Tous mes Textes

Pour M’écrire

Envoyer un mail
à Marie-Claude: mcbaillif@bluewin.ch

Blog Traffic

Pages

Pages|Hits |Unique

  • Last 24 hours: 1 016
  • Last 7 days: 9 554
  • Last 30 days: 46 838
  • Online now: 0

Je suis heureuse d’être née en Suisse et en 1958 !

Pourquoi je dis ça ? Eh bien, parce qu’aujourd’hui nous sommes en 2016 et j’ai la chance :

  1. D’être toujours vivante (le 17 mars prochain, je vais fêter mes 58 ans) !
  2. D’habiter encore chez moi dans mon propre appartement, celui dans lequel je suis venue vivre à l’âge de 14 ans avec ma maman et mon frère !
  3. D’avoir depuis que j’ai 21 ans des supers gentilles filles qui s’occupent de moi 24h sur 24 ! De 1979 à 2016, en tout, en 37 ans, j’ai formé 75 aides de vie !!!
  4. De recevoir depuis l’âge de 18 ans une rente mensuelle de l’AI (l’Assurance Invalidité), une assurance sociale qui aide et qui soutient les personnes handicapées et qui, moi, me permet d’avoir une vie normale, indépendante ou je peux payer le loyer de mon appartement, mon assurance maladie, mon assurance ménage et incendie, mes commissions, mes habits et m’offrir de temps en temps des vacances !
  5. De toucher depuis 2001 une rente mensuelle spéciale qui me permet de payer mes aides de vie, de leur donner un salaire ! Avant 2001, c’était ma maman qui les payait pour la plus grande partie, car à l’époque je ne bénéficiais pas encore de cette rente mensuelle spéciale. Eh oui, elle n’existait pas encore. C’est lorsque ma maman est décédée qu’on m’a proposé de me la donner en me prenant dans un projet innovant dont le but était de permettre à une personne lourdement handicapée, comme moi par exemple, de pouvoir rester vivre chez elle autonome du moment qu’on lui donnait de l’argent pour pouvoir payer les gens qui s’occupaient d’elle. Ce projet a duré 4 ans. Lorsqu’il s’est terminé, d’autres projets ont pris la relève. Aujourd’hui, je reçois toujours cette rente mensuelle spéciale qui m’aide à payer mes aides de vie et me permet de rester vivre chez moi !

Avec le recul lorsque je regarde ma situation de myopathe en chaise roulante avec un respirateur branché 24h sur 24 et une dépendance à autrui à 200 %, je réalise que j’ai beaucoup de chance, que je fais partie des handicapés privilégiés, que la vie malgré ma terrible maladie m’a tout de même donné énormément de bonheur, d’opportunités et d’aides financières, surtout lorsque je compare à d’autres pays ! Oui, je trouve que je n’ai pas à me plaindre (d’ailleurs je ne le fais jamais, je suis bien trop reconnaissante), car pour moi de pouvoir bénéficier des 5 privilèges cités plus haut, je trouve que c’est vraiment formidable, que c’est vraiment merveilleux, que c’est la meilleure façon pour un pays de nous accepter, de nous intégrer et de nous permettre de vivre un quotidien le plus normal possible !!!

Lorsqu’on peut vivre chez soi dans l’appartement que l’on aime et dans lequel on a pu choisir ses meubles et ses objets personnels (ce qui n’est pas le cas dans un établissement médicalisé où tout nous est imposé), où l’on peut habiter avec les aides de vie que l’on a choisi nous-mêmes (et non pas avec des personnes qui nous sont imposées et avec qui on n’a aucun atome crochu), je trouve que c’est vraiment fondamental, totalement indispensable pour pouvoir se sentir bien dans sa peau et s’épanouir. En effet, être bien dans son lieu de vie et en symbiose avec les gens qui s’occupent de nous, il n’y a rien de mieux. Ça n’a pas de prix ! C’est motivant et stimulant. Cela nous permet d’abord de nous réveiller tous les matins de bonne humeur, enthousiaste et positif, cela nous donne ensuite la force de mieux accepter notre maladie et nos difficultés au quotidien, de vivre mieux nos problèmes et nos soucis !

Lorsque je réfléchis sur ma vie, mon passé, mon présent et mon futur (ce qui m’arrive très souvent…), je pense beaucoup au monde qui nous entoure avec tous ses tourments, ses drames et ses épreuves, au pays dans lequel je vis, la Suisse, à l’époque dans laquelle j’évolue avec ma chaise roulante et mon respirateur. Eh oui, si j’étais née ne serait-ce que 50 ans plus tôt, je n’aurais jamais pu faire tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, je n’aurais jamais pu avoir la vie très active et enrichissante que j’ai eue jusqu’à présent. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque les respirateurs à domicile, ça n’existait pas et lorsqu’on avait une insuffisance respiratoire grave comme la mienne, eh bien, on était condamné à rester enfermé dans un hôpital !!!

D’autre part, si j’étais née dans un autre pays que la Suisse comme en Inde, au Burundi ou en Russie, je n’aurais jamais pu bénéficier de toutes les facilités et conforts que j’ai eus, de toutes les opportunités que j’ai connues tout au long de ma vie ici !!! D’abord un, les barrières architecturales m’auraient continuellement embêtée et limitée dans mes déplacements. Elles m’auraient privée de beaucoup de mes sorties. Ensuite qui m’aurait donné de l’argent pour pouvoir vivre décemment, pour pouvoir employer des personnes qui m’aident 24h sur 24h et les payer ???  

Le soir lorsque je regarde le téléjournal et les différents reportages sur notre société, je suis toujours stupéfaite de voir toutes les violences et toutes les barbaries qui règnent actuellement dans certains pays. Ma chance et je le constate tous les jours est que je suis née dans un pays en paix et ça, ça n’a pas de prix, c’est un vrai cadeau !!!

Eh oui, de pouvoir vivre dans un pays qui n’est pas en guerre, mais libre et calme où l’on peut sortir comme on le veut, sans réfléchir, sans recevoir une bombe sur la tête, une roquette ou une balle perdue, où l’on n’a pas à subir de couvre-feu, d’attaques de missiles ou de coup d’état, où l’on peut s’exprimer facilement et ouvertement sur tous les sujets sans crainte d’être arrêté, où l’on peut manifester, critiquer et écrire ce que l’on pense sans être jeté en prison, où l’on peut s’habiller comme on le désire (en jeans, en BCBG, en Gothic, en punk, en hippie…) sans avoir de problèmes, c’est vraiment génial, c’est vraiment fantastique, c’est un vrai bonheur !!!

En Suisse, il n’y a plus eu de guerre depuis 1848. Cela fait 168 ans. La bataille de Gisikon fut la dernière bataille rangée de l’histoire de l’armée suisse. C’est quand même extraordinaire, d’autant plus que nous vivons au milieu de 4 régions culturelles et linguistiques différentes. Il y a la suisse romande où les gens parlent le français, la suisse allemande où les gens parlent l’allemand, la suisse italienne où les gens parlent l’italien et les grisons où l’on parle le romanche. Grâce à sa politique et à sa neutralité, notre gouvernement a réussi à nous maintenir dans la paix et l’harmonie. De pouvoir vivre dans un pays en paix est un énorme cadeau. En effet, de ne pas voir ses amis, sa famille et ses voisins se faire assassiner est très important pour notre équilibre mental et physique. Lorsqu’on voit à la télévision tout ce qu’il se passe dans certains pays comme la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan, cela fait peur et nous fait prendre conscience de notre chance, de notre bonheur de pouvoir vivre et travailler dans un pays en paix.

Pour ce qui est de l’époque où l’on est né, je trouve que c’est très important aussi. Imaginez par exemple que je sois née au moyen-âge là où il n’y avait pas encore d’électricité, à la Belle Epoque (à la fin du siècle passé) là où les respirateurs n’existaient pas encore ou même dans les années 1950 là où les gens qui avaient une insuffisance respiratoire comme moi devaient vivre enfermés dans des poumons d’acier… eh bien, je n’aurais jamais pu fêter mes 57 ans, je n’aurais jamais pu réaliser autant de mes rêves et de mes projets ! La mort serait venue me chercher rapidement m’empêchant de faire tous mes voyages, toutes mes balades et toutes mes soirées dans mon appartement avec mes amis et mes voisins !!!

De plus, avec les conditions d’hygiène qui régnaient dans les époques passées et le manque de soins médicaux appropriés, je ne serais jamais arrivée à me défendre contre toutes les grandes maladies infectieuses qui sévissaient alors comme la tuberculose, la peste, la lèpre, le typhus, la fièvre typhoïde, le choléra et la grippe espagnole qui ont tué des millions de personnes !!!

Le 1er antibiotique a été inventé en 1928 par le médecin Alexandre Fleming. C’était la pénicilline et le 1er antibiotique de synthèse a quant à lui été fabriqué en 1932. Ces 2 découvertes, fondamentales pour notre civilisation, ont permis de révolutionner le monde de la médecine et d’ouvrir de grandes portes pour lutter contre les grandes infections incurables de l’époque. Les vaccins créés dans les années 1800 ont eux aussi permis d’éradiquer de nombreuses maladies contagieuses et mortelles. Le tout premier vaccin conçu fut celui contre la variole en 1796. S’ensuivirent le vaccin contre la rage en 1885, le vaccin contre la fièvre typhoïde en 1896, le vaccin contre la peste en 1897, le vaccin contre la tuberculose en 1921. Jusqu’à ce jour une trentaine d’autres vaccins ont été inventés comme celui contre le tétanos en 1926, du typhus en 1937, de la grippe en 1944, de la poliomyélite en 1952, de la rougeole en 1963, etc…. En 2015 il y a eu le premier vaccin contre le paludisme.

D’être née en 1958 et non pas avant m’a donc sauvée sur bien des points de vues. En effet, comme je fais en moyenne 2 infections pulmonaires par année et que pour me soigner, je prends 2 fois des antibiotiques par année, je reconnais que c’est quand même beaucoup plus facile pour moi de vivre aujourd’hui en 2016 quand toutes les grandes maladies infectieuses citées plus haut ont été éradiquées (en tout cas chez nous) et qu’il existe comme actuellement autant d’antibiotiques différents pour nous soigner !!!

Les progrès de la médecine, énormes en une décennie, m’ont également sauvée la vie à plusieurs reprises. La première grande invention a été la chaise roulante. À 21 ans, lorsque je n’arrivais plus à marcher, elle a changé ma vie en me permettant d’abord de soulager mes difficultés de déplacement, ensuite de pouvoir sortir, voyager, aller aux spectacles, monter en altitude, visiter des musées et des expositions, bref, de profiter des plaisirs de la vie comme tout le monde. Si je n’avais pas pu en bénéficier, j’aurais été bloquée dans mon lit comme une pauvre fille et je n’aurais rien pu découvrir de la vie et partager.

La deuxième grande découverte a été le respirateur. À 31 ans, lorsque je n’arrivais plus à respirer, il a changé ma vie en me permettant d’abord de respirer normalement sans plus d’effort à faire, de rester en vie malgré une insuffisance respiratoire grave, de vivre à la maison (et non pas dans un foyer ou dans un hôpital) et enfin de pouvoir sortir quand et où je voulais. Eh oui, sans lui, sans son aide précieuse, je serais morte en juillet 1989 à l’âge de 31 ans lorsque mon insuffisance respiratoire est apparue. Comme aujourd’hui j’ai 57 ans, cela me fait un bonus de 26 ans de vie en plus et d’expériences ! Quelle chance ! Quel bonheur !

Une autre invention récente qui me rend d’énormes services et que je n’aurais jamais pu utiliser si j’étais née avant 1958, c’est mon aspirateur à glaires. Pour moi actuellement, il m’est devenu totalement indispensable, surtout depuis que j’ai eu ma sinusite en janvier 2015 et que depuis j’ai continuellement des glaires dans ma gorge que je dois aspirer. Sans lui, je me serais déjà étouffée de nombreuses fois. Lorsque je tombe malade et que j’attrape des bronchites, des pneumonies ou d’autres infections pulmonaires, il m’aide à aspirer les sécrétions qui obstruent mes poumons et ma trachée. Eh oui, grâce à cet appareil fantastique et ingénieux, sortir les sécrétions de mes poumons et de ma gorge est devenu beaucoup, mais alors beaucoup plus facile et pratique, beaucoup moins pénible et fatiguant, bref, c’est une grande astreinte en moins pour tout le monde. Et pour moi et pour mes aides de vie. Un vrai bonheur ! Je ne pourrais plus m’en passer !

Maintenant lorsque je réfléchis à tous les conforts et à toutes les commodités dont on peut bénéficier aujourd’hui, je trouve que l’on vit quand même dans un monde extraordinaire où tout est fait pour nous faciliter la vie et améliorer notre quotidien. En effet, lorsque je compare aux siècles passés, nous avons la chance d’avoir :

  1. De l’électricité et de la lumière dans toutes les pièces de nos appartements (plus besoin d’avoir des bougies ou des lampes à pétrole pour nous éclairer) !
  2. Des radiateurs pour réchauffer toutes nos chambres (plus besoin d’avoir des tonnes de bois ou de charbon à la cave pour nous chauffer) !
  3. Des robinets avec de l’eau chaude et de l’eau froide à volonté (plus besoin de marcher pendant des kilomètres pour aller chercher cette eau si précieuse et devoir la mettre dans des bidons pour ensuite la boire, se laver avec, faire la vaisselle, faire la lessive et nettoyer nos appartements) !
  4. Des toilettes assises à l’intérieur de nos appartements (plus besoin d’aller à l’extérieur pour faire nos besoins, d’avoir froid et de devoir s’asseoir sur des tonneaux avec un trou dans une planche comme cela se faisait chez ma grand-mère lorsque j’étais petite) !
  5. Des baignoires et des douches également à l’intérieur de nos appartements (plus besoin de se laver avec un bidon rempli d’eau ou de se mettre dans une bassine en fer) !
  6. Des congélateurs et des frigos (plus besoin d’aller tous les jours en commissions pour pouvoir manger du frais et plus besoin de toujours saler la viande et la faire sécher pour pouvoir la conserver. Là, on ouvre la porte du frigo et du congélateur et hop, il n’y a plus qu’à se servir) !
  7. Des cuisinières et des fours à micro-ondes (plus besoin d’aller continuellement chercher du bois ou du gaz pour pouvoir cuire sa nourriture et la réchauffer) !
  8. Des robots ménagers pour pouvoir transformer et hachés les aliments (dans mon cas si ces appareils n’existaient pas pour pouvoir mouliner mes repas, je ne pourrais pas manger) !
  9. Des machines à laver le linge (plus besoin d’aller porter ses draps, ses linges et ses habits jusqu’à un lavoir pour pouvoir les laver) ! Ici en Suisse chaque immeuble possède une machine à laver et un sèche-linge dans son sous-sol. Depuis quelques années il y a de plus en plus de personnes qui ont leur propre machine à l’intérieur de leur appartement. C’est plus facile et plus pratique, car avec une machine chez soi, on peut évidemment faire sa lessive le jour et à l’heure qui nous arrange !
  10. Des machines à laver la vaisselle (plus besoin de passer des heures à tout nettoyer à la main) !
  11. Des lits avec des matelas confortables pour pouvoir bien dormir et se reposer (plus besoin de se coucher parterre sur des paillasses et se casser le dos) !
  12. Des lits électriques pour pouvoir bouger à notre guise (grâce à eux, je peux m’asseoir ou me coucher moi-même, lever ou descendre mes pieds, monter ou descendre mon lit. Si je n’avais pas de lit électrique, à chaque fois que j’aurais mal à quelque part ou que je voudrais bouger, je devrais tout le temps appeler mes aides de vie pour me changer de position. Je ne serais absolument pas autonome et ça, ce ne serait pas du tout pratique) !
  13. Des postes de télévision et des radios pour nous divertir et nous enrichir culturellement parlant (comme je passe quand même beaucoup de temps chez moi, sans eux, je m’ennuierais. Eh oui, grâce à eux, je passe toujours des bons moments. De plus, j’apprends toujours plein de choses sur plein de sujets différents) !
  14. Des ordinateurs pour nous permettre d’écrire, d’aller faire des recherches sur internet, de recevoir et d’envoyer des emails, de faire notre comptabilité, de voir nos photos numériques, etc…. (si je n’en n’avais pas, ça me manquerait, car je passe quand même beaucoup de temps dessus. En effet, comme maintenant j’ai énormément de peine à écrire à cause de la déformation de mes doigts, je fais toutes mes lettres administratives et autres avec mon ordinateur. Je suis devenue une fan du copier, coller. J’écris aussi tous mes textes pour mon site avec lui. Au niveau administratif, je fais tous les salaires de mes aides de vie et toute la comptabilité les concernant avec lui. Il me facilite beaucoup la vie. De plus, grâce à mon ordi, je peux communiquer avec des gens du monde entier, même si je ne les connais pas. Je peux m’occuper de mon site, m’enrichir culturellement et gérer mes photos) !
  15. Des téléphones fixes et des natels pour communiquer avec ses amis, les administrations et tout autre service (avant il fallait se déplacer dans les différents bureaux administratifs pour remplir les papiers et dire ce qu’on avait à dire, envoyer des lettres ou des télégrammes) !
  16. Des voitures pour nous déplacer facilement pour aller au travail, en vacances, en balades, en commissions, aux spectacles ou chez des amis (avant lorsque les gens devaient aller à quelque part, c’était beaucoup plus long, beaucoup plus dur et beaucoup plus fatiguant. Les routes goudronnées n’existaient pas, les chemins étaient en terre battue, souvent boueux et défoncés. Que ce soit à pied, à cheval, avec une diligence ou en roulotte, les déplacements avant l’ère automobile étaient toujours compliqués, coûteux et dangereux. Maintenant grâce aux voitures actuelles, tout est devenu aisé et pratique. Elles sont un énorme gain de temps et d’énergie. Avec ma voiture par exemple, je peux aller où je veux et quand je veux. Au bord de la mer, à la montagne, à la campagne, dans les villes. C’est génial ! Si je ne l’avais pas, je ne pourrais jamais partir en vacances, car avec tout le matériel médical et les machines que je dois prendre avec moi, je ne saurais pas où les mettre et comment les porter. Ce serait beaucoup plus compliqué pour mes aides de vie. De plus, pour aller me balader à gauche, à droite, ma voiture me rend bien des services. Grâce à elle, je peux aussi aller en commissions, à la déchetterie, m’acheter des meubles. En résumé, ma voiture, je ne pourrais plus m’en passer) !

Oui, comparé à tout ce qui précède, je trouve que notre façon de vie actuelle est 1 000 fois supérieure à la vie d’avant et nos facilités énormes !

Lorsque je vais à la migros par exemple (un grand magasin d’alimentation suisse à des prix raisonnables), je suis à chaque fois stupéfaite de voir combien tous les rayons débordent de nourriture, combien le choix est énorme et le nombre de produits qui existent ! C’est hallucinant ! On est gâté !

En ce qui concerne les préparations culinaires déjà toutes cuites au rayon frais, on en trouve de plus en plus. L’assortiment est devenu très varié. Entre les salades toutes prêtes, coupées et lavées, les plats cuisinés déjà tout préparés qu’il n’y a plus qu’à mettre chauffer 2 minutes au four à micro-ondes, les soupes et les plats congelés qu’il n’y a plus qu’à réchauffer, oui, vraiment, la vie est devenue beaucoup plus facile pour nous tous ! En ce qui me concerne, j’achète souvent ces plats. Ils sont simples à utiliser, bons, complets et vite chauffés et moulinés. Ils me rendent de grands services, surtout lorsqu’on est pressé et qu’on n’a pas le temps de cuisiner !

Je pourrais continuer à énumérer les bienfaits de notre époque pendant encore un bon moment. En effet, parmi les grandes réussites inventées par l’homme, il y a aussi les avions, les trains, les bus et les bateaux. Les vaccinations (comme le B.C.G, le tétanos, la poliomyélite, la rage, etc…), les vacances payées, le dimanche de congé, la pilule contraceptive, le préservatif, le travail pour les femmes, le droit à l’avortement, les assurances-maladies, l’assurance chômage, les échographies, les scanners et les IRM, les greffes d’organes et les opérations du cœur, des poumons, du cerveau, etc…. La découverte de l’ADN pour condamner les assassins et libérer les innocents, l’école obligatoire pour tous (filles et garçons), le droit de vote pour tous aussi (les hommes et les femmes), les congés maternités, les crèches, les ascenseurs, le cinéma, etc… etc…. Oui, décidément quand je vois toutes ces belles inventions des siècles passés qui nous rendent aujourd’hui tellement de services, tellement de plaisirs et de conforts, je me dis que je suis vraiment très, très heureuse d’être née en 1958 et de pouvoir profiter de tous ces avantages, de toutes ces belles découvertes !!!

Je remercie aussi ma maman d’être restée vivre en Suisse (un pays que j’aime beaucoup) et d’être venue habiter à Nyon (une ville que j’affectionne tout particulièrement) ! Ici, je peux vivre en paix, dire et écrire ce que je pense, avoir une vie sociale normale, me faire soigner facilement et en tant que handicapée avec une myopathie sévère avoir un quotidien heureux ! Je suis bien entourée et de plus, je suis bien prise en charge par les assurances, ce qui je le sais, malheureusement, n’est pas le cas pour tout le monde. Je trouve cela bien évidemment injuste, inadmissible comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs !

Chez moi dans mon appartement je me sens bien. J’ai tout décoré à ma façon avec mes goûts personnels. J’en ai fait un petit nid douillet, zen et coloré. Comme j’aime le partage, j’invite souvent mes amis ou mes voisins à venir manger avec nous (mon aide de vie et moi-même) ou pour boire un thé ou un café. J’adore ça !!!

De pouvoir continuer à vivre dans mon appartement malgré mon lourd handicap avec des aides de vie rémunérées qui s’occupent de moi 24h sur 24, c’est vraiment fantastique, c’est vraiment merveilleux !!! J’en profite à fond et me régale tous les jours, car vivre dans un foyer avec des infirmières que l’on n’a pas choisies serait complètement différent ! Je ne serais pas heureuse de la même façon, ça c’est sûr ! D’abord je ne pourrais pas me lever et me coucher à l’heure que je voudrais, je ne pourrais pas manger quand et ce que je voudrais, je ne pourrais pas sortir comme je le souhaiterais, je ne pourrais pas recevoir mes amis et faire des soirées comme je le fais chez moi ! Ma liberté en prendrait un sacré coup ! Je me sentirais enfermée, totalement dépendante du bon vouloir du personnel. Je sais que ça ne me plairait pas, que moralement je souffrirais énormément !

Heureusement pour nous, en Suisse, notre gouvernement, grâce à la pression des différentes associations de personnes à mobilité réduite, a pris conscience que nous existons, que nous sommes des milliers d’handicapés et que désormais, il faut compter avec nous, nous prendre en charge et nous faciliter la vie à tous les niveaux. Les barrières architecturales par exemple (les escaliers, les portes trop étroites, les pentes trop raides…) commencent à disparaitre de plus en plus. En effet, l’on trouve de plus en plus de restaurants, d’hôtels, de sites touristiques, de bâtiments publics, de salles de cinéma et de spectacles qui deviennent accessibles. Ça, c’est génial ! C’est une prise de conscience formidable qui nous fait du bien, qui nous valorise et nous permet d’accéder enfin à la plupart des bâtiments et lieux de notre société !

Cela fait 36 ans que je suis en chaise roulante et je peux vous dire que je vois bien la différence ! Les mentalités et le regard sur nous ont également changé ! Avant nous n’étions que des bêtes curieuses à éviter et à mettre de côté ! Aujourd’hui, heureusement, ce n’est plus le cas. Les consciences ont évolué. Nous commençons à être considérés et respectés. Oh, bien sûr, il y a encore des gens qui n’ont rien compris, qui nous dévisagent et nous regardent avec pitié, dégout ou mépris, mais dans l’ensemble cela va quand même beaucoup, beaucoup mieux !

Je n’ai jamais eu honte de me montrer avec mon handicap. J’arrive maintenant à ne plus être blessée suivant les regards ou les remarques que l’on me fait. Je suis contente de moi et fière d’avoir gagné ce combat de tous les jours ! Je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde. Je les encourage à passer par-dessus la bêtise humaine de certaines personnes ! Si l’on veut que les gens valides nous acceptent, nous respectent et nous aiment, il ne faut pas hésiter à nous montrer, car c’est en nous côtoyant quotidiennement qu’ils vont s’habituer à nous regarder avec nos handicaps et à nous accepter en tant qu’individus à part entière !

Je suis contente d’habiter en Suisse par rapport au climat aussi. Nos 4 saisons sont tout-à-fait supportables, ni trop froid en hiver, ni trop chaud en été. De plus, nous n’avons pas encore de typhons, d’ouragans, d’inondations trop catastrophiques et de tremblements de terre trop graves. Quand je vois à la télévision toutes ces catastrophes, je me dis que j’ai beaucoup de chance de ne pas vivre ça ! Pour moi qui suis en chaise roulante, ce ne serait pas évident !

Comme je dépends de l’électricité à 100%, je suis contente aussi que dans la ville où j’habite, il n’y a pas de longues coupures de courant. Pour moi, ce serait une catastrophe à tout point de vue ! D’abord avec mon respirateur, car au bout de 24h il s’éteindrait. Je ne pourrais plus respirer avec ! Eh oui, comme j’aurais consommé toutes les batteries, je n’arriverais plus à le faire fonctionner. Je mourrais étouffée !!! Quelle horreur !!!

Et durant ce laps de temps, je ne pourrais plus utiliser non plus ma machine de physiothérapie pour tousser et cracher mes glaires, mon aspirateur à glaires pour aspirer toute cette cochonnerie dans ma gorge et mes poumons, mon lit électrique pour m’assoir et me coucher, mes coussins électriques pour me réchauffer, mon mixeur pour mouliner mes plats, mon four à micro-ondes pour réchauffer mes plats moulinés, ma brosse à dent électrique pour me laver les dents, mon ordinateur pour envoyer mes mails, faire mon courrier, les salaires de mes aides de vie et écrire mes textes, ma télévision pour regarder les informations, les films et les reportages, mon ascenseur pour sortir et bien entendu la lumière pour pouvoir voir ce que l’on fait ! Oui, sans électricité, pour moi, ce serait vraiment une catastrophe !!! Je n’ose même pas y penser !!!

Être conscient de la chance que l’on a est la chose la plus importante qui soit ! Lorsqu’on en a pris conscience, c’est génial, c’est formidable, car c’est là que l’on réalise le bonheur que l’on a. Le bonheur, en fait, se trouve au quotidien. Il est fait de petites choses qui nous font plaisir, de petits détails qui nous réjouissent. Il est à la portée de tous, il faut juste tendre la main pour le recevoir. Chacun de nous peut être heureux, mais il ne faut pas mettre la barre trop haute. Dans une journée, on peut avoir pleins de petits bonheurs comme faire un bon repas, avoir une visite, recevoir le téléphone d’une amie, voir un bon film à la télé, s’acheter un habit, faire plaisir à quelqu’un, lui rendre service, l’écouter ou l’encourager. Au fil du temps, je m’aperçois que donner et aider procure autant de plaisir que de recevoir ! Il ne faut donc pas hésiter à donner de son temps pour aider les autres !

En octobre dernier, j’ai failli mourir. J’ai attrapé une très dangereuse bactérie dans ma gorge et j’ai fait une grosse allergie à l’antibiotique que j’ai dû prendre. Comme je n’arrivais plus à respirer malgré mon respirateur, je me suis retrouvée aux urgences de l’hôpital, puis aux soins intensifs, puis en chambre. J’ai mis 15 jours à m’en sortir, à me battre pour rester en vie ! J’ai vécu des moments difficiles, pénibles où je n’étais plus qu’une misérable petite chose ! 15 jours à l’hôpital dans ce genre de condition, ça marque et ça fait réfléchir !

Aujourd’hui comme je vais de nouveau bien, que j’ai repris des forces, j’avais envie de rendre hommage à mon pays, à sa technologie et à sa qualité de vie, car si je suis encore là maintenant pour écrire ce texte, c’est grâce à tous ces éléments aussi !!! Oui, j’en suis bien consciente et j’en suis bien reconnaissante !!! Vive la vie et vive la Suisse !!!

photo 1

Février 2016                           Marie-Claude Baillif

Share

7 réponses à Je suis heureuse d’être née en Suisse et en 1958 !

  • Otir dit :

    Marie-Claude, cela me fait toujours autant plaisir de recevoir de vos nouvelles, et je suis émue d’apprendre que vous avez été si malade en octobre, et très heureuse d’apprendre que votre force et votre courage habituel vous ont tiré d’affaire… et pour le plus grand plaisir de vous lire à nouveau ! j’ai donc bien reçu votre dernière mise à jour, et suis heureuse d’être toujours sur la liste !

    En vous souhaitant de continuer et vous remerciant de tout coeur de tous vos partages.
    Bien à vous,
    Otir

  • Madeleine et Jean-François dit :

    Merci , Marie-Claude !

    … Courage , confiance , et gratitude , pour cette vie qui nous est donnée … !

    Ton message est magnifique , et c’est tellement vrai !!!

    Reçois toute notre amitié , … on pense bien à toi !

    Jean-François et Madeleine

  • Arlette Desaules dit :

    Coucou Marie-Claude
    Cela fait une éternité que nous ne nous sommes pas contactées, mais je ne t’oublie pas et je lis tes textes lorsque je reçois ta news letter. Quelle belle histoire que celle de votre petite Sissi. Je vous souhaite de pouvoir la partager encore quelque temps.
    Et bravo pour cette leçon de vie que tu nous donnes avec ce texte « Je suis heureuse d’être née en Suisse ». Malgré tout
    ce que tu endures au quotidien, tu es toujours optimiste et tu vas de l’avant. Chapeau ! Même si le fait que la Suisse te donne la possibilité de rester chez toi avec toute l’aide nécessaire cela ne doit pas être évident tous les jours d’accepter.
    Bonne année 2016 à toi et à tes aides
    Bisous et amitiés
    Arlette

  • Guichard dit :

    Très beau témoignage , je vous embrasse!

  • Guichard dit :

    Ravie d’avoir eu de vos nouvelles, je pense à vous!

  • Hofer Myriam dit :

    Je suis toujours heureuse d’avoir de tes nouvelles. Même si la vie a fait que je ne te vois plus, sache que tu es dans mon cœur et dans mes pensées. Tu as été, et tu reste, une référence et un stimulant quand la vie n’est pas forcément rose.
    Bisous
    Myriam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *