Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 0
  • Last 7 days: 1 753
  • Last 30 days: 38 396
  • Online now: 0

Euthanasier son chien… un acte difficile et boulersant !!!

Perdre son compagnon à 4 pattes d’un accident ou d’une maladie est déjà terrible, mais être obligé d’euthanasier son chien pour le soulager et le libérer de ses souffrances est un acte bouleversant, déchirant et difficile à vivre !!! C’est ce qu’il m’est arrivé le mardi 6 août dernier. C’est une chose que je ne souhaite à personne, c’est vraiment traumatisant !!!

Hommage à Sultane,

Une chienne labrador extraordinaire !!!

1

En mars 2002 lorsque j’ai rencontré Chantal suite à une annonce (je cherchais quelqu’un pour conduire ma voiture et nous emmener mon aide de vie, une voisine et moi-même 10 jours en Toscane en Italie), elle avait une chienne (Natale), une jolie bâtarde de taille moyenne à poils longs depuis 16 ans.

Lorsque 7 mois plus tard, en octobre 2002, Chantal est venue habiter chez moi et qu’en avril 2003, elle a dû euthanasier sa chienne suite au blocage de son arrière train, elle était tellement malheureuse, tellement triste qu’un jour je lui ai proposé de prendre un nouveau chien, une nouvelle petite bête à 4 pattes à aimer. Ce serait notre chienne commune, une nouvelle histoire de vie qui commencerait. J’étais ravie, Chantal aussi ! J’avais déjà l’habitude d’avoir des chiens à la maison, car avec ma maman, on en avait eu 2, un caniche noir qui s’appelait Blacky et une femelle Yorkshire qui s’appelait Nouchka. Un nouveau chien ne me faisait donc pas peur, surtout que là en l’occurrence, ce n’était pas moi qui allait m’en occuper physiquement, mais Chantal. Tout était donc parfait et dans les meilleures conditions pour recevoir un chien : j’avais un grand appartement, beaucoup de coins d’herbes autour de chez moi pour le promener et lui faire faire ses besoins, Chantal pour en prendre soin et l’éduquer, mon aide de vie en surplus en cas de… (je lui avais posé la question) et beaucoup d’amour entre nous 3 à lui donner. À l’époque c’était Lydia, une Ivoirienne de 30 ans, qui s’occupait de moi. J’avais 44 ans.

Chantal a commencé à lire les petites annonces Chien à donner  dans les journaux et à dire autour d’elle qu’on cherchait un chien, un petit chiot de 2 à 3 mois. Un chien adulte à l’époque ne nous intéressait pas, on voulait vraiment l’éduquer à notre manière de A à Z.

Un jour Chantal est rentrée à la maison toute heureuse, elle avait vu une affiche à Saint-Cergue Labrador noir de 2 mois et demi à donner. Lorsqu’elle m’a demandé si j’étais d’accord de prendre un labrador, j’ai tout de suite dit oui, car j’aimais beaucoup cette race de chien, leur gabarit, leur caractère et leur connotation de chien d’aide pour handicapés. Chantal était radieuse ! Elle est tout de suite montée à Saint-Cergue pour voir à quoi ressemblait ce petit chiot de 2 mois et demi et dans quelles conditions il vivait, comment il était né. Lorsqu’elle a vu cette petite boule de poils toute noire, joyeuse, gentille et joueuse, elle a craqué, elle a immédiatement dit à la dame qu’on aimerait bien la prendre. La dame était toute contente aussi, elle avait senti que sa petite chienne de 2 mois et demi (eh oui, c’était une femelle) serait bien traitée avec nous, elle a tout de suite eu confiance en nous. C’était super ! Pour l’avoir, on a dû attendre une dizaine de jours, le temps que la dame lui fasse les vaccins obligatoires à cet âge-là.

Le samedi 5 juillet 2003 nous sommes montées, Chantal, Amina (mon aide de vie du week-end) et moi-même à Saint-Cergue pour prendre possession de notre nouveau petit trésor. Lorsqu’elle nous a vues, elle a branlé la queue, elle était toute contente ! Ce qui était frappant, c’était la différence de couleur entre elle et sa maman. En effet, autant sa maman était beige claire, autant elle était toute noire !!! Elle avait 1 frère qui lui aussi était tout noir. Ses autres frères et sœurs, 6, étaient tous morts à la naissance. Quant à son père, il était un parfait inconnu !

Après avoir payé les frais des vaccins et remercié la dame de nous la donner, nous avons mis notre nouveau petit bébé dans la voiture à l’arrière avec Amina. Comme c’était la 1ère fois qu’elle prenait la voiture, on ne savait pas comment elle allait réagir. Prudentes, on ne voulait pas prendre de risques en la mettant devant avec  moi. J’aurais bien assez le temps de le faire plus tard. De Saint-Cergue à Nyon, on a mis 15 minutes en voiture. On est tout de suite rentrée chez moi pour qu’elle connaisse son nouveau foyer et pour qu’elle s’habitue le plus rapidement possible. Durant le trajet, elle a pleuré 2 fois, puis ce fut fini, elle n’a jamais plus repleuré. Elle nous avait totalement adoptées !!! C’était génial !!!

Une fois chez moi, on avait beaucoup hésité sur son prénom. Comme elle était toute noire, on avait pensé à Réglisse, à Baghera, mais finalement comme on la trouvait tellement magnifique, tellement belle, une petite princesse… qu’on l’a appelée Sultane. Ce prénom lui allait comme un gant, on le trouvait parfait pour sa stature et sa prestance !!!

3

4

5

6

7

8

Sultane était une chienne extraordinaire !!! Elle n’avait que des superlatifs : belle, gentille, douce, docile, intelligente, obéissante, fidèle, dévouée, aimante, protectrice, sage, athlétique, robuste, dégourdie, habile, maline et… facile à vivre !!! On pouvait l’emmener partout sans aucun problème. Du moment qu’elle était avec nous, elle était heureuse. Avec elle, on pouvait aller en voiture, en train, en bateau, au restaurant, à l’hôtel, chez nos amis et en vacances sans soucis. Elle s’adaptait à toutes les situations, elle nous faisait une totale confiance, elle ne mettait jamais le bordel nulle part !!!

Une fois, on est même allée au cinéma à Balexert (à Genève) avec elle ! Le gérant, en me voyant dans ma chaise roulante, avait tout de suite accepté de nous laisser rentrer avec elle. On avait été très surprises d’ailleurs ! On l’a fait une fois, c’était pour voir si un chien pour handicapé avait le droit de rester avec son maître dans un cinéma. Sultane avait dormi à nos pieds durant toute la séance. Notre test avait été positif dans tous les sens du terme ! Une autre fois, on l’avait prise avec nous aux feux d’artifice d’Annecy. Là aussi, elle avait dormi à nos pieds durant toute la durée des feux. Elle n’avait pas du tout eu peur et n’avait pas été dérangée par le bruit ! Elle était vraiment formidable !!! Avec elle, on pouvait vraiment tout faire… on pouvait même fêter ses anniversaires !!!

9

Au cinéma avec Sultane

10

Anniversaire de Sultane

Résumer 10 ans de vie avec une chienne qu’on a adorée est difficile ! Il y a tellement, tellement de choses à dire, tellement d’anecdotes à raconter que je pourrais passer des heures et des heures à écrire !!!

Petite, Sultane dormait dans mon lit, Chantal à l’époque aussi. Par sécurité avec mon respirateur et mes tuyaux, on ne la laissait jamais seule avec moi dans le lit. On ne savait jamais, elle aurait pu d’un coup de patte malencontreux ou d’un coup de queue me déconnecter un tuyau. Chantal dormait donc toujours avec moi à ma droite, Sultane elle, se mettait entre nous 2, sur ma poitrine ou sur nos pieds. Des fois lorsqu’elle avait trop chaud, elle montait au-dessus de mon coussin de tête. Elle adorait ça ! Sultane était une chienne heureuse, ça se voyait, car elle était tout le temps en train de branler la queue !!!

12

13

14

15

16

17

Lorsque Sultane a grandi et qu’elle est devenue imposante, elle n’est plus montée dans mon lit. Elle n’avait plus la place et avait compris que c’était mieux pour elle et pour moi de ne plus le faire. Intelligente, elle n’a jamais fait de problèmes avec ça, elle n’a jamais plus réessayé. Ouf ! Elle dormait soit au pied de mon lit sur une couverture, soit sur le canapé du salon, soit sur le balcon ou les catelles de la salle de bain lorsqu’elle avait trop chaud ou soit sur le lit dans la chambre à Chantal. Elle avait libre accès à tout l’appartement, on ne lui a jamais interdit une place. Lorsqu’on allait à l’hôtel, comme le lit double était grand et large, là exceptionnellement on la laissait venir avec nous dans le lit. Elle adorait ça !!! Elle se mettait comme quand elle était petite entre Chantal et moi. C’était son plaisir, sa joie, son bonheur !!! Elle était très câline, couchée sur le dos et les 4 pattes en l’air… elle nous faisait beaucoup rire !!!

18

19

20

21

Dans la voiture, petite, elle venait devant moi sur le siège avant. Elle se mettait entre mes jambes, la tête posée sur un de mes genoux. Elle me léchait souvent les mains. Lorsqu’elle a grandi et qu’elle n’avait plus assez de place pour se mettre entre mes jambes, on la mettait sur le siège derrière, puis par la suite lorsqu’on était plusieurs personnes dans la voiture, dans le coffre. J’ai une Opel Astra break, le coffre est grand et spacieux. Pour sa sécurité et la nôtre, nous avons rajouté un filet traversant qui séparait le coffre du reste de l’habitacle. En cas d’accident ou de violent coup de frein, ce filet l’aurait empêchée d’être projetée brutalement à l’intérieur de la voiture.

Ce qui m’épatait lorsqu’on était en voiture avec elle, c’est qu’elle savait toujours exactement lorsqu’on arrivait à Nyon. Là, dans le coffre, elle se levait et jappait de joie. Comment elle comprenait qu’à tel moment, qu’à tel virage, on sortait de l’autoroute à Nyon, alors que juste avant, elle était couchée en train de dormir, a toujours été pour moi une grande énigme !!! Je trouvais cela extraordinaire !!!

Sultane était rarement en laisse, elle n’en n’avait pas besoin. Obéissante, elle restait toujours à côté de nous. Il faut dire qu’on n’allait jamais en ville avec elle. On favorisait toujours la nature comme les forêts, les champs, les pâturages, les sentiers, les lacs. Sultane d’ailleurs ne savait pas faire ses besoins sur un trottoir, elle n’en n’avait pas l’habitude. Lorsqu’elle s’éloignait pour renifler à gauche ou à droite, elle avait un très bon rappel. Chantal la sifflait et hop, elle revenait !!! C’était super !!!

Sultane m’aimait beaucoup, je le voyais bien lorsqu’elle branlait la queue en me voyant ou en m’entendant parler, mais sa vraie maîtresse, celle qu’elle adorait plus que tout, qu’elle vénérait même et à qui elle obéissait au doigt et à l’œil, c’était Chantal ! C’est fou comme leur relation était fusionnelle, intense ! Sultane la mangeait des yeux, était totalement à son écoute ! Un geste, un regard, un mot… et elles se comprenaient !!! Je trouvais cela formidable !!!

22

23

25

Mon frère, Daniel, adorait Sultane. C’est lui qui lui a appris à nager, qui lui a appris à se familiariser avec l’eau. Bébé, au début elle en avait peur. Par la suite, nager après sa balle de tennis est devenu son sport favori ! Elle adorait ça, elle en redemandait continuellement ! Pour lui faire plaisir, on allait beaucoup au bord du lac ou au bord de la mer pour la faire nager !!! Elle passait des heures et des heures à aller chercher sa balle dans l’eau !!!

26

27

28

29

30

32

33

Petite, mon frère adorait aller la promener. Il disait qu’elle lui permettait de rencontrer des gens, de draguer les filles. Eh oui, ces dernières s’arrêtaient et s’émerveillaient beaucoup devant Sultane, lui posaient plein de questions ! Sultane aimait beaucoup mon frère aussi. Lorsqu’il venait à la maison, elle hurlait de joie et branlait non seulement sa queue, mais tout le reste de son corps ! C’était beau à voir ! Lorsque mon frère est décédé le 1er octobre 2004, Sultane avait 1 an et 6 mois. Elle est née le 21 avril 2003. Je suis sûre que mon frère lui a beaucoup manqué, tout comme à nous d’ailleurs !!!

35

36

Les années ont passé, Sultane a grandi et est devenue une belle chienne imposante. Un grand défaut est alors apparu… la nourriture !!! C’est incroyable comme cette chienne adorait manger, c’était vraiment son pêché mignon !!! Elle n’était jamais rassasiée, il lui en fallait toujours et encore plus. On devait continuellement faire attention à ne rien laisser trainer, à ne pas mettre de nourriture à sa portée, car elle l’aurait volée et mangée sans scrupules. C’était son seul travers, son unique faiblesse ! On nous a dit que c’était typique des chiens labradors, qu’ils étaient connus pour être des vraies poubelles !!!

À 4 mois, un jour que Chantal était sous la douche, Sultane en jouant et en reniflant mes fresubins sous mon bureau (ma nourriture nutritive liquide) a réussi avec ses dents à en ouvrir plusieurs. Lorsque ma boisson épaisse et collante à l’arôme chocolat s’est mise à couler, Sultane, gourmande, l’a léchée et bue jusqu’à n’en plus pouvoir !!! Quand Chantal est sortie de la douche, Sultane était vautrée de tout son long, repue et le ventre énorme, gonflée comme un ballon, à côté de mes fresubins !!! La pauvre en quelques minutes avait ingurgité une haute dose de calories ! Elle ne devait vraiment pas être bien !!! Chantal l’a mise à la diète pour tout le reste de la journée. Par la suite, Sultane n’a jamais plus retouché à mes fresubins. Elle devait  se rappeler comme elle avait été mal ce jour-là !!!

Prendre Sultane en photo était un vrai plaisir, un vrai bonheur ! Elle était notre fierté, notre coup de cœur, notre mascotte !!! On adorait cette chienne et elle nous le rendait bien !!!

37

38

39

40

41

42

43

Lorsqu’on partait en vacances avec elle, qu’on allait visiter un nouvel endroit et que soudain il y avait une montée raide devant nous, eh bien on attachait Sultane à ma chaise avec sa laisse. Chantal se mettait devant avec elle pour l’encourager et la surveiller au cas où, mon aide de vie était derrière moi pour me pousser et à l’ordre go, vas-y Sultane tout le monde démarrait. Sultane qui adorait faire plaisir et qui croyait certainement que c’était un nouveau jeu, branlait la queue à tout va et tirait ma chaise vaillamment de toutes ses forces. C’était génial !!! La vigueur, la puissance et la joie qu’elle avait à faire cet exercice était incroyable, merveilleux !!! Ça faisait plaisir à voir et surtout ça nous aidait énormément. En effet, sans elle, je ne sais pas si on aurait réussi à grimper certaines montées. Elle nous a souvent été d’un grand secours !!! Une fois arrivée en haut de la pente, on la détachait de ma chaise, on la félicitait et on la récompensait avec une petite gâterie. En général, c’était un petit biscuit spécial pour chien qu’on avait toujours avec nous dans un sac. Ah, quelle brave chienne !!!

En juillet 2004 lorsqu’on a pris en pension Kalyne, la chienne de la maman à Chantal (cette dernière connaissant des difficultés à marcher n’arrivait plus à s’en occuper), Sultane n’a jamais été jalouse, hostile, malveillante ou rancunière du fait qu’elle n’était plus seule avec nous, plus exclusive et qu’elle devait dorénavant partager son lieu de vie avec un autre chien. Sultane avait 1 an et 3 mois. Avec Kalyne, elles sont devenues les meilleures amies du monde. Toutes les 2 ne se sont jamais grognées, bien au contraire, elles adoraient jouer et être ensemble. C’était génial !!! On était très contente !!!

44

45

46

47

48

49

51

50

52

En décembre 2004 lorsque j’ai eu envie d’avoir un chat et que Simba, un petit mâle noir de 3 mois est arrivé, ce fut pareil, Sultane l’a tout de suite accepté, l’a même protégé et est devenue sa maman de substitution !!! Elle était vraiment extraordinaire !!! Là, Sultane avait 1 an et 8 mois.

De les voir jour après jour devenir si proches et si complices était merveilleux !!! Quand on dit que les chiens et les chats ne s’entendent pas, je peux dire que ce n’est pas vrai, car chez moi tout le monde s’est toujours bien entendu… les chiens avec les chiens, les chiens avec les chats et les chats avec les chiens !!!

53

54

55

56

57

58

59

60

61

En août 2006 lorsque Chantal est allée visiter l’Oasis des Vétérans, un refuge pour chiens abandonnés, vieux ou maltraités à Vaulruz dans le canton de Fribourg et que sur un coup de cœur, elle a pris Punckie, une petite chienne nue chinoise à crête de 12 ans pour lui offrir une fin de vie digne de ce nom, là aussi Sultane n’a jamais fait de problèmes, n’a jamais eu d’attitudes ou de gestes déplacés, n’a jamais fait la tête, n’est jamais devenue maussade ou triste ! Elle a accepté Punckie facilement avec affection et tendresse. Kalyne aussi a accepté Punckie très aisément. Les 3 formaient un trio d’enfer, on les appelait les 3 Daltons !!!

Punckie a été sauvée in extremis de l’euthanasie suite à un trafic de chiens dans les pays de l’est.

62

63

64

65

66

67

68

69

70

Sultane en brave chienne protectrice, aimante et joueuse a donc accepté Kalyne, Simba et Punckie sans broncher. C’était fantastique !!! Dehors, elle les défendait avec véhémence lorsque soudain certains chiens accouraient vers elles en grognant ou en aboyant. L’instinct de protection était inné chez elle ! Je pense que si un jour elle aurait dû se sacrifier pour nous secourir Chantal, Kalyne, Simba, Punckie ou moi-même, elle l’aurait fait sans aucune hésitation. C’était une chienne sur qui on pouvait compter, avoir une totale confiance. De plus, elle était une excellente gardienne de maison. Personne de mal attentionné n’aurait pu rentrer chez nous. Elle aurait réagi tout de suite. Chantal disait toujours qu’elle était la 8ème merveille du monde et elle avait bien raison !!!

71

Chantal et sa meute

72

73

74

On les surnommait les 3 Daltons

En septembre 2010 suite à différents problèmes, Chantal a déménagé au rez-de-chaussée de l’immeuble. Elle a loué un appartement de 2 pièces et a pris avec elle Sultane, Kalyne et Punckie. Moi, j’ai gardé Simba. C’était mieux ainsi, Chantal avait plus d’espace, était plus libre de faire ce qu’elle voulait quand elle le voulait, elle était chez elle.

En décembre 2010, Kalyne, qui avait 14 ans, a commencé à avoir de graves problèmes de santé dans la tête. Elle tombait souvent et par moment n’arrivait même plus à marcher. Comme la situation n’arrêtait pas de s’aggraver, en janvier 2011 Chantal a dû la faire euthanasier. Ce fut très dur, très triste… C’était une page de vie qui se tournait !!!

En mai 2011 ce fut au tour de Punckie d’aller mal. Elle avait une tumeur dans l’oreille qui pour finir est montée au cerveau. Entre les douleurs, le manque d’appétit, sa perte de poids et ses pertes d’équilibre, en juillet 2011 Chantal a dû la faire euthanasier aussi. Ce fut terrible, une 2ème page de vie qui se tournait !!!

Pour pouvoir l’euthanasier dans les meilleures conditions possibles (Punckie stressait énormément chez le vétérinaire),  celui-ci avait donné à Chantal une pilule calmante à lui administrer 1 heure avant d’aller chez lui. Cela allait l’endormir avant de subir l’issue fatale. Chantal complétement anéantie de devoir perdre son bébé (Punckie avait 16 ans, mais pour elle, elle était comme son bébé), est montée chez moi pour partager ce moment difficile et l’aider à donner cette pilule calmante. Punckie, qui détestait prendre des médicaments, a bien entendu refusé de l’avaler. Elle l’a recrachée 4 fois !!! C’était horrible !!! Bien que l’on sache qu’il fallait le faire, on s’est sentie très mal, coupable, voir même criminelle !!! C’était affreux !!! Après avoir beaucoup pleuré et tenu Punckie fermement entre nos mains pour lui enfiler la pilule le plus au fond de la gorge possible, nous l’avons caressée pour l’apaiser et la rassurer. 30 minutes plus tard, Chantal l’a emmenée chez le vétérinaire. 1 heure après, tout était fini, Punckie était au paradis. Dur, dur !!!

7 jours plus tard, Chantal, qui n’arrivait pas à se remettre de la perte et de l’absence de sa petite Punckie, est allée à l’Oasis des Vétérans pour chercher une autre chienne nue dont Marina, la propriétaire du refuge, lui avait parlé. Cette chienne nue du Pérou cette fois-ci avait 12 ans. Maltraitée, abandonnée lâchement, cette nouvelle petite compagne à 4 pattes s’appelait Sissi. Elle ne demandait qu’une chose… vivre en paix, dans le calme, heureuse et tranquille. Elle avait beaucoup d’amour à donner, Chantal aussi.

75

78

76

77

Avec Sultane, cela s’est tout de suite bien passé. Une fois de plus, comme à son accoutumée, Sultane a dès son arrivée bien accepté Sissi. Sissi l’a aussi immédiatement bien aimée.  D’avoir une chienne d’une telle qualité de cœur était un vrai cadeau, un pur bonheur !!! Sultane n’était faite que d’amour sans aucune once de méchanceté. Elle était un enchantement !!!

Même avec les chiennes de mes amies, elle était adorable. Elle les acceptait dans l’appartement sans aucun problème. Lorsque la maman à Chantal en mal de chien a pris un chihuahua, là aussi elle l’a tout de suite bien accueilli et aimé. Elle était vraiment une bénédiction !!!

En juin 2013 la santé de Sultane, alors âgée de 10 ans et 2 mois, a malheureusement commencé à se dégrader gravement. En plus d’une polyarthrite rhumatoïde dont elle était atteinte depuis 5 ans (c’est une maladie inflammatoire chronique des articulations des membres d’origine auto-immunitaire), elle a eu le foie qui s’est déréglé, les reins qui ne faisaient plus leur travail, la vessie remplie de fissures, les urines pleines de sang, 6 becs de perroquets sur la colonne vertébrale et de l’arthrose !!! Elle ne mangeait quasi plus, ne buvait que très peu ou pas du tout. Pour une chienne qui se serait damnée pour avoir de la nourriture, ce n’était pas bon signe !!!

Il y a des jours où trop mal, elle ne voulait même plus sortir et Sultane ne pas désirer aller dehors, ce n’était pas normal ! La pauvre, elle urinait là où elle était, c’était une vraie catastrophe !!! Chantal, patiente et ne voulant surtout pas la perdre, a tout accepté, a tout essayé pour la soigner et la soulager. Lorsque les médicaments n’ont plus fait d’effet et que Sultane souffrait trop, la vétérinaire craignant qu’elle ne fasse une septicémie a parlé d’euthanasie. Pour elle, Sultane n’avait plus de qualité de vie, elle était en souffrance continuelle, très inconfortable. De devoir encore une fois mettre fin aux jours de son chien était pour Chantal insupportable !!! Là, elle n’en pouvait plus, c’était trop lui demander !!! C’était quand même la 3ème euthanasie en 2 ans et demi. Cela faisait beaucoup !!! De plus, perdre Sultane, sa compagne de route de 10 ans et 4 mois était pour elle totalement impensable, parfaitement inimaginable ! Elle a beaucoup pleuré et moi aussi, car on perdait toutes les deux notre bébé, une page de notre histoire. C’était bien triste !!!

Pour accompagner Sultane dans ses derniers moments de vie, je voulais être là à ses côtés. Pour moi, c’était important, cela signifiait beaucoup. J’avais connu Sultane bébé, j’avais vécu avec elle dans mon appartement durant 7 ans et demi, côtoyée pendant 10 ans et 4 mois et l’avais aimée de tout mon cœur ! Je me devais d’être présente !

Le jour J, le mardi 5 août 2013, j’étais en vacances dans la région de Thoune et d’Interlaken avec mes 2 aides de vie Fabienne et Fatya. Je visitais les chutes de Giessbach au bord du lac de Brienz lorsque Chantal m’a téléphoné en pleurs pour m’annoncer la mauvaise nouvelle. Comme Sultane n’allait pas bien du tout, la vétérinaire avait conseillé de l’euthanasier le jour même à 16h. Effondrée, les yeux en larmes, je n’ai pas hésité une seconde, je lui ai dit qu’on arrivait. Fabienne et Fatya étaient d’accord, elles aussi désiraient être présentes. Il était 11h, on avait amplement le temps de rentrer et de se retrouver à 16h chez la vétérinaire à Morges. Chantal m’a remercié, elle ne se voyait pas mettre fin aux jours de Sultane seule.

Fabienne, Fatya et moi-même sommes donc rentrées immédiatement. Dans la voiture il y avait un silence de plomb. Chacune de nous était dans ses pensées. Avec l’émotion, le choc et l’appréhension de l’euthanasie (pour moi, c’était la 1ère fois), j’ai pleuré pendant quasiment tout le trajet. Lorsqu’on est arrivée dans le quartier de la vétérinaire, on est allée directement dans le magasin de la Coop pour acheter un beau bouquet de rose rouges et oranges. Sultane le méritait !!! Chantal de son côté avait téléphoné à un ami, Johnny, pour qu’il la conduise avec Sultane jusque chez la vétérinaire. Elle ne s’en sentait pas capable, elle avait peur d’avoir un accident. On s’est tous donné rendez-vous sur la terrasse du restaurant à côté du vétérinaire.

À 15h30 Fabienne, Fatya et moi-même, nous étions les premières à nous asseoir sur la terrasse du restaurant. Chantal, Johnny et Sultane sont arrivés quelques minutes plus tard. Chantal l’avait emmenée une dernière fois au bois pour faire ses besoins, un endroit où elle adorait aller, car il y faisait frais. Ce n’était pas des retrouvailles de joie, à part pour Sultane qui en nous voyant nous a fait la fête !!!  De la voir branler ainsi la queue sachant que nous en contrepartie, on allait la tuer, faisait mal au cœur !!! Je me suis ressentie coupable, mal dans ma tête et mon cœur. C’était terrible !!!

Au restaurant, j’ai demandé à la serveuse un bol d’eau pour Sultane pour qu’elle puisse boire une dernière fois. Ce n’était pas la dernière cigarette du condamné à mort, mais presque ! Là, en l’occurrence, c’était ses dernières lampées d’eau !!!  Sultane qui n’avait pas rebu depuis 1 jour a lapé cette eau avec plaisir. C’était étonnant d’ailleurs ! Il faut dire que dehors il faisait très chaud.

À 15h50 on a payé l’addition et nous sommes parties chez la vétérinaire à pied. Sultane, à qui on avait enlevé la laisse, marchait bravement et courageusement malgré ses douleurs au-devant de nous. Elle avait l’air heureuse, elle branlait la queue. Comme c’était triste et beau à la fois de la voir aller à la mort comme ça en branlant la queue !!! Il y a des images qui restent, celle-là demeurera à tout jamais gravée dans ma mémoire !!! Sultane a fait pour la dernière fois ses besoins.

Une fois dans la salle d’attente de la vétérinaire, nous avons attendu à peine 5 minutes avant d’être prises. Dans la salle d’examens, parterre, il y avait une couverture posée spécialement pour la circonstance. Sultane en entrant est allée directement se mettre sous le bureau. Chantal, abattue et dépitée, envahie de doutes, a encore demandé à la vétérinaire si c’était vraiment nécessaire de l’euthanasier aujourd’hui, si on ne pouvait pas repousser l’échéance à un autre jour. La vétérinaire, comprenant tout-à-fait le désarroi de Chantal, a été malheureusement catégorique… non, on ne pouvait plus attendre, il fallait absolument le faire aujourd’hui pour libérer Sultane de ses souffrances !

Nous avons donc toutes caressées Sultane pour lui dire au revoir, pour lui souhaiter un bon voyage dans l’au-delà, puis la vétérinaire, pour ne pas la traumatiser et la stresser, s’est accroupie à son niveau sous le bureau. Elle l’a rassurée en lui caressant la tête et en lui parlant tout gentiment, puis lui a injecté dans un premier temps un anesthésiant pour l’endormir. Le fait de ne pas l’avoir tirée de dessous le bureau pour la piquer m’a beaucoup touchée, m’a beaucoup émue. J’ai trouvé ce geste vraiment extraordinaire, compatissant !!! Sultane a fait 4 pas en avant et s’est couchée sur la couverture. Elle était très calme, sereine, elle s’est endormie.

Chantal pleurait et tremblait de tout son corps. Fabienne l’a prise dans ses bras pour la soutenir et la réconforter. Moi, j’avais la gorge serrée, sèche et les yeux remplis de larmes. 10 minutes plus tard, pour s’assurer que Sultane dormait bien profondément, la vétérinaire lui a mis son stéthoscope sur le cœur et les poumons pour entendre ses battements et sa respiration. Nous confirmant que Sultane dormait bel et bien profondément, elle a alors posé sur sa patte avant un cathéter pour lui injecter le produit mortel qui allait la faire mourir. L’atmosphère était étrange, douloureuse, irréel ! Tout le monde pleurait ! Comme Sultane était une grande chienne imposante de 60 kg, la vétérinaire a dû lui injecter 10 doses de produit mortel. Elle l’a fait calmement, lentement et doucement pour ne pas lui faire mal. Elle lui caressait en même temps affectueusement la tête. Soudain ses pattes arrière ont bougé, elles se sont raidies et Sultane a poussé un gros soupir, son dernier soupir ! Chantal a hurlé, moi j’étais tétanisée, incapable de dire un mot… je ne faisais que pleurer ! C’était terrible, horrible, un vrai cauchemar !!! On avait perdu Sultane, on n’allait plus jamais la revoir branler la queue et nous tendre sa patte, on ne l’entendrait plus jamais aboyer de joie !!! C’était difficile !!!

De devoir euthanasier son chien est vraiment un acte bouleversant, traumatisant !!!  On a beau savoir que c’est un mal nécessaire, que grâce à lui on peut soulager son compagnon à 4 pattes, le libérer de ses souffrances, l’amener au paradis… on se sent toujours à un moment donné mal de l’avoir fait, coupable et malheureuse, on se pose toutes sortes de questions !!!

La vétérinaire nous a laissées seules un moment avec Sultane pour nous recueillir. Chantal a déposé le bouquet de roses rouges et oranges que j’avais acheté sur le corps de Sultane. Elle était magnifique, elle avait l’air paisible, calme et apaisée ! Cette image était belle à voir et surtout l’euthanasie s’était bien passée dans la paix et la douceur, dans la sérénité, sans stress ni violence avec amour et tendresse !!! Ouf !!! C’était rassurant !!!

La vétérinaire est revenue avec son collègue vétérinaire pour voir comment nous allions. Son associé que nous connaissions très bien et qui lui connaissait très bien aussi Sultane (c’est lui qui avait trouvé qu’elle avait la polyarthrite rhumatoïde et qui lui avait prescrit des médicaments pour la soulager), nous a dit bonjour, puis s’est accroupi devant Sultane décédée pour lui caresser la tête et lui dire au revoir. Waouh ! J’ai trouvé son geste tellement bienveillant, tellement attendrissant et généreux que j’ai recommencé à pleurer ! Chantal était dans tous ses états, malheureuse, éprouvée par tout ce que l’on venait de vivre !!! Cet acte volontaire de mort, de délivrance pour Sultane avait été fort, intense. On était venu avec une chienne et on ressortait sans rien !!! Le vide, l’absence allait être très dure à vivre et à supporter, surtout pour Chantal qui vivait au quotidien avec Sultane depuis 10 ans et 4 mois !!!

Après avoir dit une dernière fois au revoir à Sultane et remercié les 2 vétérinaires, nous sommes parties les larmes aux yeux et avec un puissant mal de tête !!! Le tout a duré 1 heure. Sultane est partie dans les meilleures conditions possibles, on ne pouvait pas rêver mieux. C’était une belle mort, un beau départ, mais qu’est-ce que c’était dur !!!

Une fois de retour à la maison, le plus difficile, ce fut d’oublier les images fortes et violentes psychologiquement que l’on venait de vivre. Nous devions nous souvenir de Sultane vivante, nous remémorer tous les bons moments passés avec elle, la garder dans nos cœurs à tout jamais et pour toujours !

Pour avoir vécu la mort de plein fouet avec ma maman et mon frère, je sais par expérience que le seul moyen d’apaiser notre vide, notre manque de quelqu’un qu’il soit humain ou animal est… le temps !!! Je n’ai trouvé aucune autre solution !!! Alors, il faut laisser le temps au temps et prendre courage !!!

Par le biais de ce texte, j’aimerais rendre hommage à Sultane pour tout l’amour, les plaisirs et les bonheurs qu’elle nous a donnés tout au long de sa vie ! Je lui souhaite tout le meilleur,  car elle le mérite et qu’elle connaisse la paix éternelle !

Au revoir Sultane. Tu resteras à tout jamais dans nos cœurs, on t’aime toutes très fort !!!

lkkjj

 

Novembre 2013                     Marie-Claude Baillif

Share

11 réponses à Euthanasier son chien… un acte difficile et boulersant !!!

  • brigitte dit :

    ho que oui sultane etais une chienne super .quelle repose en paix elle ne souffre plus
    gros bisous a vous et courage
    brigitte

  • Basso dit :

    Oh la la revoir toutes ces photos de Sultane…Quel amour cette chienne! Euthanasier un chien est un acte courageux, extrêmement difficile, un acte plein d’amour et d’humanité pour notre meilleur ami qui doit s’en aller. C’est terrible de le faire partir alors que nous donnerions de notre vie pour le garder encore…Tous ceux qui aiment leurs animaux le savent, les autres nous prennent pour des fadas! Sultane est aux paradis des animaux. Merci pour son passage sur terre, sa bonne humeur et sa loyauté. Christine

  • JP dit :

    Requiem in pace Sultane. Tout comme je reste la mémoire vivante de mon amie d’enfance décédée le 25 août dernier, tu resteras vivante dans la mémoire que tes amies garderont de toi à jamais. Tout comme mon amie, repose en paix dans ce paradis blanc où vous avez élu domicile pour l’éternité…

  • Marina Tami dit :

    Désolée pour Sultane, je ne savais pas. Je suis en pensée et de tout coeur avec vous toutes.
    Quel magnifique témoignage et quel amour on sent dans ces lignes.
    Je vous embrasse.
    Marina

  • Anne-Sophie Bezault dit :

    C’est MAGNIFIQUE MAGNIFIQUE!! Un témoignage bouleversant et si beau. J’en ai pleuré…
    Vous leur avez offert une vie Exceptionnelle..
    Dans vos cœurs elles sont, elles vivent, et le resteront pour toujours.

    Bien amicalement,
    Sophie

  • catherine dit :

    Bonjour,
    Quelle belle histoire. J’ai évidemment pleuré. Nous avons nous aussi du prendre la décision de soulager notre Nina l’an dernier. Elle avait 13 ans et demi et était lourdement handicapée suite à un accident de voiture lorsqu’elle avait 4 ans. Que c’est difficile. C’est un cadeau qu’on leur fait, abréger leurs souffrances alors qu’on ne souhaiterait qu’une chose, les garder encore prés de nous. Mais ce serait égoiste. Sultane et tous vos autres chiens continueront à jamais à vivre dans vos coeurs.
    Nous avons 3 chiens et 2 chats et c’est du bonheur au quoitidien.
    Catherine

  • Yolande dit :

    Magnifique hommage a Sultane , reflet de toute ta sensibilité , de toute ta générosité , de tout l’amour que tu portes en toi . Moi aussi j’en ai pleuré . Bravo , Sultane restera dans nos cœurs et dans nos mémoires .

  • henri dit :

    Bonjour, magnifique hommage a Sultane et ses copains qui me touche beaucoup. Jeudi j’ai fais partir SISSI , ma compagne de randonnées qui m’a accompagnée partout pendant 13ans et 9 mois . Elle n’en pouvait plus et n’arrivait plus à se lever depuis deux jours, elle ne voulais plus rien manger ni boire , En une semaine son regard avait changé et je la voyait lutter pour faire quelques pas avec moi, je la soutenais comme je pouvais pour la soulager . j’étais parti en Charente rejoindre ma compagne et j’ai du écourter mon séjour et rentrer car je voyais qu’elle déclinait beaucoup. le voyage a été long et difficile pour elle. Quand je suis arrivé chez moi , elle est s’est couchée a sa place prés de la cheminée. Elle n’a plus voulu se lever. Elle me regardait semblant me dire , maintenant je suis à la maison je peux mourir. Après une nuit à ses coté, le lendemain j’ai pris la décision de la soulager et la libérer de ses douleurs. j’ai fais venir sur place le véto , je n’ai pas voulu le conduire au cabinet car elle avait eu trois grosses opérations, je ne voulais qu’elle souffre encore plus en se retrouvant las bas. J’ai pris beaucoup de temps pour lui dire au revoir. Elle s’est endormie pour l’éternité dans mes bras. Cela a été un calvaire au moment de la piqure et un soulagement de savoir qu’elle ne souffrait plus . Maintenant qu’elle n’est plus là, je suis perdu et il me semble que j’ai absorbè ses douleurs, une rage intense attise mon esprit. Maintenant elle dort dans ma prairie à coté de ses amis . Comme RAMY MAMBO, CYRUS,Laika, April ; je ne l’oublierai pas . Sissi ,ma pépétte merci pour ces années de bonheur, je suis seul tout prés de toi dans ton paradis.

  • Sophie dit :

    Une trés belle histoire…Mon Boutbout (Bianca) est exactement la même,labrador noir…elle à 10 ans et 3 mois…Quand je vois vos photos et votre histoire me touche,car c’est un peut la mienne….J’spére que mon Boutbout restera encore quelques années à mes cotés.
    Un très bel hommage à Sultane qui de son paradis veille sur vous je suis sure

  • Lynne Pion dit :

    Merci de nous avoir partagé cette belle histoire d’amour entre vous et Sultane. Le deuil animalier est un deuil très méconnu qui mérite comme vous l’avez fait d’être partagé afin de mieux comprendre ce lien d’amour inconditionnel qui existe entre l’animal et l’humain.

  • Catherine dit :

    Magnifique hommage que vous avez rendu à votre Sultane. Votre Sultane a eu une vie merveilleuse à vos côtés, une vie remplie d’amour. Elle restera à jamais dans votre cœur et de là haut, elle veille sur vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *