Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 0
  • Last 30 days: 0
  • Online now: 0

Les Jeux paralympiques

Saviez-vous que pendant 10 jours du 10 au 19 mars, il y a eu les 9ièmes Jeux paralympiques d’hiver à Turin en Italie ?

clip_image002

Je suis choquée par le manque d’informations à ce sujet que ce soit dans les journaux écrits, les journaux télévisés (à peine 2 minutes à la fin du journal de 20h sur TF1 et encore pas tous les jours…) et sur toutes les chaînes de télévision. Sur France 3, il y avait un résumé quotidien de 11h35 à 11h40 et sur les autres… rien !!! C’est un scandale !!! Seules les chaînes Eurosport (de 11h à 13h45), Orange World, Wanadoo et MaLigne TV les ont retransmis. C’est bien joli, mais lorsqu’on n’est pas câblé, qu’est-ce qu’on fait… ??? Moi, j’aurais bien voulu voir ces jeux, eh bien, je n’ai pas pu !!!

Je trouve quand même incroyable qu’un grand événement sportif comme celui-là ne soit pas retransmis sur toutes les chaînes comme pour les Jeux Olympiques des valides !!! Les handicapés sont des athlètes aussi, à part entière, leurs prouesses sont fabuleuses, eux aussi ramènent des médailles, alors pourquoi ne pas les mettre en valeur… ils le méritent, non !?!

Chaque pays engagé devrait leur rendre hommage et les traiter comme des héros au même titre que les valides, oui, mais voilà, les handicapés n’ont pas la cotte, les tabous et les préjugés sont tenaces et il faudra encore bon nombre d’années avant de pouvoir voir des handicapés courageux et volontaires défendre leur titre de champion à la télévision en lieu et place de toutes ces séries débiles qui passent l’après-midi !!!

Les Jeux Olympiques des valides ont eu lieu en février et ont duré 17 jours. Il y a eu près de 2’500 athlètes provenant de 85 pays. Ils ont concouru dans 84 disciplines.

Les Jeux paralympiques, quant à eux, ont eu lieu en mars et ont duré 10 jours. Il y a eu 600 athlètes venant de 40 pays et 5 disciplines.

Ces 5 disciplines sont :

le ski alpin, le ski de fond, le biathlon, le hockey sur luge et le curling en fauteuil roulant.

Le ski alpin

Le ski alpin comporte la descente, le slalom super géant, le slalom géant et le slalom. Les compétiteurs sont des athlètes avec des handicaps physiques ou visuels. Les athlètes avec un handicap physique participent en position assise (ils utilisent un ski assis)

clip_image003    clip_image005

ou alors debout en s’aidant de un ou deux skis de chaque côté.

57035549KR004_Paralympic_Wi   clip_image009

clip_image011   clip_image013

Les athlètes non voyants ou partiellement voyants participent à la compétition avec un guide qui skie sur le côté ou derrière le compétiteur. Ce guide est là pour donner les informations sur le déroulement de la course, les directions à suivre et le parcours et ceci grâce à un système d’émetteur, récepteur sonore.

Le ski nordique

Le ski nordique comprend les épreuves de biathlon et de ski de fond.

Le biathlon

Le Biathlon est un sport qui réunit le ski de fond et le tir à la carabine. Les athlètes du biathlon participent aux épreuves sur des courtes et sur des longues distances (entre 7,5 et 12,5km sur des boucles de 2,5km). Après chaque boucle, les athlètes doivent tirer sur des cibles qui se trouvent à 10 mètres à l’aide d’une carabine à air montée sur des chevalets. Pour chaque cible manquée, les athlètes doivent skier une boucle de 150 mètres ou exécuter un tir de pénalité qui s’ajoute à leur temps total de course.

clip_image015   clip_image018

Comme pour le ski alpin, les athlètes avec un handicap physique participent soit avec un ski assis ou alors debout en utilisant un ou deux skis de chaque côté. Les athlètes non voyants ou partiellement voyants participent avec un guide qui skie devant, sur le côté ou derrière. Lorsque les athlètes non voyants et partiellement voyants s’exécutent au tir, ils ont des écouteurs qui émettent des signaux. Ces signaux, d’intensité différente, indiquent quand leur carabine vise la cible, quand ils s’en éloignent et quand ils peuvent tirer.

Le ski de fond

Les épreuves de ski de fond comportent le 2,5km, le 5km, le 10km, le 15km et le 3×2,5km pour le relais des femmes ; le 5km, le 10km, le 15km, le 20km et le 3×2,5km et le 4x5km pour le relais des hommes.

Les compétiteurs sont des athlètes avec des handicaps physiques ou visuels.

clip_image019   clip_image021

clip_image023   clip_image025

Le hockey sur luge

Les athlètes du hockey sur luge ont un handicap au niveau des membres inférieurs. Ils utilisent des luges spécialement conçues pour se déplacer sur la glace et ont deux bâtons de hockey raccourcis avec des « pics » à l’extrémité pour pouvoir mordre dans la glace. Le jeu est le même que le hockey sur glace.

clip_image027   clip_image030

Le curling en fauteuil roulant

Ce sport, ouvert à tous ceux qui peuvent marcher (mais que sur des courtes distances) a été montré pour la 1ère fois aux Jeux paralympiques de Turin. Les athlètes ont soit un traumatisme médullaire, une limitation motrice cérébrale, une sclérose multiple ou une amputation de la jambe. Chaque équipe est mixte. Les règles sont les mêmes que pour le curling des valides, sauf que pour le fauteuil roulant, aucun balayage n’est permis.

doc4_1   doc4_1 (1)

l’Histoire des jeux

Les Jeux paralympiques ont pris naissance après la seconde guerre mondiale grâce au neurochirurgien anglais Ludwig Guttmann. Directeur de l’hôpital de Stoke Mandeville à Aylsbury près de Londres, cet homme soignait les vétérans de la 2ème guerre mondiale devenus paraplégiques à la suite de graves blessures. Pour favoriser leur rééducation et rehausser leur qualité de vie, il les incitait à faire beaucoup de sport. C’est ainsi que le handisport est né. Tout d’abord activité de loisir, le handisport est devenu rapidement une activité de compétition.

C’est le 28 juillet 1948 que le Docteur Ludwig Guttmann a organisé les premiers Jeux internationaux en fauteuil roulant à Stoke Mandeville, en parallèle avec les Jeux Olympiques de Londres. Son rêve, c’était d’organiser des jeux mondiaux tous les quatre ans comme les Jeux Olympiques.

Son rêve est devenu une réalité en 1960 avec la tenue des premiers Jeux paralympiques d’été à Rome. Les épreuves se déroulaient uniquement en chaise roulante. Il y avait 400 athlètes en provenance de 23 pays et 8 sports représentés (6 d’entre eux sont encore inclus au programme des compétitions paralympiques : le tir à l’arc, la natation, l’escrime, le basket-ball, le tennis de table et l’athlétisme).

Depuis lors, les Jeux Paralympiques ont lieu tous les 4 ans. Ils se tiennent toujours la même année que les Jeux Olympiques.

Le Docteur Guttmann, reconnu comme le père du sport pour les personnes handicapées, est mort en 1980, mais son rêve continue… Il laisse derrière lui l’une des plus belles histoires sportives de ce siècle : les Paralympiques !

Selon les récits historiques, les premiers Jeux antiques furent célébrés en 776 av. J.-C. Ils étaient dédiés aux Dieux Grecs et se déroulaient dans les plaines d’Olympie en Grèce. Les Jeux antiques ont été célébrés jusqu’en 393 après J.-C., année du décret de l’empereur Théodose Ier qui les a aboli en les accusant de propager le paganisme.

En 1896, grâce aux efforts du Français Pierre de Coubertin, le Grec Dimitrios Vikelas et d’autres bienfaiteurs, les Jeux Olympiques ont été rétablis à Athènes dans leur pays de naissance.

doc4_1 (2)    doc4_1 (3)

L’affiche des Jeux Olympiques d’Athènes en 1896 et une médaille

Les Jeux paralympiques d’été

Après Rome, les 2ièmes Jeux paralympiques d’été se sont déroulés en 1964 à Tokyo au Japon. Il y avait 390 athlètes provenant de 22 pays. C’est là que le drapeau et l’hymne paralympique ont été créés.

Durant les années suivantes, le nombre d’athlètes n’a cessé d’augmenter… voici quelques chiffres :

En 1968 à Tel-Aviv (en Israël), il y a eu 750 athlètes en provenance de 29pays. Les Jeux olympiques des valides, eux, ont eu lieu à Mexico.

En 1972 à Heidelberg (en Allemagne), 1’000 athlètes pour 44 pays. Les Jeux des valides ont eu lieu à Munich.

En 1976 à Toronto (au Canada), 1’600 athlètes pour 42 pays. D’autres catégories de handicap sont ajoutées ; les non voyants et les amputés.Les Jeux des valides ont eu lieu à Montréal. Durant cette même année, il y a eu les premiers Jeux Paralympiques d’hiver en Suède.

En 1980 à Arnhem (en Hollande), 2’000 athlètes pour 42 pays. Pour la 1ère fois, des athlètes atteints de paralysie cérébrale y participent. Les Jeux des valides ont eu lieu à Moscou.

En 1984 à New York (aux Etats-Unis) et Stoke Mandeville (en Grande-Bretagne), 1’700 athlètes pour 41 pays aux États-Unis et 2’500 athlètes pour 45 pays en Grande-Bretagne. Les épreuves se sont déroulées sur deux sites en même temps. Les Jeux des valides ont eu lieu à Los Angeles.

En 1988 à Séoul (en Corée du Sud), 3’053 athlètes pour 62 pays. Pour la 1ère fois, les Jeux paralympiques se déroulent tout de suite après les Jeux olympiques et sur les mêmes sites.

En 1992 à Barcelone (en Espagne), 3’020 athlètes pour 83 pays. Les Jeux paralympiques sont enfin retransmis à la télévision ! Pour la 1ère fois, il y a la présence d’athlètes atteints de déficience intellectuelle.

En 1996 à Atlanta (aux Etats-Unis), 3’310 athlètes pour 103 pays.

En 2000 à Sydney (en Australie), 4 000 athlètes pour 123 pays.

En 2004 à Athènes (en Grèce), 3’969 athlètes (2’763 hommes et 1’206 femmes) pour 136 pays. Il y a 19 sports représentés. Avec plus de 300 heures de diffusion en direct, les Jeux d’Athènes ont eu la plus grande couverture télévisée dans l’histoire des Paralympiques. Il y a eu 50 chaînes internationales et 3’000 journalistes présents sur place.

Les disciplines des Jeux paralympiques d’été

depuis Rome en 1960 sont :

L’athlétisme

Les compétitions comprennent des épreuves de course (100m, 200m, 400m, 800m, 1’500m, 3’000m, 5’000m, 10’000m, relais 4x100m et 4x400m), de saut (saut en longueur, triple saut, saut en hauteur), de lancer (poids, disque, javelot, et marteau) ainsi que le marathon et le pentathlon.

Les athlètes participent aux compétitions en fauteuil roulant ou à l’aide de prothèses (membres artificiels). Les non-voyants sont aidés par un guide.

doc4_1 (4) doc4_1 (5) doc4_1 (6)

doc4_1 (7)   doc4_1 (8)

Cette discipline attire le plus grand nombre de compétiteurs et inclut le plus grand nombre d’épreuves.

Le basket-ball en fauteuil roulant

Il y a très peu de différences entre le basket-ball paralympique et le basket-ball olympique en ce qui concerne la forme et les dimensions du terrain, l’équipement de base et le règlement. La différence principale réside dans l’usage du fauteuil roulant que l’athlète doit savoir conduire avec adresse et dextérité pour une meilleure efficacité.

Les athlètes qui concourent sont des femmes et des hommes qui souffrent de lésions de la moelle épinière, d’amputations, d’encéphalite ainsi que d’autres handicaps moteurs.

doc4_1 (9)  doc4_1 (10)  doc4_1 (11)

L’escrime en fauteuil roulant

Les hommes concourent à l’épée, au fleuret et au sabre tandis que les femmes à l’épée et au fleuret. Dans les épreuves individuelles ou par équipes, aucun escrimeur n’a le droit de s’inscrire à plus de deux armes différentes.

Seuls les athlètes qui présentent des déficiences motrices participent aux compétitions. Leur fauteuil roulant est calé au sol, mais cela ne dérange en rien leur liberté et leur souplesse de mouvements.

doc4_1 (12)   doc4_1 (13)

La natation

Les compétitions comprennent : le style libre (50m, 100m, 200m, 400m), le dos (50m et 100m), la brasse (50m et 100m), le papillon (50m et 100m), quatre nages individuel et le relais. Cette discipline est réservée aux athlètes, hommes et femmes, handicapés moteur, aux amputés et aux non voyants et mal voyants.

doc05   doc05 (1)

Le tir à l’arc

Aux Jeux Paralympiques, le tir à l’arc est pratiqué par des hommes et des femmes souffrant d’un handicap moteur ou bien de lésions de la moelle épinière, de paralysie cérébrale, d’amputations ou autres. Les archers tentent de toucher de leur flèche une cible de 122 cm de diamètre, à une distance de 70 m. Les compétitions comportent des épreuves individuelles et par équipes.

doc05 (2)   doc05 (3)

doc05 (4)   doc05 (5)

Les archers, hommes et femmes, peuvent tirer debout ou assis dans un fauteuil roulant. L’équipe est composée de 3 archers.

Le tennis de table

Les compétitions comportent des épreuves debout et des épreuves assis en fauteuil roulant, individuelles ou en équipes. Les deux principales caractéristiques des joueurs de tennis de table sont rapidité et bons réflexes. Chaque match comporte cinq sets. Le pongiste ou l’équipe qui marque en premier 11 points remporte le set.

Le tennis de table paralympique n’est pas très différent du tennis de table olympique. Seuls quelques modifications pour les athlètes en fauteuil roulant ont eu lieu. Ceux qui concourent présentent une déficience mentale, des contusions de la moelle épinière, une amputation ou d’autres déficiences motrices.

doc05 (6)

En 1964, aux paralympiques de Tokyo (au Japon)

a été rajouté :

L’haltérophilie

Les athlètes concourent allongés sur le dos sur un banc spécialement adapté. Leur tête, tronc (incluant les fesses), jambes et deux talons doivent être étendus et en contact constant avec le banc tout au long du développé. Les assistants officiels de l’athlète placent la barre à hauteur des bras tendus du compétiteur. En deux minutes, l’athlète doit effectuer son essai qui se décompose comme suit : descendre la barre au niveau de la poitrine, la maintenir immobile pendant un court laps de temps, puis la pousser vers le haut jusqu’à extension complète des bras et jusqu’au signal de l’arbitre.

doc05 (7)   doc05 (8)

doc05 (9)   doc05 (10)

L’haltérophilie est considérée comme le sport de la force pure. Toutefois, l’histoire a montré que l’athlète, s’il doit être fort, doit également suivre une bonne tactique et les conseils d’un entraîneur avisé.

En 2000 aux jeux de Sydney (en Australie), les femmes y ont participé pour la première fois.

En 1976, aux paralympiques de Toronto (au Canada)

ont été rajouté :

Le goalball

Ce sport est pratiqué par des athlètes malvoyants ou non-voyants et le ballon (appelé goal-ball) est sonore.

Une équipe est composée de trois joueurs et d’un maximum de trois remplaçants. L’objectif du jeu est de marquer des buts en faisant rouler un ballon avec les mains tandis que les joueurs de l’autre équipe doivent le bloquer avec n’importe quelle partie de leur corps. Le vainqueur est l’équipe qui a marqué le plus de but. Un match se déroule en deux mi-temps de 10 minutes chacune. Les femmes y ont joué pour la première fois en 1984 aux Jeux de New York (aux Etats-Unis).

doc05 (11)   doc05 (12)

Le volley ball

Le volley-ball comporte deux catégories : debout et assis. Seules les équipes masculines sont inscrites aux Jeux paralympiques.

Le volley-ball assis a fait son apparition en 1956 et constitue l’un des sports les plus importants pour les athlètes handicapés. Les différences entre le volley-ball olympique et paralympique sont infimes. Pour le volley-ball assis, les dimensions du terrain sont plus petites et le filet moins haut puisque les athlètes jouent assis.

Les athlètes handicapés moteur (amputés ou présentant un autre handicap moteur) ont le droit de participer.

doc05 (16)   doc05 (14)

En 1980, aux paralympiques de Arnhem (aux Pays-Bas) 

a été rajouté :

Le tir

Les compétitions de tir comportent des épreuves de tir à la carabine, au pistolet, à air et de calibre 22. Les athlètes tirent debout ou assis, à genoux et couché. Les compétitions comprennent des épreuves masculines, féminines et mixtes.

doc05 (15)   doc05 (16)[1]

Le règlement pour le tir des Jeux Paralympiques est analogue au règlement de tir des Jeux Olympiques. Par contre, des modifications quant aux distances, aux types de cibles, aux armes, aux positions de tir, au nombre de coups et au temps accordé au tireur pour effectuer leurs tirs ont dû se faire pour faciliter leur adhésion.

En 1984, aux Jeux de New York (aux Etats-Unis)

et Stoke Mandeville (en Grande-Bretagne) a été rajouté :

Le football 7×7

Ce sont les handicapés moteurs qui participent à ce sport. Apparu pour la première fois à Edimbourg en 1978, il s’est développé dans de nombreux pays attirant de plus en plus de fans. Le match dure 60 minutes avec 2 mi-temps de 30 minutes séparées par une pause de 15 minutes. Chaque équipe est composé de 12 joueurs : 1 gardien, 6 joueurs et 5 remplaçants. L’équipe gagnante est celle qui réussit à marquer le plus de buts pendant le match.

doc6   doc6 (1)

En 1988, aux paralympiques de Séoul (en Corée)

ont été rajouté :

Le judo

C’est un sport ouvert aux athlètes non voyants ou malvoyants seulement. Les éléments clés du judo sont l’équilibre, le toucher, la sensibilité et l’instinct, des qualités qui sont très développées chez les personnes non voyantes.

Les deux judokas, l’un en tenue blanche et l’autre en bleu, s’affrontent pendant cinq minutes. L’arbitre signale le début du combat quand les deux athlètes sont entrés en contact. Les femmes y participent aussi.

Le cyclisme sur route

Les épreuves se déroulent en équipe ou en individuel. Les coureurs utilisent des vélos standard ou modifiés selon leur degré d’aptitude fonctionnelle. Un athlète déficient visuel court sur un tandem avec un guide voyant. Les compétitions comprennent les 100 et 120km tandem, les 50 et 60km tandem, le tandem mixte 60 et 70km, le mixte 65 et 75km, le 55 et 65km, le 45 et 55km, le mixte 5km et 20km, le mixte 1’500km tricycle et le mixte 5km tricycle.

Les courses sur route se déroulent sur la voie publique. Malgré la similitude des règlements entre cyclisme olympique et paralympique, des modifications sont autorisées sur les vélos destinés aux athlètes atteints de certaines déficiences.

doc6 (2) doc6 (3) doc6 (4)

En 1992, aux paralympiques de Barcelone (en Espagne)

ont été rajouté :

Le tennis en fauteuil roulant

Ce sport est pour tous ceux qui ont un handicap moteur et qui ne peuvent se servir d’un ou des deux membres inférieurs. Un match se joue à deux ou à quatre joueurs. Le seul règlement qui différencie le tennis en fauteuil roulant du tennis traditionnel est que la balle peut rebondir deux fois sur le terrain avant d’être retournée.

doc6 (5)   doc6 (6)

La boccia

C’est un sport exclusif aux Jeux paralympiques. Le but de ce jeu de précision est de lancer des boules en cuir de couleur rouge pour une équipe, bleue pour l’autre (6 par concurrent), le plus près possible d’une boule cible blanche (appelée « jack ») sur un terrain long et étroit.

Le boccia se joue à l’intérieur et plusieurs matchs peuvent être disputés en même temps. La balle peut être lancée à la main, par le pied ou à l’aide d’un appareil d’appoint lorsque les joueurs souffrent d’un handicap moteur lourd affectant les quatre membres extrémités. A l’issue de chaque manche, l’arbitre mesure la distance séparant les balles les plus proches du «jack» et accorde des points aux équipes en conséquence. Est déclarée vainqueur l’équipe qui a accumulé le plus de points.

doc6 (7)   doc6 (8)

doc6 (9)   doc6 (10)

En 1996, aux paralympiques d’Atlanta (aux Etats-Unis)

ont été rajouté :

Le cyclisme sur piste

Les courses sur piste se déroulent dans un vélodrome. Les épreuves sont : la poursuite individuelle, le 200m sprint et le 1km individuel contre la montre. Des modifications sont autorisées sur les vélos destinés aux athlètes atteints de certaines déficiences.

doc6 (11)   doc6 (12)

Le sport équestre

L’équitation est le seul sport paralympique dans lequel tous les handicapés participent dans les mêmes conditions et où le cavalier (ou la cavalière) et le cheval sont tous les deux déclarés vainqueurs d’une médaille paralympique.

doc6 (13)  doc6 (14)  doc6 (15)

L’équitation comporte uniquement des épreuves de dressage. Elle comprend un programme imposé avec des figures imposées (pas, trot ou galop) et un programme libre, plus artistique et réalisé en musique. Le cavalier doit porter un costume ainsi qu’un casque de protection. Depuis 2002, en compétitions internationales, le cavalier concourt avec son propre cheval.

Les cavaliers et cavalières avec un handicap visuel, moteur, amputation ou en fauteuil roulant participent aux épreuves hippiques.

En 2000, aux paralympiques de Sydney (en Australie)

ont été rajouté :

Le rugby en fauteuil roulant

C’est un sport exclusif aux Jeux paralympiques. Le rugby en fauteuil roulant a vu le jour au Canada en 1977. Bien que ce soit un sport relativement nouveau pour les handicapés, il se développe rapidement à travers le monde. Le rugby en fauteuil roulant allie rythme, respect des règles et dextérité, des qualités nécessaires en basket-ball et en rugby. Les matchs se déroulent sur un terrain de basket, mais les joueurs utilisent un ballon semblable au ballon de volley. Seuls les joueurs et joueuses en fauteuil roulant manuel ont le droit de participer à des matchs de rugby.

Les fauteuils requièrent des réparations continuelles pendant la durée du match en raison des heurts violents qu’ils subissent. Un match est constitué de quatre périodes de 8 minutes chacune, séparées par une pause. Chaque équipe comprend 4 joueurs sur le terrain et 8 remplaçants. Le but du jeu est de porter la balle derrière la ligne du but opposé en touchant ou dépassant cette ligne avec deux roues. L’équipe qui a atteint le plus haut score à la fin du match a gagné. Les équipes sont mixtes.

doc6 (16)   doc6 (17)

doc6 (18)   doc6 (19)

La voile

Les athlètes qui concourent sont des non voyants ou malvoyants de même que des personnes handicapées moteurs.

En 2004, aux paralympiques d’Athènes (en Grèce)

a été rajouté :

Le football 5×5

C’est un sport populaire et spectaculaire surtout lorsqu’il est pratiqué par des athlètes souffrant d’une déficience visuelle ou de cécité.

Chaque match met en jeu deux équipes composées chacune de 4 joueurs non-voyants et d’un gardien de but malvoyant. Il y a cinq remplaçants. Le match dure 50 minutes. Les deux mi-temps de 25 minutes chacune sont entrecoupées d’une pause de 10 minutes. L’équipe gagnante est celle qui a réussi à marquer le plus de buts pendant le match.

Le football 5×5 a vécu un développement fulgurant au niveau international. Le premier Championnat National s’est déroulé en Espagne en 1986. Depuis, le sport se développe dans de nombreux pays. Les Jeux Paralympiques d’Athènes constituent une étape importante dans l’évolution du football 5×5 puisque cette discipline est inscrite pour la première fois au programme officiel des Jeux.

doc7   doc7 (1)

En ce qui concerne les Jeux paralympiques d’hiver,

Voici encore quelques renseignements intéressants :

C’est à Örnsköldsvik en Suède qu’ont eu lieu en 1976 les premiers Jeux paralympiques d’hiver. Ces Jeux incluaient des compétitions de ski alpin et de ski de fond pour les athlètes amputés et malvoyants ainsi qu’une course de démonstration de luge sur glace (c’est l’équivalent du patinage de vitesse chez les valides. Cette discipline, qui se déroule sur une piste ovale, utilise des traîneaux propulsés à l’aide de pics posés au bout d’un bâton). Ily avait 250 concurrents provenant de 14 pays.

doc7 (2)

Ces premiers Jeux ont eu un tel succès que 4 ans plus tard, en 1980, ont eu lieu les deuxièmes Jeux paralympiques d’hiver à Geilo en Norvège. 332 athlètes en provenance de 21 pays.

En 1984, ce fut Innsbruck en Autriche. 400 athlètes pour 22 pays.

A cause de problèmes financiers et de recrutement, les Jeux paralympiques d’hiver de 1988 n’ont pas pu avoir eu lieu à Calgary au Canada, mais encore une fois à Innsbruck en Autriche. En tout, 397 athlètes de 22 pays y ont participé. Le ski assis a été inclus pour la première fois au programme des compétitions de ski alpin et de ski de fond.

Les Jeux de 1992 ont été présentés à Tignes Albertville en France. Pour la première fois, des athlètes ayant une déficience intellectuelle ont pris part à des épreuves de démonstration de ski alpin et de ski de fond. 603 athlètes pour 24 pays.

Ce fut la première fois que les Jeux paralympiques d’hiver sont présentés dans les mêmes installations que les Jeux olympiques d’hiver.

Les Jeux de Lillehammer en 1994 ont marqué le début du hockey luge sur glace (la version paralympique du hockey sur glace) qui attire depuis beaucoup de monde et le biathlon. 600 athlètes pour 31 pays.

En 1998, les Jeux paralympiques d’hiver ont eu lieu pour la première fois sur un continent autre que l’Europe. Présentés à Nagano auJapon, ils ont contribué à faire connaître les sports paralympiques partout dans le monde. 1’000 athlètes pour 30 pays. Première intégration des athlètes avec une déficience intellectuelle.

En 2002 à Salt Lake City aux Etats-Unis, un seul et même comité d’organisation est chargé de l’accueil des Jeux Olympiques et des Jeux Paralympiques. Les athlètes olympiques et les athlètes paralympiques sont logés dans le même village et bénéficient des mêmes services de restauration, des mêmes soins médicaux et des mêmes installations. Les systèmes mis en place pour la billetterie, la technologie et les transports pour les Jeux Olympiques sont étendus aux Jeux Paralympiques. 416 athlètes pour 36 pays.

En 2006 à Turin en Italie, ce sont les 9ièmes Jeux paralympiques d’hiver. Il y a 600 athlètes pour 40 pays, 3’500 bénévoles et 1’000 journalistes sur place.L’événement a été un vrai festival de la neige et de la glisse.

Dernières précisions

Le mot « paralympique » est une combinaison de l’élément grec « para » et du mot « olympique ». « Para » signifie à côté ou parallèle. « Paralympique » veut donc dire à côté ou parallèle aux Olympiques et n’a rien à voir avec le terme paralytique ou paraplégique.

Cette manifestation sportive de haut niveau, conçue pour les athlètes souffrant de handicaps physiques, met en valeur les performances sportives des participants et non leur handicap.

Depuis sa création, le mouvement s’est considérablement développé. Son objectif est de donner l’occasion aux athlètes handicapés de réaliser des belles performances et d’atteindre les mêmes sommets sportifs que leurs confrères des Jeux olympiques.

Pour atteindre les standards de qualification, être sélectionnés par leur équipe nationale et participer aux Jeux paralympiques, les athlètes s’astreignent à un régime d’entraînement strict. Cela impose notre respect, notre considération et notre reconnaissance.

Les paralympiques reprennent la plupart des symboles olympiques : il y a les cérémonies d’ouverture et de clôture, la flamme olympique, les mascottes, l’hymne et les médailles.

Le logo paralympique est composé de 3 motifs d’origine coréenne, des « Tae-Geuks » qui ressemblent à des virgules penchées sur un fond blanc. L’un des symboles est vert, le second rouge et le dernier bleu (ces couleurs sont les plus courantes sur les drapeaux). Ils représentent « l’esprit, le corps et l’âme » qui sont les 3 composantes de l’être humain. C’est la devise paralympique.

doc7 (3)   doc7 (4)

Les Jeux Paralympiques d’été de 2008 se tiendront à Beijing en Chine du 6 au 17 septembre (les Olympiques sont du 8 au 24 août) et les Paralympiques d’hiver du 12 au 21 mars 2010 à Vancouver et à Whistler en Colombie-Britannique au Canada (les Olympiques sont du 12 au 28 février).

doc7 (5)

Juin 2005       Marie-Claude Baillif

Share

Une réponse à Les Jeux paralympiques

  • BOUCHE Martine dit :

    Bonjour,

    Je réalise actuellement une malle pédagogique à l’attention des associations sportives et des accueils de loisir qui désirent intégrer des enfants handicapés.
    Votre page sur les sports olympiques et tout particulièrement certaines photos sont très intéressantes.
    Puis-je les utiliser pour illustrer mes documents ?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    Martine Bouche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *