Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 0
  • Last 30 days: 0
  • Online now: 0

A bas la violence !

 Qu’elle soit physique, psychologique, verbale ou sexuelle !

Dans notre société  actuelle, la violence est omniprésente. Il suffit d’ouvrir un journal pour s’en rendre compte. Dans la rue, au travail, au sein de la famille, nous pouvons tous subir l’agressivité des autres… Quand elle ne vient pas de nous, eh oui, car ne l’oublions pas, nous aussi, nous pouvons devenir violent !

Stress au travail, conflits dans le couple, altercations avec des inconnus… Nous sommes tous confrontés à cette violence perfide. Ça fait mal et ça fait peur ! Mais d’où vient donc cette agressivité physique ou verbale ? Comment réagir au quotidien ? Quelles sont les clefs pour désamorcer les tensions dans notre société ? Que de questions…

Cinéma, télévision, bandes dessinées, livres, game boys… les médias de toutes sortes sont remplis de violence. Tous les efforts de signalétiques comme les logos rouges n’y changent rien… petits et grands, nous sommes tous submergés par des images de crimes, de guerre, de coups, de morts ! Les brutalités, les heurts en direct… le sang à peine tiède qui coule encore devant nos yeux au Journal de 20 heures… cette surenchère d’explosions et de bagarres, quels sont ses effets réels ? En sommes-nous tous atteint ? Pouvons-nous encore agir et surtout réagir ?

Mais, en somme, la violence, ça sert à quoi ? Tout simple, la violence est un moyen facile d’obtenir quelque chose qui nous échapperait autrement ou qui nécessiterait une plus grande dépense d’énergie. C’est un moyen d’arriver à ses fins en s’appuyant non pas sur ses propres forces, mais sur la faiblesse ou la vulnérabilité des autres. C’est bien plus facile de renverser une vieille dame pour lui voler son sac à main que de travailler pour gagner l’argent que nous lui arrachons !!!

J’ai 48 ans et je suis stupéfaite de voir comment le monde a changé, comme il est devenu agressif, violent et surtout… lâche !!! Il n’y a plus de code d’honneur comme dans le passé, une parole n’est plus une parole !!! Eh oui, je suis au regret de constater qu’aujourd’hui, il n’y a plus de respect, plus de politesse, plus de courtoisie, c’est le chacun pour soi, l’égoïsme à l’état pur !!!

Lorsque j’étais gamine, je me rappelle encore très bien que lorsqu’une personne âgée rentrait dans un bus ou dans un train, les jeunes se levaient pour lui céder sa place. C’était pareil pour les femmes enceintes. Aujourd’hui, ce n’est plus du tout le cas, les jeunes répliquent : « Eh, oh, j’ai payé ma place comme tout le monde, alors, je ne vois pas pourquoi je me lèverais ! »

Pendant mon adolescence, ma maman n’a jamais eu peur de me laisser sortir le soir pour prendre le train, aller au bal ou au cinéma. Maintenant, les jeunes et surtout les filles n’ont pas la vie facile. Entre la drogue du violeur (à mon époque, on pouvait laisser nos verre sur la table, aller danser et revenir sans aucun problème), les agressions pour un oui ou pour un non (un homme en France a été tué à coups de couteau uniquement parce que, selon les dires de son assassin, il ne souriait pas et sa tête ne lui revenait pas), les tournantes (que l’on devrait plutôt appeler viols collectifs, car en fait, c’est un viol en groupe) et les jeux débiles avec les portables(c’est à celui qui tapera le plus fort un inconnu en direct dans la rue alors qu’un copain filme la scène avec un portable. Ensuite, ils passent et repassent la vidéo sur internet en rigolant)…

Je ne comprends pas, non, vraiment je ne comprends pas comment des jeunes, des êtres humains soi-disant éduqués peuvent en arriver là !!! Qu’ont-ils donc dans la tête pour dispenser autant de brutalité, de barbarie et de cruauté ? Même les animaux ne se comportent pas de la sorte !!!

Concernant les violences à l’école, je suis horrifiée lorsque j’entends tout ce qui s’y passe. Les brutalités entre élèves, les agressions contre les professeurs (à mon époque, il y a une trentaine d’années, les punitions que l’on nous donnait étaient respectées, jamais on n’aurait osé insulté ou cogné un maître ou un directeur, nos parents non plus d’ailleurs n’auraient jamais pu le faire, on avait encore de la dignité et ce qu’on appelle vulgairement la peur du gendarme), les saccages et dégradations des locaux scolaires, le racket… comment est-ce possible que personne n’arrive à enrayer ce phénomène récurant !?! En tout cas, je suis bien contente de ne plus être à l’école, vous m’imaginez, moi, en tant que handicapée ne pouvant pas se défendre, je serais rackettée tous les jours !!! Rien que d’y penser, ça me donne froid dans le dos…

Eh oui, par rapport à nous, les handicapés, autrefois, il y avait un respect qui faisait qu’on ne s’attaquait jamais à plus faible que soi, c’était une question d’honneur, d’éthique et d’estime de soi ! Maintenant, c’est justement à nous, personnes handicapées (ainsi qu’aux personnes âgées) que les gens s’attaquent en premier. Quelle lâcheté ! Comment ces gens-là peuvent-ils être fiers d’eux et faire les malins devant leurs copains en s’attaquant à ceux qui n’ont pas la force de se défendre !?! Et les parents ??? Ils sont où les parents ??? Ont-ils démissionné ou n’ont-ils plus de pouvoir sur leur progéniture ???

Je pense que les parents ont quand même une part de responsabilité dans toute cette violence qui sévit depuis quelques années déjà. Une bonne claque n’a jamais fait de mal à personne. Au contraire, ça remet les idées en place et ça permet de mettre des limites à l’enfant capricieux. De toute façon, tout au long de sa vie, il aura des barrières que ce soit dans le travail, l’administratif, les lois et les relations avec autrui, alors autant l’habituer tout de suite, non !?!

Lorsque je vois des émissions comme « Super Nanny » sur M6, je comprends que cette société dérive. Comment des parents peuvent-ils sciemment ne pas éduquer leurs enfants, c’est-à-dire leur laisser faire tout et n’importe quoi, crier, salir, casser, etc. et trouver que c’est la bonne solution !?! Tôt ou tard, l’enfant va se retourner contre ses parents et ils auront le retour de manivelle !

J’habite dans un quartier populaire. C’est super, mais croyez-moi, c’est une bataille de tous les jours pour avoir un peu de calme et de propreté, pour que les vélos ne soient pas toujours au milieu du passage, pour que les enfants (et les adultes d’ailleurs…) ne jettent pas leurs papiers, leurs chewing-gum ou leurs cannettes de bière ou de coca n’importe où dans les corridors ou dans la cour, mais directement dans les containers prévus à cet effet, pour qu’ils ne jouent pas avec mon ascenseur spécial et pour qu’ils ne rayent pas les carrosseries des voitures avec leur ballon ou leur sac à dos. Lorsqu’on fait des barbecues avec nos voisins et que l’on donne à manger aux enfants des immeubles voisins, le merci et le s’il vous plaît ont de la peine à sortir naturellement de leur bouche, il faut encore beaucoup les aider. Tout ceci, c’est très dommage et n’oublions pas que ce sont toujours les détails qui, à la longue, usent les nerfs et engendrent insultes, agressivités et violences en tout genre !

En France, en Suisse et aux Etats-Unis, on se dit faire partie des pays les plus civilisés du monde. Mais, civilisés en quoi ? En violence, en crime et en lâcheté !?!

Ceux qui payent le plus cher tribu dans toute cette sauvagerie humaine, ce sont comme d’habitude les femmes et les enfants.

Quelques chiffres

Les violences conjugales

Selon une étude commandée par l’OMS et la Banque Mondiale, les violences conjugales sont la cause principale de la mort ou de l’atteinte à la santé des femmes entre 16 et 44 ans. Elles sont plus importantes que le cancer, la malaria ou encore les accidents de la route. Jusqu’à 70% des femmes assassinées le sont par leurs conjoints masculins.

Selon ENVEFF (l’enquête nationale sur les violences envers les femmes en France métropolitaine en 2000), 1 femme sur 10 se trouve dans une situation de violence conjugale. 7% environ avec des atteintes verbales et psychologiques fréquentes et répétées et 3%, soit environ 500 000 femmes avec des agressions physiques et des contraintes sexuelles.

En France, 3 femmes meurent tous les 15 jours des suites de violences au sein de son couple !

En Suisse, lors d’une enquête représentative menée en 1997, 1 femme sur 5 (entre 20 et 60 ans) a indiqué avoir subi de la violence physique ou sexuelle par son partenaire ou son conjoint !

Le viol

Selon un rapport de l’OMS en 1997, 1 femme sur 5 révèle avoir été victime de viol, tentative de viol ou agression sexuelle au cours de sa vie. Il y a donc dans votre entourage des femmes qui ont été ou seront victimes de viol ! Pour ma part, j’en connais plusieurs, hélas…

Selon Amnesty International et l’UNIFEM de 2001, au moins 1 femme sur 3 a été violée, battue, forcée à l’acte sexuel ou abusée au cours de sa vie ! Généralement, l’auteur des violences est un membre de sa propre famille ou une personne connue d’elle.

La torture a été condamnée comme crime contre l’humanité, mais environ 48 000 viols sont commis en France chaque année dans l’indifférence générale (40% environ sont sur des mineurs) ! Seul 1 viol sur 10 aboutit à une condamnation! Les statistiques judiciaires font apparaître que la loi est plus sévère pour un braqueur de banques et qu’un voleur de voitures a plus de chances d’être arrêté et jugé qu’un violeur !!!

Aux Etats-Unis, chaque année 700 000 femmes sont violées ou victimes d’autres formes d’agressions sexuelles. 14,8% de ces femmes ont moins de 17 ans.

Les abus sexuels sur les enfants sont également très nombreux. Sur 1’200 filles, âgées de 16 à 17 ans, interrogées lors d’une étude effectuée à Genève, 20% ont répondu avoir subi un abus sexuel. Avant 18 ans, 1 fille sur 3 et 1 garçon sur 5 en serait victime.

C’est le choc, non !?! Comment restez indifférent devant de tels chiffres éloquents, comment ne pas vouloir réagir immédiatement !?! « Oui, on veut bien » me direz-vous « Mais en faisant quoi !?! » Eh bien, en reprenant chacun ses responsabilités d’être humain sensé et civilisé ! Pourquoi vouloir toujours attendre que la société, le gouvernement ou la maîtresse d’école agissent à notre place !?! Nous avons deux bras, deux jambes et un cerveau, faisons-les fonctionner !

Les violeurs et ceux qui créent les violences conjugales sont dans la grande majorité des hommes, ok, mais avant d’être des hommes, ils étaient des enfants. Alors, vous qui êtes mamans et grands-mamans, cessez de les élever en petit macho et en petit roi de la maison, prenez le temps de leur parler et de leur expliquer qu’une fille, ce n’est pas un objet, qu’il faut la respecter et que la formule « Si une fille te dit non, ça veut dire oui » est complètement débile et dangereuse !!!

Vous qui êtes papas et grands-papas, soutenez vos femmes, tenez le même langage et soyez vigilants sur le comportement de vos fils et petits-fils !!! Si votre enfant change, surveillez ses fréquentations, vérifiez qu’il n’y a pas de drogue ou d’alcool, contrôlez son emploi du temps et surtout parlez, parlez, parlez avec lui.

La parole (mais attention, toujours dans le calme et la douceur) et l’écoute sont encore les meilleurs outils pour rester proche de son enfant et pour l’aider en cas de problèmes et de mal-être. Si malheureusement, il devient violent, alors n’hésitez pas, consultez des spécialistes. Ca ne pourra que l’aider (et vous aussi d’ailleurs) avant qu’un grand malheur ou une tuerie éclate comme c’est malheureusement trop souvent le cas. C’est vrai, combien de fois, on entend ou on lit dans les journaux les phrases « Ah, si j’avais su, j’aurais fait le nécessaire…» « J’avais bien vu que ça n’allait pas, mais jamais je n’aurais pensé que…» « Je m’en doutais bien, mais vous voyez, pris par mon travail, je n’ai pas eu le temps… » On devine, on perçoit, mais comme d’habitude, on n’agit pas !

C’est comme avec l’alcool, on gueule, on crie, on s’offusque devant les chauffards responsables d’accidents mortels, alors que durant nos soirées de fêtes, on est les premiers à verser et à reverser des apéros, du vin et des digestifs de toutes sortes sans réfléchir qu’une fois ou l’autre l’un de nos convives pourrait très bien, lui aussi, devenir un chauffard tueur !

Certains vont penser que mon raisonnement est naïf et puéril, oui, peut-être, mais il faut bien commencer par un bout du problème, non !?! Les gens n’arrêtent pas de se renvoyer la balle et de mettre la faute sur les autres en oubliant qu’ils sont eux-mêmes les premiers concernés !

Il faut stopper ce laxisme et cette apathie, prendre ses responsabilités, trouver des solutions et agir ! Les océans, c’est quoi en fait… une réunion de plusieurs milliards de gouttes d’eau. Vous êtes une goutte d’eau, je suis une goutte d’eau… nous sommes toutes et tous des gouttes d’eau ! Nos efforts, nos idées et notre travail mis en commun peuvent être une force, une puissance, un pouvoir comme celui des océans !

Un autre moyen de lutter contre la violence, c’est la prévention. Ne laissez jamais les cris et les insultes entrés dans votre maison, c’est nocif pour tout le monde. On peut tous en avoir marre de quelqu’un ou de quelque chose, c’est vrai, on doit le dire, ça, c’est sûr, mais il n’y a pas besoin de hurler pour cela. On peut très bien se faire comprendre dans la douceur et la finesse, c’est même beaucoup mieux, non !?!

Voici à présent 8 conseils provenant de la police américaine. Je les ai reçu par une amie internaute canadienne et comme je les trouve très judicieux, je vous les présente.

Comme les enlèvements en plein jour sont devenus monnaie courante, lisez ce qui suit et partagez-le avec votre conjoint, votre conjointe, vos enfants et vos connaissances. Il serait bon de savoir comment réagir et quoi faire en cas de…

1. Inspiré du Tae Kwon Do: le coude est la partie la plus solide de notre corps. Si vous êtes assez proche pour vous en servir, allez-y !

2. Inspiré d’un guide touristique à la Nouvelle-Orléans. Si un voleur vous demande votre porte-monnaie ou votre sac à main, NE LE LUI DONNEZ- PAS. Lancez-le loin de vous… Il y a de fortes chances pour qu’il se précipite sur l’objet, au lieu de vous attaquer. PROFITEZ-EN POUR VOUS ÉLOIGNER EN COURANT LE PLUS VITE POSSIBLE !

3. Si vous avez été enfermée dans un coffre d’auto, enfoncez les phares arrière, puis passez votre bras dans l’ouverture et agitez-le frénétiquement. Cela attirera l’attention de tous à l’exception du conducteur. Un conseil qui a déjà sauvé des vies.

4. Les femmes ont tendance à s’asseoir un moment dans leur auto pour faire leurs comptes, écrire une note, etc. après avoir travaillé ou avoir été faire les magasins. NE RESTEZ JAMAIS ASSISE DANS VOTRE AUTO STATIONNÉE ! Un prédateur peut vous observer et saisir l’occasion de se glisser du côté du passager pour vous forcer de le conduire quelque part, un pistolet braqué sur votre tempe. DÈS QUE VOUS ENTREZ DANS VOTRE AUTO, VERRROUILLEZ LES PORTES ET PARTEZ.

5. Si un prédateur se trouve déjà dans l’auto et braque son pistolet sur vous, NE SUIVEZ PAS SES ORDRES ! Je répète : NE SUIVEZ PAS SES ORDRES ! Arrangez-vous plutôt pour endommager votre auto : choisissez un obstacle et appuyez sur l’accélérateur. N’ayez pas peur: votre coussin gonflable vous protègera. C’est la personne sur le siège arrière qui encaissera le coup. Dès que l’auto s’immobilise, sortez et courez. Une solution si vous ne voulez pas qu’on retrouve votre corps dans un endroit perdu.

6. Quelques conseils de prudence dans les stationnements et les garages

A) Soyez vigilante. Regardez toujours autour de vous. Inspectez l’intérieur de votre véhicule : le siège arrière ainsi que l’espace devant le siège passager avant.

B) Si vous êtes stationnée à côté d’une camionnette, entrez dans votre auto de l’autre côté. La plupart des tueurs en série attaquent leurs victimes pendant qu’elles ouvrent la porte de leur auto pour les entraîner dans leur camionnette.

C) Observez les autos stationnées de part et d’autre de votre auto. Si vous voyez un homme assis seul, surtout s’il est du côté de votre auto, peut-être est-il préférable de retourner à votre bureau ou au centre commercial et de demander l’aide d’un garde ou d’un policier pour vous raccompagner.

MIEUX VAUT AGIR AVEC PRUDENCE (Mieux vaut être paranoïaque que mort)

7. PRENEZ TOUJOURS l’ascenseur au lieu des escaliers (les cages d’escaliers sont des lieux de crimes parfaits ! Surtout la NUIT !)

8. Si un prédateur a une arme à feu, mais ne vous tient pas, COUREZ ! Les chances qu’une balle vous atteigne ne sont que 4 sur 100 et même si c’est le cas, les balles n’atteindront PAS d’organes vitaux. COUREZ ! Si possible en zigzaguant !

9. En tant que femme, nous essayons toujours d’être gentille : LAISSEZ LA GENTILLESSE DE CÔTÉ ! Vous risquez d’être violée ou tuée. Ted Bundy, un tueur en série, était un homme beau et bien éduqué. Il comptait TOUJOURS sur la sympathie des femmes afin de les enlever : il marchait avec une cane, il boitait, il demandait de l’aide pour entrer dans son véhicule.

Soyez prudentes !

**********************

Pour cette année 2007, je souhaite une prise de conscience de tout un chacun, un réveil universel pour que les termes violences urbaines, violences conjugales, viols, incestes, kidnapping, tueurs en série et racket soient bannis de nos médias et de notre vocabulaire et qu’en lieu et place, les mots sécurité, quiétude, confiance, respect, considération, solidaire, paix et amour prennent le relais…

Utopie ? Illusion ? Peut-être… mais le rêve et l’espoir ne sont-ils pas les moteurs de la vie !?!

violence

Janvier 2007                                       Marie-Claude Baillif

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *