hall d’entrée, un restaurant tout à fait insolite « le café des 2 horloges » nous accueille. Grâce à son immense fresque qui prend toute la longueur du mur, il nous plonge dans l’atmosphère de départ d’un hall de gare du style 1900 ! C’est génial ! Ouvert de 10h à 18h, il propose des boissons, des glaces et une restauration à la carte ou au menu.

La visite du « Hameau en Beaujolais » commence par l’histoire du transport du vin de l’antiquité à nos jours (remonter le temps de l’Egypte ancienne à la fin du 19e siècle est passionnant…) et par une superbe exposition d’outils et de machines agricoles retraçant le travail du vigneron ; de la vigne à la cave. Lorsqu’on voit les premières sulfateuses, en fer ou en cuivre, souvent portés à dos d’homme (elles permettent de pulvériser, sous l’action d’une pompe, les produits nécessaires au traitement des maladies de la vigne), c’est là qu’on réalise, qu’on prend conscience de l’énorme évolution des techniques viticoles ! De quoi l’être humain est capable… est remarquable !

Comment est né le vin…

Si le berceau de la vigne se trouve en Asie mineure (des pépins de raisin issus d’une vigne cultivée ont été retrouvés il y a 7 000 ans dans le Caucase), c’est en Égypte que s’est d’abord développé la culture de la vigne et le savoir faire nécessaire à l’élaboration du vin, cela plus de 2 000 ans avant Jésus-Christ. On savait déjà qu’il fallait cueillir le raisin, le fouler des pieds dans des bassins en pierre et recueillir le jus dans des cuves en terre cuite. Le vin ensuite fermentait dans de grandes jarres en terre cuite. Après maintes manipulations, le vin était conservé dans des amphores dressées contre un mur ou dans leur support. Le vin était sacré et servi principalement lors de cérémonies religieuses.

Ce sont les Egyptiens qui ont enseigné leur savoir aux Grecs, qui eux-mêmes l’ont appris aux Romains qui l’ont appris aux Gaulois. Ils furent les premiers à décrire aussi clairement dans leurs bas reliefs leur maîtrise de la vinification. Le commerce du vin était devenu très actif sur le Nil et les Egyptiens, pour faciliter ces échanges, étiquetaient leur vin.

Le parcours continue avec une cave où sont entreposés des dizaines de chais, puis une espèce de théâtre optique représentant « Noé », le héros du déluge selon la Bible, le premier vigneron de l’Humanité. Cet épisode, méconnu de l’histoire du vin, est raconté par Pierre Tchernia, un des premiers grands animateurs télé.

Suit ensuite une très belle animation avec plein de décors différents, automatisés et qui raconte les 4 saisons de la vigne, de la plantation des ceps et de leur greffage, de la taille et des traitements prodigués contre les parasites, des maladies qui peuvent survenir (phylloxéra et mildiou), des vendanges et de la fête au village. C’est joliment fait !

L’on découvre également la tonnellerie, magnifique salle où l’on apprend les secrets de la fabrication du tonneau, de la bouteille en verre, des bouchons et des capsules, ainsi que le conditionnement du vin. Sont exposés aussi les premiers tire-bouchons jusqu’à nos jours.

La fabrication du verre

L’homme a commencé à fabriquer du verre il y a environ 5 000 ans. Le verre fut probablement utilisé pour la première fois dans l’Égypte ancienne, où les articles en verre étaient considérés comme des objets de luxe, que l’on ne trouve que dans les tombes de prêtres et de membres de la famille royale. À l’origine, pour fabriquer des récipients de verre, on recouvrait un noyau d’argile de verre fondu et on retirait ensuite ce noyau lorsque le verre refroidissait. Quand la canne de souffleur fut inventée vers 100 av. J.-C., les verriers purent créer des récipients plus grands en beaucoup moins de temps. Le nouvel art du soufflage du verre se répandit dans toute l’Europe avec l’expansion de l’Empire romain.

La recette de base (sable, soude et chaux) n’a pas changé au fil des siècles, mais il existe bien des variantes. Par exemple, l’ajout de potasse et de plomb améliore la qualité du verre, alors que l’introduction de cobalt, de soufre ou d’autres minéraux, le colore. Pour accélérer la fusion, on ajoute au mélange de matières premières du calcin, un déchet de verre. Les ingrédients pour fabriquer une masse de verre sont mélangés et fondus dans de grandes marmites chauffées dans un four.

A la fin de la visite, on arrive dans une salle magnifique, une ginguette des années 1900 où l’on peut déguster les meilleurs crûs de la région du beaujolais et du mâconnais. Il y a des sommeliers et des sommelières très sympas qui nous conseillent sur les différents vins blancs, rosés ou rouges.

BEAUJ1

Au fond de cette salle de dégustation en forme de guinguette, il y a un vieil orgue de Gavioli & Cie. Il est splendide !

BEAUJ2

Après la dégustation, place aux achats ! Il y a une boutique qui propose une large gamme de vins sélectionnés par Georges Duboeuf (on y trouve du « Juliénas », du « St Amour », du « Moulin à Vent »), des coffrets cadeaux, des articles de cave, des affiches ainsi que des livres sur le thème de la gastronomie, du tourisme, de la vigne et du vin.

BEAUJ3

La collection de vin de Georges Duboeuf   Ancienne affiche

Depuis son ouverture en 1993, « le Hameau en Beaujolais » s’est agrandi avec la création de « la Gare » en 2001 et « d’un Jardin en Beaujolais » en 2003. Il y a une terrasse panoramique sur le toit du bâtiment qui offre une vue à 360 degrés sur les vignes et villages alentours.

Pour avoir le temps de tout visiter, il faut prévoir la journée.

Ces 3 sites se trouvent à Romanèche-Thorins à 45 minutes de Lyon et 1h 45 de Genève.

Horaires

Ouvert tous les jours, y compris les jours fériés.

Fermé le 25 décembre et du  janvier.

Hiver

Fév, mars, nov, déc : de 10h à 18h.

La visite est guidée. La dernière visite part à 17h.

Été

Avril, mai, juin, juillet, août, sept, oct : de 9h à 18h.

Dernière visite à 18h

La visite a une partie libre, l’autre guidée.

Il faut compter 2 heures 30.

Tél. 0033 (0) 3 85 35 22 22

LA GARE

C’est un voyage unique dans le monde merveilleux du train. Au rez-de-chaussée, il y a un wagon impérial, une salle des lanternes où l’on découvre les premières lampes utilisées par les chefs de gare, les anciens composteurs avec différents objets ferroviaires et les trains jouets des années 1930.

Le wagon impérial offert à napoléon III par la compagnie du nord fut utilisé pour la 1ère fois le 18 août 1855 sur le trajet Boulogne sur Mer – Paris lors de la visite de la reine Victoria à Paris pour l’exposition universelle. Les grandes baies vitrées permettaient à la famille impériale de se montrer à la foule lors de la traversée des gares.

Au 1er étage, il y a une maquette de petits trains, la collection de Marc Tournebize, sur l’évolution des trains jouets depuis 1910, ainsi qu’une maquette représentant les villes de Paris, Lyon et Marseille.

Le 1er étage n’est pas accessible en chaise roulante. Il n’y a pas d’ascenseur. J’ai demandé un prix spécial pour visiter que le rez-de-chaussée.

Horaires

Hiver

Janv, fév, mars, avril, nov, déc : de 10h à 18h.

Été

Mai, juin, juillet, août, sept, oct : de 9h à 19h.

 

Juillet 2008              Marie-Claude Baillif

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *