Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 1 754
  • Last 30 days: 38 398
  • Online now: 0

2010: La Cité de l’Automobile-Collection Schlumpf à Mulhouse

Image91

Image92

Image93

Si vous aimez les beaux musées, ceux qui vous laissent sans voix et qui lorsque vous en ressortez vous ont enthousiasmés, émerveillés, alors allez à Mulhouse au nord-est de la France et prenez le temps de visiter le Musée de la Cité de l’Automobile. Je vous jure que vous ne serez pas déçus ! En effet, même si vous n’êtes pas un passionné et un fervent adepte des voitures (comme moi), eh bien même sans cet intérêt spécifique, vous allez être exaltés et y trouver du plaisir, beaucoup de plaisir !!!

La Cité de l’Automobile – Collection Schlumpf

Situé à Mulhouse dans le département du Haut-Rhin au sud de l’Alsace, ce musée national est le plus grand musée automobile du monde. Créé par l’industriel suisse Fritz Schlumpf, un amoureux fou des belles voitures, il présente sur une surface de 25 000 m2 quelques 560 modèles historiques, de prestige et de course qui racontent la fabuleuse l’histoire de l’automobile de ses débuts en 1878 à aujourd’hui. C’est magnifique, gigantesque, passionnant !!!

La visite commence par un film, un documentaire d’une vingtaine de minutes qui explique qui était ce M. Fritz Schlumpf, le pourquoi et le comment d’une telle collection. Ensuite tout au long du parcours, dans les différentes salles et espaces, il est possible de suivre grâce à un système d’audio-guide interactif remis gratuitement à l’entrée et disponible en plusieurs langues la naissance, l’histoire et le vécu d’à peu près chaque voiture exposée. C’est vraiment très, très intéressant !!!

Lorsqu’un modèle ancien ou récent a sur sa fiche explicative un numéro de référence, il suffit de le taper sur le guide audio (sorte de téléphone) et une fois l’appareil placé contre l’oreille d’écouter les explications données sur la construction de telle ou telle voiture, ses performances, son pilotage, etc. Nous avons appris plein de choses, une foule de détails et d’anecdotes sur comment se sont déroulés les débuts de l’automobile avec les premiers pneus étroits et non gonflables, les premiers freins et rétroviseurs, les premières capotes pour protéger les automobilistes de la pluie et du mauvais temps, les premiers pare-brises, essuie-glaces, etc… C’était vraiment captivant, on a adoré ! De plus, de voir toutes ces belles voitures, tous ces différents modèles réunis sous le même toit… Waouh ! Quel plaisir pour les yeux, quel régal pour nos mémoires ! Eh oui, j’ai eu plein de souvenirs des voitures de mon enfance qui sont réapparus…

Dans le hall d’entrée du musée, réaménagé et modernisé, il y avait la photo de la maman, Jeanne Schlumpf, accrochée au mur, un monumental orgue d’aspect baroque, 2 statues grecques et déjà quelques beaux modèles de voitures anciennes dont les fameuses Bugatti. Le tout était exposé dans un magnifique décor rouge !

Image95

Image96

Image97

Dans le cœur du bâtiment ensuite, on se retrouvait dans une immense et incroyable salle avec 243 voitures exposées, bien soigneusement installées sur des plates-formes recouvertes de gravier fin, le tout étant éclairé par 500 répliques des candélabres (lampadaires) du pont Alexandre III à Paris. Lorsqu’on arrive dans cette salle, c’est impressionnant ! D’abord subjuguées par la quantité de voitures (c’est magique, l’œil ne sait plus où se poser tellement il y en a), on se retrouve après totalement éblouies par la présentation, le décor et la surface !!! Eh oui, toutes ces voitures qui ont marqués leur époque forment un ensemble tout simplement magnifique !

Des animations quotidiennes, une trentaine de films sur grand écran ou sur écran plasma agrémentent la visite, des images géantes replacent les voitures dans leur contexte et leur environnement. C’est génial ! Eh oui, dans ce musée, on se retrouve directement plongé dans la formidable aventure de l’histoire automobile, son évolution, celle de tous ces créateurs, ces pionniers qui ont permis le passage de l’hippomobile à l’automobile, de la vapeur à l’essence, de la courroie à l’arbre à cames, de tous ces ingénieurs qui ont su améliorer encore et encore les freins, les phares, les moteurs, les boîtes à vitesse, les carrosseries et enfin de tous ces constructeurs qui ont réussi à populariser la voiture et à la fabriquer en série !

Image98

Image99

Premières voitures à 1 ou 2 places, à 4 places

Image100

et avec un toit pour protéger de la pluie !

Image101

Image102

Image103

Les roues deviennent plus larges et ont des pneus gonflables ! Les volants, les pare-brises et les capotes font leur apparition !

Image104

Image105

Image106

Pour se protéger de la pluie, mais également du vent et du froid, les habitacles s’améliorent !

Image107

Image108

Image109

Les looks et les designs se transforment…

Image110

Image111

Image112

Image113

Image114

Image115

Image116

Image117

Image118

Complet et offrant une diversité de modèles incroyables, ce musée présente également 2 salles consacrées aux courses de vitesse et à leurs incroyables bolides d’antan et d’aujourd’hui. Avec leurs alignements en épis, on avait une sacrée bonne vue, une excellente représentation de tous les changements, les améliorations qui ont eu lieu au fil des années et des courses. Devenant de plus en plus rapides, confortables, mobiles, plus sûres aussi avec un look et un design toujours plus aérodynamique, profilé, ces voitures étaient de pures merveilles !

En tout cas, avec ces véhicules mythiques, ces légendes de course, ces engins de tous les dangers, il ne fallait pas avoir peur pour monter dedans et rouler avec ! Les pilotes comme Giuseppe Farina et Juan Manuel Fangio étaient de véritables casse-cous ! Un film sur grand écran permet de ressentir et de vivre en direct comme si on y était les émotions de ces coureurs intrépides au moment du départ et durant la course. C’était super, on a beaucoup aimé cet espace aussi !

Image119

Image120

Image121

Image122

Image123

Image124

Image125

Image126

Image127

Image128

Image129

Image130

Quant au clou de ce musée, la cerise sur le gâteau, c’est sans contexte et à l’unanimité de Fabienne et de Fatya (mes 2 auxiliaires de vie) et de moi-même la salle réservée aux chefs-d’œuvre automobiles des années 30 ! Dans une ambiance feutrée de couleur bleu nuit, l’on pouvait voir et admirer des voitures sublimissimes, splendides, il y avait là 80 parmi les plus remarquables voitures de cette époque là ! Avec leurs chromes qui scintillaient dans la lumière tamisée et leurs coupes parfaites, elles faisaient rêver ! Que ce soit les Rolls Royce, les Mercedes, les Hispano-Suiza ou les célèbres Bugatti royales… elles étaient toutes très belles !

Image131

Image132

Image133

Image134

Image135

Image136

Image137

Image138

Image139

Image140

Image141

Image142

Image143

Image144

Image145

Les 2 Bugatti royales, la Coupé Napoléon (la voiture personnelle d’Ettore Bugatti) et la Limousine, constitue sans conteste le point d’orgue de cette collection surtout lorsqu’on sait que seulement 6 exemplaires ont été construits ! Avec leur empattement de 4,26 mètres, leurs roues au diamètre gigantesque, c’est vrai que ces 2 voitures en jetaient ! Elles étaient destinées aux têtes couronnées. Ettore Bugatti les avaient voulues exceptionnelles et elles le furent à plus d’un titre ! En effet, 3 fois plus chères que les Rolls Royce de l’époque, elles étaient motorisées par un énorme cylindre de 12,7 litres qui développait près de 300 chevaux ! De plus, ces monstres de la route pouvaient filer jusqu’à 200 km/heure !!! Waouh ! Impressionnant, non !?!

À la fin de la visite (il faut bien compter 3 heures), nous n’avions qu’un seul mot à la bouche « Fantastique ! ». Eh oui, quel grand musée, quelle grande collection, quel grand moment !!!

Mais au fait qui était donc ce Fritz Schlumpf qui a pu réunir sous le même toit une aussi remarquable et prodigieuse collection de voitures ???

Né en Italie en 1906, de mère française et de père suisse, il vécut son enfance à côté de Milan avec son frère ainé Hans, de 2 ans plus âgé que lui. Lorsque son père, négociant en textile, décéda en 1919, les 2 garçons suivirent leur mère Jeanne et vinrent s’installer à Mulhouse en Alsace. Travaillant par la suite dans la finance, Fritz et son frère devinrent rapidement des experts et des habiles spéculateurs. À la fin de la crise économique des années 30, ils faisaient partie de l’élite de la finance française. En 1935, avec tout l’argent ramassé (ils avaient fait fortune), les 2 frères fondèrent une filature à Malmerspach à 30 km au nord-ouest de Mulhouse.

Au fil des années, comme leur empire de textile ne cessait de s’agrandir (ils avaient racheté les filatures Erstein, Gluck & Cie à Mulhouse, les tissages Delfrenne & Cie près de Roubaix, ils possédaient également des caves à champagne, l’Hôtel du Parc à Mulhouse, de même que plusieurs autres affaires immobilières), Fritz, à partir des années 60, commença à s’adonner à sa passion favorite : acheter et collectionner les belles voitures. En l’espace de 6 ans, de 1961 à 1967, il réussit à s’approprier près de 560 voitures, soit près d’une centaine par an. Épris des Bugatti (c’était ses préférées), il rachetait toutes celles qu’il pouvait.

Lorsque les frères Schlumpf ont commencé à posséder la plus grande collection privée au monde de voiture de luxe et de sport (dont une cinquantaine de Bugatti), ils décidèrent d’entreposer leur trésor dans 3 anciennes filatures de Mulhouse en prenant bien soin de séparer les Rolls-Royce et les Bugatti des autres marques. 30 ouvriers spécialisés (carrossiers, mécaniciens, ébénistes, maroquiniers, etc…) étaient employés à la restauration, à la réparation et à la remise à neuf de ces voitures. Certaines étaient de véritables épaves. Le désir de Fritz était qu’elles soient reconstituées dans les moindres détails avec les teintes, les matériaux et les pièces d’origine. Les ouvriers avaient ordre de garder le silence sur leurs activités.

En 1965, après que les frères Schlumpf aient organisé une journée porte ouverte pour montrer leur incroyable collection (ils avaient convié une douzaine de personnalités, ainsi que la presse), l’équilibre financier de leur groupe devint de plus en plus précaire. Hans avait beau expliqué à son frère Fritz que son penchant pour les belles voitures allait les emmener à la faillite, Fritz ne voulait rien entendre, rien comprendre. Quand l’heure des bilans sonna, les pertes étaient considérables. C’est là que Fritz eu l’idée, pour renflouer les déficits de leur entreprise, de créer un musée pour montrer au public sa formidable, mais très coûteuse collection automobile.

En 1976, lorsque tout fut prêt pour accueillir les visiteurs (ils avaient redécoré l’entrepôt de façon somptueuse et raffinée, ils avaient installé des centaines de lampadaires copies conformes à ceux du pont Alexandre III à Paris, des fontaines Wallace et des orgues, les salles de réception et de restaurant étaient parées de velours, les billets d’entrée imprimés, les coupes de champagne commandées…), eh bien, pas de chance, la crise mondiale du textile qui sévissait depuis quelques temps déjà eu raison de leurs usines et de l’ouverture de leur musée tant désiré !

Se refusant dans un premier temps à licencier du personnel, les frères Schlumpf durent par la suite faire comme tous leurs concurrents, abandonner leur production et déposer le bilan. Environ 2000 ouvriers se retrouvèrent au chômage !

En mars 1977, ces derniers révoltés, ne voyant aucune issue à leurs inactivités forcées et en désespoir de cause, après avoir découvert par hasard la formidable collection de voitures de leur patron, envahirent et occupèrent avec l’accord des syndicats du travail, l’usine fermée de Malmerspach. Comme les frères Schlumpf habitaient tout à côté, ils furent séquestrés dans leur villa. Au bout de 3 jours, les syndicalistes et les ouvriers devenant de plus en plus menaçants (la crise avait dégénéré en un grave conflit social), sur l’instigation des autorités françaises et sous la protection de la police, Fritz et Hans Schlumpf furent conduits à la frontière suisse à Bâle où ils élurent domicile. Ils ne revirent jamais plus leurs usines ni leur prestigieuse collection.

En ce qui concerne celle-ci, suite à un procès interminable pour abus de biens sociaux et fraude fiscale contre Fritz Schlumpf, elle fut confisquée. Puis pour éviter sa dispersion, le Conseil d’État français la classa à l’inventaire des monuments historiques le 14 avril 1978. Rachetée à la justice le 26 mars 1981 avec les terrains et les bâtiments pour seulement 44 millions de francs (alors que selon une estimation de la célèbre maison de ventes aux enchères Christie’s, elle aurait rapporté 325 millions à l’une de ses ventes), elle appartient désormais à l’Association du Musée National de l’Automobile qui, désirant garder cet exceptionnel patrimoine national en un seul bloc, l’offrit à Mulhouse pour y faire un musée unique en son genre et ainsi dynamiser son tourisme.
Le musée a ouvert ses portes le 10 juillet 1982. En 10 ans, il a reçu plus de 4 millions de visiteurs, un sacré beau succès ! En 1989, sur décision de justice le musée a été rebaptisé Musée National de l’Automobile – Collection Schlumpf, puis Cité de l’Automobile – Collection Schlumpf.

Le 18 avril 1992, Fritz Schlumpf décéda à l’âge de 86 ans. Hans, son frère, ce fut en 1989. Fritz revu sa collection 1 seule fois en 1990. Après sa mort, sa veuve Arlette Schlumpf batailla pendant des années pour restaurer la mémoire de son mari et récupérer une partie de sa formidable collection. En 1998, la justice française clôt définitivement le dossier Schlumpf en restituant 60 voitures à sa famille. Mme Schlumpf décéda en mai 2008 après avoir écrit un livre autobiographique sur son mari, le plus grand collectionneur d’automobiles du XXème siècle ! Ce livre s’intitule « Pour l’amour de Fritz ».

Image146

Image147

Image148

La collection Schlumpf possède quelques modèles très originaux comme à gauche la voiture œuf, au centre la voiture baleine et à droite la voiture aux portières qui s’ouvrent par en haut !

Le musée de la Cité de l’Automobile – Collection Schlumpf est parfaitement accessible pour les personnes à mobilité réduite et pour tous ceux qui comme moi sont en chaise roulante. C’est un très beau musée à visiter. Je vous le conseille vivement !

Décembre 2010                  Marie-Claude Baillif

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *